L'étendard funeste – Daeron

Il flotte tristement
Au gré des quatre vents
En bannière morbide
Créant en nous un vide.

Bras et jambe oscillant
Comme un pendule lent
Sous l'oeil des crebains
En meute de larbins.

Quel coup au moral,
Ce tableau théâtral,
Il n'y eu pire mort
Pour feu, Celebrimbor.

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/poemes/daeron/l_etendard_funeste.txt · Dernière modification: 08/12/2016 23:18 par Dαεrοη
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017