Étude sur l'origine et l'histoire des Ents

Comprenant une réflexion sur l'idée qu'ils puissent être des Maiar et sur leurs relations avec les Trolls

Andreas Möhn, traduit de l'anglais par Stéphane Camus
Article théoriqueArticles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Histoire

L'Âge des Arbres

« Personne ne sait d'où ils [les Ents] viennent, ni où ils sont apparus. Les Hauts-Elfes disaient que les Valar ne les avaient pas mentionnés dans la “Musique” » (Lettre 247). Par ailleurs, les Ents (et les Ents-Femmes) font traditionnellement une distinction forte entre eux-mêmes et les autres peuples doués de parole car ils n’attribuent pas leurs origines aux desseins des dieux mais à ceux d’une autre espèce : « Ce sont les Elfes qui ont commencé, naturellement, en éveillant les arbres, en leur enseignant à parler et en apprenant leurs propos d'arbres. Ils voulaient toujours parler à tout, les anciens Elfes » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4). C’est ainsi que Sylvebarbe raconte le début de l’histoire des Bergers des Arbres. Des sources plus récentes disent qu'« ils étaient connus des Eldar dans les jours d'antan, et de fait, les Ents attribuaient aux Eldar non point leur langue même, mais le désir de parole » (Le Seigneur des Anneaux - Appendice F). Notons que nous devrions très probablement lire ici « Quendi » plutôt qu'« Eldar »1), car les souvenirs des Ents semblent ne remonter que jusqu'au moment où Morgoth, qu'ils appelaient « la Grande Ombre », fut emprisonné, puis s’installa « dans le Nord », à Angband (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4). Même leur représentant le plus âgé, Sylvebarbe, ne semble rien connaître d'Utumno, son ancienne demeure.

Mais à cette époque, il n’y avait pas d'Eldar2) en Terre du Milieu, et si les Ents se sont éveillés pendant l’Âge des Arbres et l’emprisonnement de Morgoth, les Elfes « qui nous ont jadis guéris du mutisme » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4) devaient être des Úmanyar, ceux qui sont restés derrière. Par conséquent, la possibilité la plus plausible est qu’il s’agissait des Nandor, les Elfes Verts, car ils sont dits avoir acquis une connaissance des arbres bien plus grande que n’importe quelle autre espèce d’Elfes (Le Silmarillion - Quenta Silmarillion - Chapitre 3). Et il est possible que leur intérêt ne se soit pas limité aux arbres : peut-être que ces Elfes, qui « voulaient toujours parler à tout », ont été responsables de l’« éveil » d’autres bêtes, elles aussi devenues douées de parole.

Mais les Ents étaient différents de celles-ci car ils ont été par la suite assimilés comme les Elfes, les Nains et les Hommes à des créatures rationnelles. Un ancien poème que Sylvebarbe apprit dans sa jeunesse (il ne dit pas qui l’a écrit mais il s’agit probablement de Nandor) répertorie les Peuples Libres, a priori dans l’ordre de leur venue au monde :

« Apprenez maintenant la science des Créatures Vivantes !
Nommez d’abord les quatre, les Peuples Libres :
Aînés de tous, les enfants des Elfes ;
Le Nain, fouisseur, sombres sont ses demeures ;
L'Ent, né de la terre, vieux comme les montagnes ;
L'Homme, mortel, maître des chevaux.
» (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4)

Ces vers suggèrent que les Ents se sont éveillés avant que les Hommes ne le fassent, dans l’Est.

