Langues elfiques

« Les marins elfes étaient grands et terribles ; leurs épées brillaient, leurs lances étincelaient et une lumière perçant était dans leur regard. Soudain, ils élevèrent leur voix en un chant de triomphe, et son cœur fut ébranlé par la crainte et il tomba face contre terre, et ils passèrent au-dessus de lui et s’en allèrent dans les collines pleines d’écho. »

 L'Éveil des Elfes au lac Cuiviénen (© Ted Nasmith)

Après leur naissance à Cuiviénen, les Elfes se nommèrent eux-mêmes les Quendi, car la parole était leur don particulier. Toutes les langues elfiques dérivent ainsi du quendien primitif, mais elles divergèrent les unes des autres à l’image de l’histoire des différentes Tribus elfiques. La première scission intervint entre les langues eldarines, parlées par les Vanyar, les Ñoldor et les Teleri, et les langues des Avari, qui refusèrent l’Appel des Valar. Les langues eldarines divergèrent progressivement au cours de la Grande Marche vers Valinor, au gré des séparations successives. Les langues avarines semblent avoir suivi un processus similaire, bien que Tolkien ne nous fournisse aucun détail historique précis. En effet, il s’est particulièrement attaché à développer les langues parlées à Valinor et dans le Nord-Ouest de la Terre du Milieu et s’est contenté d’esquisser les particularités phonologiques propres aux dialectes nandorins et avarins.

Cette page recense les langues elfiques qui appartiennent à la conception linguistique finale de Tolkien, dont les bases sont exposées dans les Appendices du Seigneur des Anneaux. Pour les premières versions des langues elfiques, se référer à la page où celles-ci sont listées.

Les langues anciennes

Le terme de langues anciennes couvre l’ensemble des dialectes successifs que parlèrent les Elfes entre leur Éveil à Cuiviénen et l’époque où ils commencèrent à coucher leur parler par écrit à Valinor ou en Doriath.

En savoir plus sur les anciennes langues elfiques.

Le quendien primitif

Le quendien primitif était la langue originelle des Elfes, qu’ils inventèrent alors qu’ils demeuraient encore tous à Cuiviénen, avant que les Valar n’aient conscience de leur présence. Toutes les langues des Elfes des époques ultérieures en découlent.

L’eldarin commun

L’eldarin commun est le nom donné à la langue parlée par les Eldar au cours de la Grande Marche vers Valinor, avant que des particularités se fassent jour entre les différents Clans. L’eldarin commun s’oppose ainsi aux langues avarines de ceux qui refusèrent l’Appel des Valar.

L’ancien quenya

L’ancien quenya désigne l’étape d’évolution du quenya postérieure à la scission de l’eldarin commun, lorsque des différences avec le parler des Teleri apparurent, mais avant que Rúmil de Tirion n’invente le premier système d’écriture.

Le telerin commun

Le telerin commun est l’ancêtre commun des langues du Troisième Clan, qui commença à se différencier des autres parlers eldarins au cours de la Grande Marche, avant que n’interviennent les scissions qui donnèrent naissance au nandorin, au sindarin et au telerin.

Le vieux sindarin

Le vieux sindarin est l’ancêtre direct du sindarin de Beleriand et des dialectes qui en dérivent. Chronologiquement, il apparut après que les Teleri d’Aman se soient embarqués sur Tol Eressëa et avant que le système runique ne voit le jour en Doriath.

Les langues eldarines

Les langues des Calaquendi

Les Calaquendi ou Elfes de lumière sont ceux des Elfes qui allèrent au bout de la Grande Marche et finirent par atteindre Valinor, le pays des Valar, au temps où les Deux Arbres étaient en fleur. Les langues des Calaquendi sont donc celles des Vanyar, des Ñoldor et des Teleri d’Aman.

Le quenya

Le quenya était la langue elfique que parlaient les Vanyar et les Ñoldor en Aman. C’était aussi la langue qu’employaient le plus fréquemment les Valar lorsqu’ils conversaient avec les Elfes. Ramenée en Terre du Milieu par les Ñoldor, elle y devint la langue de la connaissance. Tolkien l’avait initialement nommée qenya.

Le vanyarin

Le vanyarin est le nom du dialecte quenya parlé par les Vanyar. Il commença à se distinguer du parler des Ñoldor après que les Vanyar aient quitté Tirion pour s’installer à Valinor même. Tandis que les Ñoldor continuèrent à expérimenter et à faire évoluer leur langue, le vanyarin était caractérisé par un conservatisme extrême. Tolkien ayant longtemps attribué le nom de Lindar aux Elfes du Premier Clan, leur langue portait alors le nom de lindarin.

