Le navire elfique - Julie Quilliou

C'est une baie rocheuse, un asile de paix,
Un havre de beauté où se brisent les vents,
Un lieu sauvage, caché, de pierre déchirée,
Ses falaises sont blanches et gris est l'océan.

Sur sa côte sommeille un navire échoué ;
Sa voile tremble à peine comme un enfant qui dort,
Comme un lambeau de ciel sur la terre tombé
Des ailes de Manwë et des nuages d'or.

C'est un navire elfique où dorment les oiseaux,
Les ailes sur ses flancs, ses voiles translucides,
Bâti tout argenté du bois blanc des bouleaux,
Mais nulle trace des Elfes : le blanc navire est vide.

Une épave de ciel, venue du fond des âges,
Refuge des sirènes et des marie-morganes,
Un filet qui aurait retenu les nuages,
Une fleur blanche et verte, elfique, qui se fane.

Il sommeille à l'abri pour une éternité,
Dernier témoin muet et dernier souvenir,
Le vent de l'ouest caresse sa proue élancée,
Et sur l'autre rivage pour lui pleure la lyre.

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/poemes/quilliou_julie/le_navire_elfique.txt · Dernière modification: 26/04/2009 04:04 par amra
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017