Melkor vs. Sauron

Nicolas Peuch
Articles de synthèseArticles de synthèse : Ces articles permettent d'avoir une vue d'ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Introduction

Après une longue interruption due à l'écriture du Seigneur des Anneaux, Tolkien reprit ce qu'il appelle son « legendarium »1), et notamment les Jours Anciens que décrit Le Silmarillion, en s'attachant à donner à sa mythologie, comme le dit Christopher, son fils, un « système théologique et métaphysique cohérent ». C'est à cette période que Tolkien écrivit notamment l'Athrabeth Finrod ah Andreth2), un des textes les plus caractéristiques de cette volonté de donner une profondeur théologique et métaphysique au Légendaire. On trouve également cet aspect de l'univers dans différents écrits et essais de cette époque.

Parmi ces textes, dont certains ont été réunis par Christopher Tolkien sous le titre d'ensemble de Myths Transformed3) en figure un que Tolkien a intitulé Notes on motives in the Silmarillion. Dans ce texte, Tolkien s'interroge sur la nature des pouvoirs de Melkor et Sauron. D'emblée, on apprend que Sauron était plus « grand » à la fin du Second Âge que Melkor ne l'était à la fin du Premier4). Surprenante affirmation, Melkor étant a priori le maître de Sauron et ayant de par sa nature un pouvoir bien plus grand. Tolkien donne toutefois plusieurs éléments de réponse, et nous essaierons d'élargir celle-ci à une comparaison plus générale entre les deux personnages.

Destruction et Domination

La première différence fondamentale entre les deux Ainur provient du fait qu'ils n'avaient pas les mêmes buts.


Le Silmarillion nous apprend que les deux Valar Melkor et Aulë se rejoignaient sur ce point qu'ils aimaient tous les deux créer des choses nouvelles et qu'on loue leurs talents5). Mais Aulë n'enviait pas les autres. Melkor, lui, ressentait de la haine pour tout ce qui ne venait pas de lui, de sa propre création ou qui était différent de lui. Il n'a jamais désiré que la destruction des créations des autres Valar ou d'Eru lui-même. Ainsi, comme le dit Tolkien6), le seul fait de l'existence des Elfes, des Hommes ou de toute autre espèce vivante différente le faisait enrager, si bien que le but de Melkor fut avant toute autre chose la destruction des Peuples de la Terre du Milieu. En fait, Melkor était tout simplement un nihiliste, à tel point qu'il aurait sans doute annihilé ses propres enfants, comme les Orques par exemple, après que ceux-ci l'eurent aidé à détruire les Elfes et les Hommes7).

Sauron n'est pas un nihiliste, du moins ne l'est-il pas au point de son maître. Il cherche avant tout la domination. L'existence d'autres peuples le laisse indifférent tant qu'il peut les dominer et les soumettre à sa volonté. C'est le cas aussi pour les Númenóréens : bien que Sauron ait voulu leur destruction, ce n'était que pour venger l'humiliation que lui avait fait subir Ar-Pharazôn8). Hormis cela, Sauron se serait fort bien accommodé des Númenóréens, en tant que sujets, naturellement. Sauron se distingue de la « folie nihiliste » de Melkor également en ce sens que lui aimait l'ordre et la coordination. Sur ce point il rejoint Saruman, dont il décelait facilement les desseins, même sans l'aide du palantír.

Anneau de Morgoth et Anneau de Sauron

Autre différence fondamentale entre Melkor et Sauron : la façon dont ils ont utilisé leur pouvoir.


Melkor a disséminé son pouvoir en Arda, faisant d'elle son Anneau (Tolkien utilise cette métaphore à plusieurs reprises, et Christopher l'a choisie pour être le titre du volume X de l'Histoire de la Terre du Milieu). Ainsi, il l'a marrie, c'est à dire que toute part d'Arda a désormais en elle une partie maléfique9). Certes, ce marrissement a conduit à la perversion (à défaut de meilleur terme en français) de toute chose sur le monde et en cela a entraîné de grands maux, mais Melkor, en dispersant son pouvoir, s'est considérablement affaibli. Et à la fin du Premier Âge, quelques années avant qu'il soit projeté hors des cercles du Monde par Ilúvatar, il a perdu beaucoup du pouvoir qui faisait de lui, aux balbutiements d'Arda, le plus puissant des Ainur.

