Complainte pour la Tour de garde - Matthieu Vuillerme

Minas Tirith (© Ted Nasmith)

En cette heure de la nuit, où le monde n'est plus qu'ombres
D'immenses nuées obscures avancent leurs doigts sombres
Venues du Pays Noir, où vit dans la pénombre
Le Seigneur Noir et ses serviteurs sans nombre

Hélas ! Reverrons-nous Arien la brillante
Nimbant notre cité de sa lumière ardente
Hélas ! Le pâle Tilion reverra-t-il encore
Minas Ithil la belle, douce cité du Gondor

Dans la Grande Tour de Garde, tout espoir s'évanouit
Devant cette haine des Hommes, cette rage inouïe
Qui déchaîne à nos portes de féroces ennemis
Qui ont pour unique but d'anéantir nos vies.

Je vois les Champs au loin du haut de nos remparts
Bientôt notre cité ne tiendra plus sans choir
À cette vision se referme sur mon cœur
Toute gantée d'acier la poigne de la peur.

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/poemes/vuillerme_matthieu/complainte_pour_la_tour_de_garde.txt · Dernière modification: 26/04/2009 04:13 par amra
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017