Quelles sont les deux tours ?

Julien Mansencal - octobre 2007
Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n'est requise.
Tolkiendil et l'auteur du présent article remercient le Tolkien Estate pour avoir autorisé l'utilisation des couvertures reproduites ci-après.

Ces illustrations sont sous la protection du droit d'auteur © 2011 The Tolkien Trust.

Les Deux Tours : ce titre énigmatique laisse place à plusieurs interprétations, car nombreuses sont les tours à être mentionnées dans ce volume : Orthanc, Minas Tirith, Minas Morgul, Barad-dûr et la tour de Cirith Ungol, soit dix combinaisons possibles en tout. Y en a-t-il une de bonne ? Et si oui, laquelle est-ce ?

Le choix du titre

Le deuxième des trois tomes du Seigneur des Anneaux est clairement le plus hétéroclite, puisqu'il est consacré pour moitié aux pérégrinations de Frodo et Sam vers le Mordor, et pour moitié aux chemins souvent divergents des autres membres de la Communauté dissoute. Cet aspect était déjà perçu par Tolkien, et cela se reflète dans les titres peu convaincants qu'il proposa à son éditeur pour le second volume : L'Anneau dans l'Ombre (Lettre n°136 du 24 mars 1953), puis L'Ombre s'étend (Lettre n°139 du 8 août 1953). Quelques jours plus tard, dans une lettre à Rayner Unwin, il suggère ce qui deviendra le titre définitif : Les Deux Tours. Il en dit : « Les Deux Tours est ce que l'on peut faire de mieux comme titre couvrant les Livres III et IV, très divergents ; et on peut laisser l'ambiguïté : il peut aussi bien faire référence à Isengard et Barad-dûr, qu'à Minas Tirith et B[arad-dûr] ; ou encore à Isengard et Cirith Ungol. » (Lettre n°140)

Ainsi, Tolkien n'avait semble-t-il pas choisi de définir les tours du titre. Cependant, dans une lettre au même Rayner Unwin, datée du 22 janvier 1954, il déclare que « le titre Les Deux Tours ne me plaît pas du tout. Il doit, s'il comporte vraiment une référence au vol. 2, faire référence à Orthanc et à la Tour de Cirith Ungol. Mais puisqu'il est beaucoup question de l'opposition fondamentale entre la Tour Sombre et Minas Tirith, cela semble une grande source de confusion. » (Lettre n° 153)

La réalisation de la couverture

Première ébauche - cliquez pour agrandir

Fig. 1. Première ébauche de la jaquette des Deux Tours

Seconde ébauche - cliquez pour agrandir

Fig. 2. Seconde ébauche de la jaquette des Deux Tours

Version définitive - cliquez pour agrandir

Fig. 3. Jaquette définitive des Deux Tours

Illustrations © The J. R. R. Tolkien Copyright Trust, utilisées avec l'aimable autorisation du Tolkien Estate.

En ce même mois de janvier 1954, Allen & Unwin demanda à Tolkien de dessiner des jaquettes pour les couvertures du livre. Celui-ci s'exécuta en mars, fournissant deux brouillons pour les jaquettes de La Communauté de l'Anneau et des Deux Tours. Cette dernière (voir fig. 1), publiée, comme les autres, dans J. R. R. Tolkien : Artiste et illustrateur (n° 178), montre deux tours qui semblent être Barad-dûr (survolée par un Nazgûl) et Minas Tirith, dont on reconnaît la structure en niveaux. Ces deux forteresses entourent le volcan Orodruin. À l'avant se trouvent les vingt Anneaux de Pouvoir : les Trois des Elfes et les Sept des Nains entourent l'Unique, le plus grand, qui contient les Neuf Anneaux des Hommes, soumis à son pouvoir.

Cette première ébauche fut suivie d'une seconde (n° 179, fig. 2), nettement simplifiée : tous les Anneaux ont disparu, sauf l'Unique, au centre, et Narya, l'anneau de Gandalf, en bas à droite. On voit désormais une tour à gauche, au-dessus de laquelle plane un croissant de Lune. La tour porte neuf cercles, probablement les anneaux des Nazgûl. Ces deux éléments indiquent qu'il doit s'agir de Minas Morgul, leur citadelle, ancienne Minas Ithil, « Tour de la Lune Montante ». La tour de droite présente la forme caractéristique d'Orthanc, avec ses grands piliers de pierre ; la présence d'une clef et d'un bâton (celui de Saruman) appuient cette identification.

La version finale (n° 180, fig. 3) est très proche de cette seconde ébauche. Orthanc perd clef et bâton, mais un pentacle, symbole par excellence de la magie, apparaît au-dessus de la tour, et une main blanche aux ongles tachés de sang en-dessous. Il s'agit sans doute d'une référence directe au texte du livre : « Gandalf avança alors vers la grande colonne et passa devant elle ; et à ce moment, les Cavaliers virent avec étonnement que la Main n'était plus blanche. Elle était tachée de sang séché, et, regardant de près, ils constatèrent que ses ongles étaient rouges » (Livre III - Chapitre 7).

Les Neuf Anneaux sont toujours présents sur la tour de gauche, et en-dessous apparaît une éclipse lunaire, peut-être là encore liée à un passage du texte : « Ce n'était pas le clair de lune emprisonné qui jaillissait au travers des murs de marbre de Minas Ithil au temps jadis, de la Tour de la Lune, belle et radieuse au creux des collines. Plus pâle en vérité que la lune souffrant de quelque lente éclipse était sa lumière présente… » (Livre IV - Chapitre 8). Cette lune est entourée d'un cercle rouge qui rappelle l'Unique au centre du dessin, et donc la prise de cette tour par les serviteurs de Sauron. La position respective des deux lunes - croissant en haut, éclipsée en bas - symbolise peut-être également la chute de cette tour.

Note à la fin du premier volume

On peut noter que certaines éditions de La Communauté de l'Anneau présentent, après la fin du dernier chapitre, un court texte servant d'accroche pour le tome suivant, où l'on peut notamment lire que « La seconde partie a pour titre LES DEUX TOURS, puisque les évènements qui y sont relatés sont dominés par Orthanc, la citadelle de Saruman, et par la forteresse de Minas Morgul, qui commande l'entrée secrète du Mordor… » Néanmoins, ce texte n'apparaît pas systématiquement, et surtout, rien n'indique qu'il soit de la main de Tolkien. Dans le doute, mieux vaut le laisser de côté.

Conclusion

Qu'en conclure ? Tolkien a émis le désir de laisser planer l'ambiguïté, mais sa jaquette ne laisse aucun doute sur le choix d'Orthanc et Minas Morgul, alors qu'il affirme lui-même que les événements du livre sont centrés sur Orthanc et la tour de Cirith Ungol. Il est probable qu'il n'y ait finalement pas de réponse unique à la question « Quelles sont les deux tours du titre ? », et qu'il faille laisser chaque lecteur se faire sa propre opinion.

 
essais/divers/deux_tours.txt · Dernière modification: 10/04/2017 14:47 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017