Sauron avait à l'origine un pouvoir bien moins grand que celui de son maître. Mais d'une part, il a bénéficié du Marrissement d'Arda, sans avoir besoin de disperser son propre pouvoir, et d'autre part, il a préféré le concentrer dans les Anneaux. Car Sauron, au contraire de Melkor comme nous l'avons vu, ne cherche pas la destruction d'Arda en tant que telle, mais la domination des peuples qui la composent. Ceci s'illustre très bien avec la Création des Anneaux, dans lesquels Sauron a concentré une partie de son pouvoir afin de dominer les Peuples Libres de la Terre du Milieu.

Dès lors, on comprend mieux pourquoi Tolkien affirme que Sauron était plus « grand » au Deuxième Âge que Melkor ne l'était à la fin du Premier.

Pris à leur propre piège

Un problème reste cependant à élucider. Après la Musique des Ainur, Ilúvatar s'adresse à Melkor et lui dit : « Et toi Melkor, tu verras tes pensées les plus secrètes, tu comprendras qu'elles ne sont qu'une part de l'ensemble, tributaires de sa gloire » (Ainulindalë). De même, Tolkien nous apprend que Sauron connaissait mieux la Musique que son maître10). Alors pourquoi, sachant que leurs actions ne pouvaient qu'être tributaires de la gloire d'Eru, Melkor et Sauron se sont-ils acharnés à vouloir détruire Arda ou dominer les Enfants d'Ilúvatar ?

Les deux Ainur, ont, chacun à leur manière, été pris à leur propre piège. Melkor, à force de mensonges aux Hommes et aux Elfes, à force de prétendre qu'il pouvait les détruire totalement11), a fini par s'en persuader lui-même. Quant à Sauron, il pensa qu'Eru avait abandonné Arda et vit dans la dissimulation de Valinor l'abandon par les Valar de la Terre du Milieu. Cependant, au Second Âge, il eût à subir lui-même la colère d'Eru dans l'engloutissement de Númenor et de sa flotte, mais pris dans son désir insatiable de domination, il vit dans le retrait d'Aman des Cercles du Monde la confirmation de l'isolement des Valar. Ainsi, Sauron pensait avoir le champ libre. Ce en quoi il se trompa.

C'est donc l'orgueil qui les a perdus.

Conclusion

Melkor et Sauron étaient, en fin de compte très différents. Sauron était certainement plus réfléchi que Melkor, son maître, chez qui il aimait avant tout sa capacité à exécuter ses plans efficacement et rapidement12). Melkor n'avait aucun plan préétabli pour parachever sa destruction d'Arda, et s'il utilisa la ruse et la tromperie, il semble plutôt avoir sombré dans une folie nihiliste qui l'a conduit à sa perte.

1) Communément francisé en légendaire.
2) L'Athrabeth se trouve dans le tome 10 de l'Histoire de la Terre du Milieu, Morgoth's Ring. Tolkien y traite de la destinée des Elfes et des Hommes, de la réincarnation, de la chute des Hommes, d'Arda Marrie (entres autres) sous la forme d'un débat entre l'Elda Finrod et l'Atan Andreth.
3) Myths Transformed se trouve également dans Morgoth's Ring. Les textes de cette section sont très difficiles à dater car ils ne donnent aucun indice à ce sujet. Néanmoins, il paraît probable (et c'est l'avis de Christopher Tolkien) que ces textes datent de la fin des années 50, lorsque Tolkien revisita son légendaire.
4) MT : « Sauron was 'greater', effectively, in the Second Age than Morgoth at the end of the First. »
5) « Tous les deux, semblablement, désiraient créer du neuf et de l'inattendu, ce à quoi d'autres n'auraient pas encore pensé, et ils aimaient à ce qu'on loue leurs talents. » (Valaquenta)
6) MT : « … when Melkor was confronted by the existence of other inhabitants of Arda, with other wills and intelligences, he was enraged by the mere fact of their existence […] His sole ultimate object was their destruction. »
7) MT : « Morgoth would no doubt, if he had been victorious, have ultimately destroyed his own 'creatures', such as the Orcs, when they had served his sole purpose in using them : the destruction of Elves and Men. »
8) MT : « But though Sauron 's whole true motive was the destruction of the Numenoreans, this was a particular matter of revenge upon Ar-Pharazon, for humiliation. »
9) À propos du Marrissement d'Arda, voir l'article paru sur le site Hiswelókë
10) Myths Transformed
11) Melkor ne pouvait influer que sur les hröar, aucunement sur les fëar des Incarnés.
12) MT : « It was the apparent will and power of Melkor to effect his designs quickly and masterfully that had first attracted Sauron to him. »
 
essais/personnages/melkor-sauron.txt · Dernière modification: 27/02/2011 11:58 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017