Le telerin

Le telerin est le nom donné à la langue parlée par les Falmari, les Teleri d’Aman. Bien qu’il s’agisse d’une langue ayant divergé du quenya longtemps auparavant, la compréhension était mutuelle entre les locuteurs de part et d’autre et certaines tournures du telerin furent même incorporées au quenya ñoldorin.

Le mátengwië

Le mátengwië ou « langue des mains » en quenya n’est mentionné qu’à quelques reprises dans l’œuvre de Tolkien. Bien qu’il en parle comme s’il s’agissait d’un moyen d’expression commun à tous les Elfes, les exemples d’utilisation donnés sont tous liés à des Elfes d’ascendance calaquendienne.

Les langues des Moriquendi

Les Eldar Moriquendi sont ceux qui abandonnèrent la Grande Marche en cours de route. Il s’agit essentiellement des peuplades telerines des Nandor et des Sindar. La plupart d’entre eux finirent par s’installer au Beleriand avant que Morgoth ne cause la destruction des Deux Arbres et ne revienne en Terre du Milieu.

Le sindarin

Le sindarin était la langue elfique la plus parlée de la Terre du Milieu. C’était la langue maternelle des Sindar, ou Elfes Gris. Les Ñoldor l’adoptèrent rapidement à leur arrivée en Beleriand, et elle devint parmi eux la langue quotidienne. Tolkien l’avait initialement appelée goldogrin, puis noldorin.

Le doriathrin

Le doriathrin était le dialecte du sindarin parlé dans le royaume de Thingol. Après l’établissement de l’Anneau de Melian, il se caractérisa par un conservatisme extrême et fut hermétique aux innovations linguistiques apportées par les Ñoldor. À l’origine, Tolkien en avait fait une langue apparentée à l’ilkorin plutôt qu’au noldorin.

Le falathrin

Le falathrin était initialement la variété de sindarin parlée sur la côte occidentale de Beleriand. Ce dialecte fut adopté par la plupart des Exilés ñoldor, qui contribuèrent à l’enrichir et à le standardiser. Il constitua la base du sindarin classique des âges ultérieurs.

Le gondolinien

Le gondolinien était la langue vernaculaire de Gondolin, un dialecte sindarin intermédiaire entre le falathrin et le mithrimin, avec un appoint notable de vocabulaire quenya sous une forme « plus ou moins sindarisée », comme le nom Gondolin lui-même, qui était une adaptation du q. Ondolindë.

Le mithrimin

Le mithrimin ou sindarin septentrional était la langue que parlaient les Teleri qui demeuraient à Hithlum et à Dor-Lómin. Les hasards de la guerre contre Morgoth contribuèrent à son déclin et il semble qu’il ait cessé d’être une langue courante lors de la destruction du Beleriand.

Le nandorin

Le nandorin était la variété de telerin parlée par les Elfes qui refusèrent de passer les Montagnes Brumeuses lors de la Grande Marche et suivirent Lenwë vers le Sud. Après la chute du Beleriand, elle demeura un temps vivace dans les communautés nandorines d’Eriador et de Rhovanion. Tolkien appelait initialement cette langue le danien.

L’ossiriandrin

L’ossiriandrin était le dialecte occidental du nandorin, parlé par les Nandor qui s’installèrent en Ossiriand après avoir passé la future trouée de Rohan, traversé l’Eriador et franchi les Ered Luin sous la conduite de Denethor, fils de Lenwë.

Le leikvien

Le leikvien était la branche orientale du nandorin, parlée par les suivants de Lenwë qui restèrent à l’Est des Ered Luin. Bien qu’il soit dit qu’elle ait été très proche de l’ossiriandrin, les connaissances que l’on a du leikvien restent très fragmentaires.

Le sylvain

Le sylvain était l’une des langues descendant du nandorin. Elle fut progressivement remplacée par le sindarin en Eriador et en Lórien, sous l’influence des Sindar fuyant la ruine de Beleriand. À la fin du Troisième Âge, il semble qu’elle ne fût restée vivace que dans le royaume de Thranduil.

Les langues avarines

L’avarin est le nom générique qui recouvre tous les dialectes des Elfes qui refusèrent l’Appel des Valar et ne participèrent pas à la Grande Marche. Bien qu’on sache fort peu de choses au sujet de ces langues, on en dénombrait au moins six variétés. Tolkien utilisa longtemps le terme lemberin pour désigner ces langues.

Blason

 
langues/langues_elfiques.txt · Dernière modification: 04/10/2012 13:33 par Elendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014
Partager