Ainsi Osgiliath - Thibaud Mercier

Dans la ville déserte dans les ombres plongée
Je demeurai longtemps errant et égaré,
Et à mes yeux troublés par un brûlant sommeil
Elle apparut peuplée de ténébreux soleils ;
D'inquiétants murmures s'épanchaient dans les rues
Et délabrées, des ruines d'arches et de statues
Jonchaient le sol pavé par de trop de vieilles pierres.
Ainsi Osgiliath, capitale si fière
Dévastée à jamais s'étend sur le Grand Fleuve,
Et il y règne aussi une masse d'effluves
De terreur absolues et d'horreur sublimée ;
Pourtant dans cette ville, qui autrefois aimée,
A passé par l'Orgueil, la Gloire et le Bonheur,
Il vient à qui écoute une étrange rumeur,
Une douce harmonie empreinte de tristesse ;
Ainsi Osgiliath, ville autrefois maîtresse
Se lamente parfois aux pieds de ses deux Tours,
Minas Anor, Minas Ithil - peut-être un jour,
Ma douce capitale aux milles lumières
Gisera foudroyée dans sa beauté si fière,
Et triste, pleurera chaque nuit, chaque jour,
Ainsi qu'Osgiliath ; et au creux de sa Tour,
De sa flèche d'acier se dressant dans le ciel,
Gémira tout son peuple en un deuil éternel.

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/poemes/mercier_thibaud/ainsi_osgiliath.txt · Dernière modification: 26/04/2009 03:12 par amra
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017