Le mystère des deux Gelmir

Jean Burinen
Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n'est requise.

Tolkien nous fait redécouvrir à travers ses œuvres le peuple elfe, déjà présent dans la mythologie nordique. Mais il faut préciser qu'il en change totalement l'image. Il a donc énormément développé cette race dans Le Silmarillion et ils ont la caractéristique d'avoir un nom qui leur est propre. Mais évidemment il existe certains cas plus ou moins intéressants à étudier. Si tout le monde connaît celui de Glorfindel, celui de Gelmir est plus intéressant et obscur encore.

Au cours de nos lectures, nous croisons deux Gelmir, l'un dans Le Silmarillion, l'autre dans les Contes et légendes inachevés. Si ce personnage n'a pas d'importance majeure pour le récit, il est néanmoins intéressant car c'est un des rares cas où il y a deux Elfes portant le même nom, avec Glorfindel.

Gelmir de Nargothrond

Celui qui vient le premier chronologiquement est un noble Noldo de Nargothrond, fils de Guilin et frère de Gwindor. Il fut capturé par Melkor lors de la Quatrième Bataille, Dagor Bragollach, et exécuté lors de la Cinquième Bataille, Nirnaeth Arnoediad. Effectivement Gwindor avait conduit une faible troupe de Nargothrond afin de se venger justement de la prise de son frère. Mais malheureusement les serviteurs de Morgoth torturèrent Gelmir devant les yeux de Gwindor qui lança alors ses hommes, fou de douleur, et se retrouva lui-même isolé devant les portes d'Angband où il fut fait prisonnier. Gelmir eu donc un sombre destin.

« Ils amenaient avec eux Gelmir, le fils de Guilin, un seigneur de Nargothrond qu'ils avaient capturé à Bragollach et dont ils avaient crevé les yeux. Et le héraut d'Angband s'avança en criant : « Nous en avons beaucoup comme lui chez nous, mais vous devrez vous dépêcher pour les trouver, car à notre retour nous ferons avec tous comme avec celui-ci. » Ils coupèrent les mains et les pieds de Gelmir, et en dernier, sa tête, en vue des Elfes, puis s'en allèrent. »

Gelmir de la Maison d'Angrod

Vingt-trois ans plus tard, nous croisons un autre Gelmir qui, avec son compagnon Arminas, indique à Tuor la Porte des Noldor, passage secret pour fuir Hithlum. Effectivement, Tuor était en fuite devant les hommes qui avaient envahi son pays. Cet Elfe de la famille d'Angrod, frère de Finrod et d'Orodreth de Nargothrond, est alors chargé d'une mission périlleuse pour prévenir Orodreth à Nargothrond d'un danger immédiat.

« Et il aperçut alors que sous leurs pèlerines grises, ils avaient revêtu des cottes de mailles ; et il en fut tout émerveillé car ils étaient plus splendides et terribles d'apparence qu'aucun Elfe qu'il lui avait été donné de voir. Il se redressa de toute sa hauteur, et les attendit ; mais quand ils virent qu'il ne dégainait aucune arme, mais se tenait là, seul, leur souhaitant la bienvenue dans la langue des Elfes, ils remirent leur épée au fourreau et lui adressèrent paroles courtoises. Et l'un dit : Nous sommes Gelmir et Arminas, du peuple de Finarfin. »

Un seul ou deux Elfes ?

