Table des matières

An Introduction to Elvish and Other Tongues

Titre complet An Introduction to Elvish, Other Tongues, Proper Names and Writing Systems of the Third Age of the Western Lands of Middle-Earth as Set Forth in the Published Writings of Professor John Ronald Reuel Tolkien
Auteur Jim Allan (sous la direction de)
Publication 1978
Éditeur Bran's Head Books

Présentation et critique de Damien Bador (novembre 2011)

Pour tous les lecteurs anglophones de Tolkien, ce livre reste l'ouvrage de base pour débuter l'étude des langues elfiques, bien qu'il ait été rédigé avant la publication du Silmarillion. Il contient un état des lieux complet de toutes les langues autres que l'anglais qui figurent dans les écrits publiés du vivant de Tolkien. Le contenu du Seigneur des Anneaux figure en bonne place, évidemment, mais le Hobbit et The Road Goes Ever On ne sont pas oubliés non plus.

Du point de vue de la méthodologie, on peut citer cet ouvrage comme un exemple de rigueur. Le livre se décompose en quatre grandes sections. La première est consacrée aux langues elfiques, ce qui recouvre essentiellement le quenya et le sindarin. Pour ces deux langues, Jim Allan et ses collaborateurs ont adopté le plan d'une grammaire historique : ils commencent par l'origine interne et externe de la langue, récapitulent sa phonologie et son orthographe et passent ensuite à l'étude des noms, des adjectifs, des articles, des pronoms et des verbes, avant de conclure en examinant la syntaxe. Dans les deux cas suit un lexique très complet pour l'époque. Les auteurs poursuivent avec une étude du proto-eldarin1) et quelques essais sur les rapprochements entre les langues elfiques et le proto-indo-européen, le calendrier d'Imladris et la prononciation adoptée par Tolkien dans ses enregistrements audiovisuels.

La deuxième section concerne les autres langues inventées par Tolkien, au premier rang desquelles se trouvent le khuzdul, le parler noir et les langues adûnaïques. La troisième section s'intéresse aux noms propres. Elle débute par une étude étymologique des noms des Hobbits, puis s'intéresse aux différents types de noms propres qui figurent dans l'œuvre de Tolkien, faisant une excursion pour présenter l'ancienne nomenclature germanique, dont Tolkien s'est largement inspiré. La quatrième et dernière section présente les systèmes d'écritures, et s'intéresse plus particulièrement aux tengwar de Fëanor, ainsi qu'à leur évolution. Un article étudie les différentes manières d'orthographier la langue anglaise au moyen des tengwar et examine l'approche structuraliste de l'écriture en regard des méthodes employées par Tolkien. Un court essai compare les tengwar avec l'alphabet universel inventé par Francis Lodwick. Suit une présentation des deux principaux systèmes runiques employés par Tolkien, les runes anglo-saxonnes et les cirth de Daeron. En guise de conclusion, Paula Marmor étudie le symbolisme des trois Anneaux des Elfes et les parallèles qu'on peut déceler dans les mythologies indo-européennes.

Le choix de se cantonner aux ouvrages antérieurs au Silmarillion permit aux auteurs d'étudier les textes de leur corpus avec une attention extrême. À ce titre, l'examen de toutes les variantes des premières éditions (y compris les coquilles des imprimeurs) est particulièrement intéressant pour qui possède une édition ancienne du Seigneur des Anneaux. Encore aujourd'hui, il est frappant de constater que beaucoup des intuitions des auteurs ont été confirmées par les textes ultérieurement publiés dans Vinyar Tengwar et Parma Eldalamberon, ce qui peut s'expliquer en partie par le fait que certains d'entre eux eurent accès aux archives Tolkien conservées à l'université de Marquette.

Toutefois, si le livre constitue un bon point de départ, il a considérablement vieilli sur certains points. La publication de Sauron Defeated a complètement révolutionné l'étude d'adûnaïque. Le vocabulaire du quenya et du sindarin, ainsi que de leurs prédécesseurs conceptuels, s'est enrichi de plusieurs milliers de mots depuis la publication d'An Introduction to Elvish. On sait désormais que la reconstitution proposée pour les déclinaisons des noms en quenya était erronée. Il en va de même pour le système verbal et pronominal. L'étude sur les mutations du sindarin reste globalement d'actualité, même si de nouvelles publications permettent de la compléter utilement. Bien évidemment, cet ouvrage ne couvre pas les premières strates des langues inventées par Tolkien, puisque rien n'était connu à leur sujet à cette époque. Au final, ce n'est pas un livre qu'on peut utiliser pour apprendre les langues inventées par Tolkien, mais il s'agit d'une bonne introduction à la manière dont il convient de les étudier. Un modèle du genre, bien qu'il soit désormais dépassé sur de nombreux aspects. On attend toujours la publication d'un livre de ce calibre qui prenne en compte les publications plus récentes sur les langues et écritures inventées par Tolkien.

Sommaire

The Eldarin Tongues

Other Tongues - Jim Allan

Personal Names

The Wielders of the Three and Other Trees - Paula Marmor

L'avis des lecteurs

Donnez votre avis !

Nom, Prénom, ou Pseudonyme :
Adresse e-mail :
Votre avis :

Retapez le mot « Aeglos » en MAJUSCULES (vérification contre les robots de spam) :

Éditions

 An Introduction to Elvish and Other Tongues An Introduction to Elvish and Other Tongues
Edition brochée
Auteur(s)Jim Allan
EditeurBran's Head Books
Langueanglais
Date1978, nov.
Pages336
ISBN-100905220102
ISBN-139780905220109
Prix indicatif11.51 €
Sites

Voir aussi

Sur le net

1) On parlerait plutôt de quendien primitif désormais.