La magie chez Tolkien

Pascal Burkhard
Articles de synthèseArticles de synthèse : Ces articles permettent d'avoir une vue d'ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Introduction

Dans cet essai, j'utiliserai le terme « magie » assez souvent, même si ce n'est pas vraiment le mot idéal. Je considère les pouvoirs psychiques comme de la magie mais on peut remplacer le terme « magie » par « pouvoir » ou « faculté ».

Dans les œuvres de Tolkien la magie joue un rôle assez important, mais elle reste mystérieuse, on en parle peu, même si elle apparaît sous maintes formes. Les Valar, les Maiar et les Elfes sont dotés de pouvoirs magiques car leur destin est lié au Monde alors que les Hommes, les Hobbits, les Nains et probablement les Orques ainsi que toutes les autres créatures de Morgoth ne possèdent pas de magie car leur sort n'est pas lié à Arda.

La magie chez les Elfes

Les Premiers-Nés ont, à la différence des Hommes, quelque chose de magique comme on peut le voir à plusieurs reprises. Il faut tout de même signaler que Galadriel semblait étonnée par l'utilisation d'un terme aussi général. Dès le début, les Elfes ont créé des objets possédant de grands pouvoirs, d'abord avec l'aide des Valar (en particulier Aulë), puis de façon plus indépendante. Ainsi, ont vu le jour les premières gemmes de cristal sans grandes qualités soit disant « magiques » que fabriquèrent les Noldor. Plus tard à l'aide de la substance lumineuse des Arbres, Feänor créa les Silmarils. Et ces pierres ayant en elle une substance « magique » venant du Telperion et du Laurelin, Yavanna dit qu'avec l'aide de la lumière des Silmarils, elle aurait pu guérir les blessures infligées par Ungoliant. Plus tard, alors que la plupart des Noldor se trouvent en Terre du Milieu, on voit de nouveau l'apparition de la magie des Elfes. Par exemple l'Elessar créé à Gondolin par un orfèvre (on ne sait s'il s'agit de Celebrimbor ou Enerdhel), cette pierre elfique de couleur verte à le pouvoir de guérir les blessures d'Arda infligé par les Orques et autres créatures de Morgoth.

Une autre merveille des Elfes sont les Palantíri, les pierres de vision, qui permettent à leurs détenteurs de voir n'importe quel lieu de la Terre du Milieu et de dialoguer avec les autres détenteurs de palantíri. On peut également constater une différence de puissance entre les Elfes : Glorfindel tua, au Premier Âge, un Balrog, mais lorsque apparaît sur le pont de la Moria un Balrog, Gandalf dit : « C'est là un ennemi qui dépasse vos pouvoirs à tous. » Donc Legolas, le seul elfe présent n'a pas la puissance pour s'attaquer à un Balrog à la différence de Glorfindel, cette différence n'est peut-être qu'une question de courage, mais Glorfindel vit probablement la lumière de Valinor ce qui peut jouer un rôle. La plus grande œuvre excepté les Silmarils est sûrement la création des Anneaux de Pouvoir aux Second Âge par Celebrimbor avec l'aide de Sauron déguisé en Annatar, et en particulier les Trois Anneaux Elfiques car ils n'ont pas été touchés par Sauron même si leur sort est liés à l'Unique.

Les pouvoirs des trois Anneaux Elfiques

Vilya, le plus puissant de ces Trois Anneaux, se trouve à Imladris au doigt d'Elrond. C'est probablement cet Anneau qui lui confère les incroyables pouvoirs de guérison qu'il possède. Car Glorfindel dit en voyant la blessure causée à Frodo par le poignard de Morgul : « Les blessures infligées par cette arme dépassent, hélas ! mes pouvoirs de guérison », ce qui nous indique que les Elfes possèdent des pouvoirs de guérison mais que ceux d'Elrond son bien supérieurs aux autres et malgré tout n'arrivera tout de même pas à guérir entièrement la blessure. Vilya est responsable également du fait que le ciel d'Imladris passe pour un des plus clairs, surtout la nuit, lorsque les étoiles de Varda apparaissent aux cieux. Un autre pouvoir de Vilya est le contrôle de la crue de la Bruinen.

Nenya, considéré comme le second des Trois Anneaux, se trouve en Lórien au pays de la Blanche Dame au doigt de laquelle il se trouve. Cet Anneau confère à Galadriel des pouvoirs de vision, et grâce à son miroir d'eau, elle peut voir ce qui était, ce qui est et ce qui sera (même si parfois, dit-elle, on voit des choses qui ne se réalisent pas forcément). Ce miroir fait penser à la boule de cristal d'une voyante. On apprend aussi que Galadriel lutte en pensée contre l'Œil, on voit donc apparaître une forme de magie plus subtile, une magie psychique qui vient de l'anneau.