Dans ce cas, il est donc beaucoup plus difficile de dire qu'il s'agit de la même personne. Tout d'abord, Glorfindel avait accompli un exploit, il avait tué un Balrog, et il était peut-être déjà prévu qu'il sauve Frodon au guet de Bruinen mais cela reste douteux1). Pour Gelmir (de Nargothrond), il est mort comme beaucoup d'autre de ses compagnons, torturé par les serviteurs de Morgoth. Quant à la mission du « second » Gelmir, puisqu'il est accompagné d'Arminas, sa présence, si elle est utile, n'est pas indispensable. On peut aussi remarquer un important point commun entre les deux Glorfindel : ils sont tout les deux blonds, choses rares pour des Noldor. Par contre Gelmir ne serait plus le fils de Guilin mais il appartiendrait à la famille d'Angrod2). Enfin Glorfindel réapparaît ensuite lors du Troisième Âge où il mettra alors en fuite le Roi-Sorcier et où il prévoira que ce ne sera pas un homme qui tuera celui-ci. Peut être que Glorfindel sait tout cela après un passage à Valinor, où il aurait aussi acquis une puissance suffisante pour faire fuir le Roi-Sorcier. Par contre, il ne se passe que 23 ans entre les deux apparitions de Gelmir3). Par contre, pour Gandalf, il se passe environ moins d'un mois entre ses deux apparition mais lui était Maia et sa mission était urgente. On peut remarquer que Gandalf revient bien plus fort de Valinor, cela ne se voit pas chez Gelmir4).

Il est difficile de croire que J.R.R. Tolkien ait fait une erreur en écrivant Le Silmarillion ou les Contes et légendes inachevés, il était beaucoup trop soigneux, mais d'un autre coté Tolkien ne voulait pas publier ces textes5). Il est aussi peu probable que ce soit une erreur de la part de Christopher Tolkien, très méticuleux lui aussi. Alors pourquoi rencontrons nous deux Gelmir, qui ont de plus toutes les chances d'être différents ?

Il est possible que, comme pour Tom Bombadil, Tolkien ait voulu introduire un nouveau mystère inexplicable qui selon lui donnait vie à son monde, l'exception qui confirme la règle. Ce sujet ne reste néanmoins très ouvert et il n'existe pas de vérité ainsi je laisse chacun libre de choisir la solution qu'il préfère6).

1) Pas pour Eru. Námo (Mandos) est aussi quelqu'un qui voit loin, comme il l'a prouvé en lançant la fameuse Prophétie de Mandos.
2) Ce qui ne le place pas forcement dans une famille complètement différente : qui a dit que Guilin n'est pas parent d'Angrod ? Seule, la mention « un Seigneur de Nargothrond », prouve en partie son appartenance à la maison de Finarfin, le père de Finrod Felagund fondateur de Nargothrond.
3) Ce qui est beaucoup trop court pour un Elfe pour renaître, et à cette époque, jamais Mandos n'aurait permis à un Noldo de retourner en Terre du Milieu avec sa prophétie et la colère des Valar envers les Noldor.
4) Cependant, ce n'est pas le fait d'aller et de revenir de Valinor qui rend quelqu'un plus ou moins fort. Gandalf est revenu plus fort, car les entraves terrestres qui le liaient à la Terre du Milieu lui ont été ôtées. Il est revenu avec une nouvelle couleur symbolisant son pouvoir retrouvé (Gandalf le Blanc). Voir à ce sujet l'essai sur la tâche de Gandalf.
5) Tolkien faisait quand même des erreurs : lorsque celle de Glorfindel a été découverte, Tolkien a dit qu'il devait sûrement s'agir de la même personne. Voir le passage à ce sujet dans l'essai parlant de Tom Bombadil (Qui sont Tom Bombadil et Baie d'Or ?) et surtout dans celui consacré à Le cas Glorfindel.
6) Il est une dernière possibilité qui aurait pu être débattue : Le Silmarillion n'a pas été réellement terminé par Tolkien, et Christopher a dû faire des choix dans les écrits de son père pour le publier. Peut-être n'a-t-il pas vu au moment de le publier que deux Elfes ne pouvaient avoir le même nom, et qu'après seulement, en réalisant les Contes et légendes inachevés, puis les volumes de the History of Middle-earth, il se soit aperçu que deux Gelmir sont contradictoires. Tolkien lui-même ne devait pas avoir eu le temps de régler le problème. Mais comme dit l'auteur, la vérité est selon le choix de chacun.
 
essais/personnages/gelmir.txt · Dernière modification: 27/02/2011 11:52 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017