Le départ - Céline Muller

Les voiles sont hissées, le vent s'est levé,
Pour accueillir dans son souffle rageur
Ceux qui se sont enchaînés au malheur.

La tempête s'abat, sa fougue hurle,
Pour gronder dans sa colère vengeresse
Ceux qui la défient avec hardiesse.

Et là, se tient-il, inébranlable.
Droit et fier, sa haine est amère.
Nulle crainte ne descelle son visage.
Aucune ombre n'offusque son regard.

Alors, hurle-t-il au-delà du tumulte :
Levez l'ancre ! Levez l'ancre !
Prenons-la d'assaut mes amis !
À la mer ! À la mer !
Brisons les chaînes des asservis !

Le ravage est grand, Uinen se lamente
Tant sa rancœur mêle sa tourmente.
Les larmes salées font déferlantes,
Et emportent les nefs ravies insolentes.

Mais là, se tient-il, imperturbable.
Grand et noble, sa rage est fière.
Nulle peur n'assombrit son image.
Aucune pénombre n'envahit son cœur.

Alors, hurle-t-il au-delà du tumulte :
Hissez ! Hissez !
Rien ne saurait nous arrêter !
Liberté ! Liberté !
Rien ne saurait nous entraver !

L'accalmie s'étend, le souffle se dissipe,
Et engloutissent les flots assassins
Ceux que Fëanor vainquit dans son chagrin.

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/poemes/muller_celine/le_depart.txt · Dernière modification: 26/04/2009 03:23 par amra
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017