Mais les Ents ne viennent pas du Rhûn lointain, car il semble qu’ils soient apparus à l’ouest de l’Anduin, dans la région où les Ents-Femmes « faisaient des jardins pour y vivre » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4). On peut peut-être même imaginer que l’éveil des Ents ait eu lieu dans la région qui fut plus tard nommée forêt de Fangorn, qui était à l’époque « une seule forêt […] jusqu’aux Montagnes de la Lune ». (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4)

Le Premier Âge

Les « premiers Ents qui parcouraient les bois avant les Ténèbres » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4) n’étaient « pas tout à fait les mêmes » que ceux du Troisième Âge : « moins sages, moins forts, plus timides et moins communicatifs (leur propre langue était plus simple, mais leur connaissance des autres très limitée) » (Lettre 247). Peu à peu, ils ont grandi, se sont multipliés et ont appris à écouter leur environnement. Et avec les Entings, ce sont de nouvelles générations d’Ents qui vinrent au monde. Au Premier Âge du Soleil, « quand les Ténèbres vinrent dans le Nord, les Ents-Femmes traversèrent le Grand Fleuve, créèrent de nouveaux jardins, labourèrent de nouveaux champs » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4). Les Ents mâles migrèrent et s’installèrent à l’ouest de leur lieu d’origine jusqu’à leur arrivée au Beleriand où certains d’entre eux entrèrent solennellement en Dorthonion et à Nan-Tathren. L’histoire des Jours Anciens ne fait qu’une seule fois référence à eux : un groupe d’Ents traversa les Montagnes de la Lune et assista Beren lorsqu’il « intercepta une armée de Nains qui étaient descendus des montagnes, avaient mis à sac le Royaume du Doriath et massacré le Roi Thingol, le père de Lúthien […] Il paraît clair que Beren, qui n'avait pas d'armée, reçut l'aide des Ents - ce qui n'allait pas favoriser l'amour entre Nains et Ents » (Lettre 247).

Le Second Âge

Au début du Second Âge, la ruine de ces êtres anciens se profila.

« Après la défaite des Ténèbres, la terre des Ents-Femmes fut recouverte d'une végétation luxuriante et leurs champs produisirent beaucoup. De nombreux Hommes [pré-númenóréens] apprirent leurs techniques et les honorèrent grandement ; mais nous [les Ents] n'étions pour eux qu'une légende, un secret au cœur de la forêt » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4). Mais après la Chute de Númenor, les Ents-Femmes « disparu[rent] pour de bon, ayant été détruites avec leurs jardins au cours de la Guerre de la Dernière Alliance (3429-3441 du Deuxième Âge), lorsque Sauron a employé la tactique de la terre brûlée et incendié leurs terres pour contrer l'avance des Alliés le long de l'Anduin […] Elles n'ont survécu qu'à travers l'“agriculture” transmise aux Hommes (et aux Hobbits). Certaines, bien entendu, ont peut-être fui vers l'est, ou sont même devenues des esclaves ; les tyrans ont besoin de supports économique et agricole pour leurs soldats et leurs forgerons. Si certaines ont survécu de cette manière, elles seraient en effet vraiment très différentes des Ents, et un quelconque rapprochement serait difficile ; à moins que l’expérience de l’agriculture industrialisée et militarisée ne les ait rendues un peu plus anarchiques. Je l'espère. Je n'en sais rien. » (Lettre 144)

Sylvebarbe fut anéanti quand il traversa l’Anduin et trouva les jardins des Ents-Femmes « dévastés : les Hommes les appellent les Terres Brunes, à présent […] tout était brûlé et arraché, car la guerre était passée par là. Mais les Ents-Femmes n'y étaient plus » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4). Cette perte suscita chez les Ents un émoi jusqu’alors inédit qu’aucun autre événement ne renouvela jusqu’à leur marche contre l’Isengard ; cependant, nous ne savons pas comment ils réagirent face à cette tragédie. Peut-être se vengèrent-ils en prenant part à la prise de décision concernant « la guerre contre Sauron et les Hommes de la Mer » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4) comme le soutint Sylvebarbe en se rappelant de la guerre de la Dernière Alliance. Il est dit que presque toutes les espèces vivant sur Arda prirent part à la guerre en se battant d’un côté ou de l’autre (|Le Silmarillion - Les Anneaux de Pouvoir et le Troisième Âge) mais ceci n’est raconté dans aucun récit.

Le Troisième Âge

Pendant le Troisième Âge, les Ents, solitaires, diminuèrent et ressemblèrent de plus en plus à de simples arbres. (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4) Et à la fin de cette période, il n’en restait plus qu’un tout petit nombre.

