L'Expédition d’Erebor

par « Gothmog »

Titre originalThe Quest of Erebor
Date de rédactionFin 1954 - début 1955
PublicationContes et légendes inachevés : le Troisième Âge
The Peoples of Middle-earth (version préliminaire)
Le Hobbit annoté (version alternative)
Période couverte2941 TA

Ce texte est le récit, fait par Gandalf à Frodo, Pippin, Merry et Gimli après la Guerre de l'Anneau, des événements qui mirent en branle la quête des treize Nains et d'un Hobbit pour reconquérir la Montagne Solitaire, aux conséquences majeures pour la Terre du Milieu. Tout commença au printemps de l’an 2941 du Troisième Âge. Gandalf le Gris se rendait en Comté, tout en ruminant de sombres pensées. Il s’inquiétait de l’avenir, sachant que Sauron préparait une guerre terrible. Il arriva à la conclusion que sa cible principale serait Imladris et que les Orques vivant vers le Nord étaient si nombreux que le refuge ne pourrait peut-être pas résister à un tel assaut. Mais si le Dragon Smaug participait à l’attaque, c’en serait certainement fini de la dernière Maison Simple.

Gandalf réfléchissait donc au moyen d’éliminer le dragon lorsqu’il fut rattrapé par Thorin Écu-de-Chêne aux abords de Bree. Ce dernier lui révéla qu’il était aussi soucieux et lui demanda conseil. Gandalf accepta de l’accompagner jusque dans sa demeure, dans les Montagnes Bleues, et écouta son histoire. Thorin lui expliqua la lourde responsabilité qui pesait sur lui, à savoir le devoir de vengeance contre Smaug, celui qui avait tué ses pères et volé leur trésor. Gandalf promit de l’aider dans la mesure du possible, partageant le même objectif que le Nain, puis il repartit en direction de la Comté. Là, il entendit parler du jeune Bilbo Sacquet qu’il avait connu vingt ans plus tôt. On l’avait vu discuter avec des Nains. Entendant cela, Gandalf eut une idée.

I se rendit immédiatement chez Bilbo, mais celui-ci était absent. Il repartit alors chez Thorin pour le persuader qu’il valait mieux opérer dans la furtivité que de provoquer le Dragon ouvertement, et surtout qu'il fallait qu'ils prissent Bilbo avec eux, sans même avoir consulté le Hobbit au préalable. Cela faillit faire tout échouer, car lorsque Thorin, ses douze compagnons et Gandalf se rendirent chez Bilbo, ce dernier, ignorant tout des intentions de ses hôtes, se ridiculisa devant eux. Heureusement, grâce au plus étrange des hasards, Gandalf parvint à arranger la situation : près d'un siècle plus tôt1), Gandalf s’était infiltré dans Dol Guldur, la terrible forteresse de Sauron, et y avait trouvé un Nain à l’agonie qui se révéla être Thráin, le père de Thorin. Celui-ci eut juste le temps de remettre à Gandalf une carte et une clé avant d’expier. Gandalf les avait toujours gardés en sécurité, sans y repenser.

Et lorsque Bilbo se fut couché, Gandalf présenta aux Nains la carte et la clé qui servaient à emprunter un passage secret pour entrer sous Erebor, et les persuada que Bilbo était la personne idéale pour accomplir cette tâche. Thorin se résolut alors à suivre le plan de Gandalf et il fallut encore à ce dernier à argumenter toute la nuit pour que les Nains acceptent finalement d’emmener Bilbo avec eux. Ainsi commença l’Expédition d'Erebor.

Histoire externe

Tolkien rédigea ce texte en vue de l'inclure dans l'Appendice A au Seigneur des Anneaux, dans la section concernant le Peuple de Durin : on retrouve d'ailleurs certaines formulations identiques entre les deux textes, mais la version des Appendices est extrêmement réduite. Il existe quatre versions du texte : la toute première a été publiée dans The Peoples of Middle-earth : il s'agit d'une version très proche du manuscrit que Christopher Tolkien appelle « A » dans Contes et légendes inachevés. Lourdement réécrit et annoté, A a donné naissance au tapuscrit de dix pages « B ». Une version ultérieure, « C », semble marquer une volonté d'abréger le texte afin de respecter les limitations d'espace des Appendices. Dans Contes et légendes inachevés, Christopher Tolkien a publié ce dernier texte C, ainsi que de longs extraits de la version B en commentaire. Celle-ci a été publiée en entier dans Le Hobbit annoté, de Douglas Anderson.

1) 91 ans ; la traduction française indique 99 ans, mais il s'agit d'une erreur.