Narya, le dernier des Trois Anneaux, a d'abord appartenu à Gil-galad puis Círdan qui finit par l'offrir à Gandalf. Narya confère à Gandalf des pouvoirs en rapport avec le feu, ou il atténue les pouvoirs existants de Gandalf dans le domaine du feu, car Gandalf est un porteur de la Flamme d'Anor. Gandalf utilise une magie plus visible comme les éclairs sur Amon Sûl contre les Nazgûl, mais il utilise lui aussi une grande partie une magie mentale comme lors du combat contre le Balrog dans la Moria : le Balrog ne peut passer temps que Gandalf a assez de pouvoir pour l'en empêcher. Lorsque Frodo met l'Anneau sur Amon Hen et qu'il regarde Barad-dûr, Gandalf et Sauron luttent par l'intermédiaire de Frodo jusqu'à ce que celui-ci enlève l'Unique. Les Trois Anneaux Elfiques confèrent donc des pouvoirs psychiques, on en voit d'ailleurs la preuve à la fin de la quête lorsque Galadriel s'apprête à retourner en Lórien, Elrond, Galadriel et Gandalf discutent longuement, mais il est précisé que pour quelqu'un qui passerait par là ils n'auraient été que des statues muettes, car en se regardant dans les yeux et se transmettaient leurs pensées.

La magie chez les Valar et les Maiar

Il n'y a point de doute, les Valar ainsi que les Maiar possèdent une très grande magie. On constate aussi que les Valar possèdent une magie physique (visible) autant qu'un pouvoir psychique, alors que les pouvoirs des Elfes sont plus psychiques que physiques. Tout ce que créèrent les Valar vient de leur magie : les Arbres (Telperion et Laurelin) créé par Yavanna, les Etoiles créées par Varda, les reliefs créés par Aulë, les plantes et les animaux qui ont vu le jour grâce à Yavanna, les cours d'eau tracés par Ulmo et les créatures maléfiques détournées par Morgoth. Morgoth déteste la lumière et celle-ci la brule lorsqu'il tient les Silmarils dans sa main, pourtant il met sur sa couronne les Silmarils comme on y met des diamants. Il déteste la lumière mais la convoite, comme également les Elfes.

On constate dans le Seigneur des Anneaux que les Istari ont tous un bâton qui renferme une partie de magie, mais cette magie doit être liée aux détenteurs du bâton car lorsque Gandalf est enfermé à Isengard, Saroumane a dû lui enlever son bâton et après s'être échappé d'Orthanc, Gandalf s'est approprié un nouveau bâton. Mais Gandalf n'utilise pas seulement son bâton, lors de la bataille contre le Balrog, son épée, Glamdring lance des éclairs blancs.

La magie chez les créatures aux origines mystérieuses

Tom Bombadil, un des plus grands mystères que nous laissa Tolkien, lui aussi semble avoir des pouvoirs magiques quoique qu'il puisse simplement être insensible a toute magie étrangère. Par exemple il est totalement insensible à l'Unique créé par Sauron, il semble même rire de l'Anneau comme s'il s'agissait d'une babiole sans grande importance. Il est également capable de voir le porteur de l'Anneau lorsque celui-ci a au doigt l'Unique. On constate également que Tom Bombadil a des pouvoirs sur les Arbres et les sinistres Êtres des Galgals.

Ungoliant est également une créature dont on ne connaît pas l'origine et elle a de grands pouvoirs maléfiques. Lorsque Melkor et Ungoliant s'approchent de Valinor, les Valar sont incapables de les voir car elle propage autour d'eux un manteau d'obscurité que même la lumière des Arbres ne peut transpercer. Ungoliant est avide de substance lumineuse, elle absorbe la sève des Arbres et reste toujours aussi noire qu'avant, ce qui la fait ressemblée à un trou noir invisible car ils absorbent toute la lumière.

Beorn est également un personnage étrange, même si son importance n'est pas aussi grande que celle de Tom ou d'Ungoliant. On peut lire dans le Hobbit qu'il possède la faculté de se changer en ours, faculté qui rappelle beaucoup les loups-garous.

Les incantations

Comme déjà dit dans l'introduction, la Musique des Ainur est peut-être la source de toute la magie sur Arda. On observe deux forme d'incantations différentes dans le monde de Tolkien : le chant et les paroles. Yavanna chanta un chant d'une extrême beauté qui créa les Arbres de Valinor. Il y a aussi le chant des fameux Ulumúri d'Ulmo qui éveille la nostalgie de la mer dans les cœurs de ceux qui l'entendent. Tom Bombadil utilise aussi les chansons comme on peut le voir lorsqu'il chasse l'Être des Galgals de son trou. Mais certains utilisent des paroles comme Gandalf qui prononce l'incantation « Naur an edraith ammen ! » pour créer du feu ou encore dans la Moria lors de la lutte entre Gandalf et le Balrog à la porte de la chambre de Mazarbul, où ils utilisent sort et contre sort. On apprend également de Gandalf que la magie psychique est très éprouvante physiquement, elle fatigue.

 
essais/magie/magie.txt · Dernière modification: 25/05/2011 14:04 par Tilkalin
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017