Après la défaite de Sauron, le roi Elessar assura Sylvebarbe qu'il y avait « beaucoup de place à l'ouest des montagnes, où vous vous promenâtes autrefois, il y a bien longtemps » (Le Seigneur des Anneaux - Livre VI - Chapitre 6).

Mais Sylvebarbe resta sceptique quant à l’avenir des Ents sur Arda.

L’origine

Les Aînés et les Premiers-Nés

Ce qui est dit à propos de l’origine et de l’âge des Ents est mystérieux. Bien entendu, personne ne doute que les Elfes soient en effet les « Premiers-Nés » d’Ilúvatar, ce qu’ils devaient forcément être pour « guérir » les Ents de leur « mutisme ». Mais pourquoi les Ents sont-ils connus comme « le peuple le plus ancien encore vivant au Troisième Âge » (Le Seigneur des Anneaux, Appendice F) et comme « les plus vieilles créatures vivantes » (Lettre 131) ?

La seule explication possible est qu’il y avait des « Ents » avant les « Ents doués de parole ». Les premiers d’entre eux devaient être muets ou pas encore « éveillés » et devaient ressembler à de simples arbres sans vraiment en être. Il est impossible que les Elfes soient arrivés et aient simplement appris aux arbres à parler et à bouger ou qu’ils aient transformé une forêt en un Peuple Libre ! Il devait déjà y avoir un potentiel de pensée rationnelle chez les tout premiers Ents que seul Ilúvatar pouvait leur avoir accordé et qui attendait un signe extérieur pour se réveiller.

Il y a en Lothlórien une hypothèse unique à propos de l’origine des Ents : « Mais à en croire certains (Galadriel), lorsque Yavanna avait découvert qu'Eru avait pardonné à Aulë au sujet des Nains, elle avait imploré Eru (par l'intermédiaire de Manwë), lui demandant de donner vie à des choses faites de matière vivante, non de pierre ; et que les Ents étaient des âmes soit placées dans les arbres pour y demeurer, soit qui avaient lentement pris l'apparence d'arbres en raison de leur amour inné pour eux. […] Les mâles étaient attachés à Oromë, les “Femmes” à Yavanna. » (Lettre 247)

Si ceci était vrai, les Ents seraient bien plus que des « bêtes parlantes », animées mais sans âme. Il ne fait aucun doute que ces esprits furent envoyés avant l’éveil des Elfes et qu’ils durent rester endormis jusqu’à ce que leur heure vienne, de manière à ne pas modifier l’ordre dans lequel les Enfants d’Ilúvatar devaient apparaître. C'est ainsi que les choses se passèrent pour les Nains d'Aulë !

Les Ents sont-ils des Maiar ?

Il a souvent été suggéré que les Ents étaient en fait des Maiar. Mais il y a beaucoup de choses qui vont à l’encontre de cette théorie.

D’abord, il y a un problème de sémantique. Le mot « âme », généralement considéré comme une traduction peu satisfaisante de l’elfique fëa, désigne une entité très différente de ce qu’est un Maia (Morgoth's Ring). Les Maiar sont bien supérieurs à ceci : l’Enfant le plus doué d’Ilúvatar aurait-il pu guérir ne serait-ce qu’un seul Maia de son mutisme3) ? Les Sages de la Terre du Milieu croyaient en effet ou espéraient que les « Ents et leurs femmes, étant des créatures rationnelles, trouveraient un “paradis terrestre” en attendant la fin du monde, après laquelle ni la sagesse des Elfes ni celle des Ents ne pouvaient voir, même s'ils espéraient comme Aragorn ne pas être “liés à jamais aux cercles du monde, et [qu']au-delà, il y [avait] plus que le souvenir » (Lettre 338). Galadriel semblait savoir ou avoir senti autre chose : son adieu à Sylvebarbe « jusqu'à ce que les terres qui sont sous les flots […] reparaissent. Nous pourrons alors nous rencontrer au Printemps dans les saulaies de Tasarinan » (Le Seigneur des Anneaux - Livre VI - Chapitre 6) indique sa conviction que les Ents, comme les Elfes, les Hommes et les Nains, possèdent une part d’immortalité. Quoi qu’il en soit, un Enfant d’Ilúvatar sans son fána, sans son corps, devient un fëa libre, mais certainement pas un Ainu !

