Le Combat de Finrod Felagund contre Sauron

Original par J.R.R. Tolkien

He chanted a song of wizardry,
Of piercing, opening, of treachery,
Revealing, uncovering, betraying.
Then sudden Felagund there swaying
Sang in answer a song of staying,
Resisting, battling against power,
Of secrets kept, strength like a tower,
And trust unbroken, freedom, escape;
Of changing and of shifting shape,
Of snares eluded, broken traps,
Then prison opening, the chain that snaps.

Backwards and forwards swayed their song.
Reeling and foundering, as ever more strong
The chanting swelled, Felagund fought
And all the magic and might he brought
Of Elvenesse into his words.
Softly in the gloom they heard the birds
Singing afar in Nargothrond,
The sighing of the Sea beyond,
Beyond the western world, on sand,
On sand of pearls in Elvenland.

Then the gloom gathered; darkness growing
In Valinor, the red blood flowing
Beside the Sea, where the Noldor slew
The Foamriders, and stealing drew
Their white ships with their white sails
From lamplit havens. The wind wails,
The wolf howls. The ravens flee.
The ice mutters in the mouths of the Sea.
The captives sad in Angband mourn.
Thunder rumbles, the fires burn—
And Finrod fell before the throne.

Felagund (© Ted Nasmith)

Par Elendil

Il initia un chant de sorcellerie,
Pour percer, pour ouvrir, de fourberie,
Révéler, découvrir, déloyauté.
Or soudain Felagund déconcerté
Répondit par un chant de fermeté,
Résistance, luttant face à l'emprise
De secrets gardés, de ferme maîtrise,
Et constance, liberté, délivrance ;
D'altération, de changeante substance,
De pièges évités, de trappes forcées,
Le cachot s'ouvrant, les chaînes cassées.

D'arrière en avant oscillait leur chant.
Haché, heurté, mais toujours plus tranchant
L’hymne s'élevait, Felagund luttait,
D’Elfinesse dans ses mots il mettait
Féérie et force, arbres et roseaux.
Dans l'ombre ils entendirent les oiseaux
À Nargothrond chantant dans les lilas,
Le murmure de la Mer au-delà,
Par-delà, en occident, sur la grève,
La grève de perles en Eldarêve.

Puis l'ombre s’amassa, alla enflant
À Valinor, le sang rouge coulant
En bord de Mer, où les Noldor tuèrent
Les Coureurs d'écume et, voleurs, menèrent
Leurs blancs navires à la voile blanche
Loin des havres éclairés. Le vent flanche,
Le loup hurle. Les corbeaux fuient. Aux passes
De la Mer gémissent les mornes glaces.
Les tristes captifs en Angband frissonnent.
Le tonnerre gronde, les feux charbonnent –
Et tombe Finrod en face du trône.

(Traduit en Mars 2009)

Par Thibaud Mercier

L'Ennemi commença par un chant de sorcier,
Un chant pour transpercer, pour ouvrir et trahir
Révéler, découvrir, tromper et effrayer.
Et soudain Felagund, avant de s'affaiblir
Lui répondit d'un chant de grande fermeté,
Un chant de résistance, pouvoir contre pouvoir,
De secrets conservé, de donjon conforté,
D'une foi pure, intacte, Liberté et Savoir,
D'une forme mouvante et sans cesse changeante
Qui évite les pièges et brises les filets,
Une prison qui s'ouvre, une chaîne cassante ;

Et d'arrière en avant leur chant se balançait,
S'envolait, se noyait, et avec plus de force
Chaque fois se gonflait. Fegalund combattait
Et mettait dans ses mots la magie et la force
De tous les elfes libres de cœur et de beauté.
Doucement dans la nuit ils purent percevoir
Les doux oiseaux de Nargothrond chanter au loin,
Les soupirs de la Mer et son mouvant Miroir,
Au-delà, au-delà de l'horizon sans fin,
Sur le sable nacré des pays d'Occident.

Puis la Nuit s'épaissit, et les vastes ténèbres
Couvrirent Valinor, un rouge flot de sang
Coula et déglutit en un sanglot funèbre,
Sur les bords de la Mer, là-bas où les Noldor
Assassinèrent leurs frères coureurs d'écume,
Volèrent les navires bâtis de blanc et d'or,
Et fuirent les étoiles pour plonger dans les brumes.
Le Vent se plaint, le loup gémit, le corbeau fuit,
Dans les bouches marines se tourmentent les glaces,
Les prisonniers d'Angband dans l'éternelle Nuit
Se lamentent et pleurent dans de terribles places,
L'Orage gronde le feu fond de désespoir ;
Et tombe Felagund devant le trône Noir.

(Traduit en Mars 2005)

Par Divitiac

Il entonne une incantation
Parlant rouerie, perce, ouverture –
Traîtrises et révélations.
Felagund, plein d’hésitation,
Chante en retour la fermeté,
La lutte immuable et butée,
Les secrets tus, la force intègre,
La foi sauve, libre et allègre ;
Ce qui se meut et qui s’altère,
Les embûches que l’on mesure,
Cachot forcé, chaînes à terre.

Leur chant monte en se balançant,
Et pour que toujours plus avant
Tienne Finrod, l’hymne grandisse,
Il convoque les maléfices
De l’Elfinesse dans ses mots.
Dans l’ombre chantent les oiseaux
Au loin, là-bas, à Nargothrond
Quand au-delà la Mer qui gronde
Dans l’ouest et soupire au-delà
Chante pour Tol Eressëa.

Voilà que point l’obscurité ;
En Valinor le sang versé
Roule, purpurin, vers la Mer :
Le havre enténébré, désert,
Quand les Noldor voguent sereins,
Pleure les Chevaucheurs d’embruns.
Le vent faiblit, les loups menacent,
Les corbeaux fuient. De mornes glaces
Geignent, pareilles aux reclus
D’Angband. Un ciel de feu perclus –
Tombe Finrod devant le trône.

(Traduit en Avril 2009)

Voir aussi sur Tolkiendil

 
arts/traductions/silm/finrod_vs_sauron.txt · Dernière modification: 29/09/2011 16:20 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017