Les Nazgûl - Thibaud Mercier

Mille années de silence et deux mille ans de guerre
Sont passés lentement sur l'Ombre solitaire
Et elle reste là, agitée, inquiète,
Comme un terrible orage attendant la tempête…

La soif qui la déchire, la fièvre qui la ronge,
Absorbe ses pensées et dévore ses songes…
Elle cherche ! Elle cherche ! Et le cœur du Mordor
Palpite tout entier pour son précieux trésor !

Mais voici qu'arrachée à force de tortures
La réponse attendue jaillit dans les ténèbres,
Et l'Ombre lâche enfin ses Neuf coursiers funèbres ;

Ses Neuf esprits d'Horreur, de Mal, de Terreur pure,
Qui entament leur chasse, galopant vers le Nord,
Et fondent sur leur proie comme un souffle de Mort.

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/poemes/mercier_thibaud/les_nazgul.txt · Dernière modification: 26/04/2009 03:21 par amra
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017