Deuxièmement, la langue entique est lui aussi un élément desservant la théorie des Maiar. De vrais Maiar ne se seraient pas embêtés à créer un nouveau langage puisqu’ils en possédaient déjà un : le valarin ou un dérivé. Pourtant, « la langue que les Ents s'étaient forgée était différente de toute autre » (Le Seigneur des Anneaux, Appendice F) et même les Elfes eurent le plus grand mal à apprendre « leur langue d’arbre », à supposer qu’ils y soient effectivement arrivés. Les quelques exemples d’entique jamais entendu ne ressemble à aucun autre langage de la Terre du Milieu et encore moins à du valarin.

Troisièmement, après leur éveil initial, les Ents furent capables (consciemment ou pas) d’éveiller d’autres arbres. « La plupart des arbres [de Fangorn] sont simplement des arbres, bien sûr, mais bon nombre sont à demi éveillés. Certains le sont, et d'autres sont, euh… eh bien, ils deviennent Entesques. Cela se produit continuellement ! » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4). Sylvebarbe ajoute d’ailleurs que « certains arbres sont très souples et beaucoup me parlent » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4). Parmi ceux qu’il connaissait, il y avait « de bons vieux saules au bord de l'Entalluve ». Et alors qu’ils s’approchent de la Salle du Jaillissement, Merry et Pippin voient deux arbres inconnus en mouvement : ils « élevèrent leur ramure, et toutes leurs feuilles frémirent en bruissèrent. »

Mais les arbres qui n’étaient pas « initialement » éveillés étaient des Huorns, pas des Ents. À l'évidence, beaucoup d’arbres, mais pas tous, avaient le potentiel de devenir des Huorns : ces arbres à demi éveillés pouvaient notamment être rencontrés dans la Vieille Forêt, on pense notamment au Vieil Homme-Saule (Le Seigneur des Anneaux, Livre I, chapitre 6) et à Mirkwood (Bilbo le Hobbit). Sans les Entings, les Ents étaient voués à disparaître, tous comme les Huorns, puisqu’aucune autre espèce n’avait plus le pouvoir de les éveiller. A la fin du Troisième Âge, l’Ent le plus jeune avait plus de 3000 ans.

L’idée étonnante d’un éveil permanent et non ponctuel des Ents est l’argument le plus fort contrant la théorie des Maiar. S’il y avait eu un Maia dans chaque arbre éveillé, il aurait fallu un afflux constant d’Ainur en provenance de Valinor ou d'Aman alors que la plupart de ces Maiar n’aurait même pas été éveillée ! Une proposition peu convaincante. On peut supposer que les Huorns étaient des bêtes parlantes et étaient donc distincts des Ents à cause de l’absence d’âme ou de fëa. Mais que faire alors de l’« âme » du Vieil Homme-Saule ?

Les Ents et les Trolls

Les Trolls de pierre

Malheureusement, il n’y avait plus personne à la fin du Troisième Age à qui poser la question, sauf, peut-être, Tom Bombadil. Celui qui, en plus de ceux qui avaient éveillé les arbres, semblait connaître beaucoup de choses sur les Ents était Morgoth.

Ses recherches lui ont permis de créer ou de construire des créatures puissantes mais simples d’esprit : « des contrefaçons, créées par l’Ennemi au cours dans la Grande Ombre, pour se moquer des Ents, comme c'était le cas pour les Orques et les Elfes. » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4) Ces créatures horribles étaient les Trolls. « Lorsqu'ils apparurent, dans le lointain crépuscule des Jours Anciens, ils étaient des créatures imbéciles et lourdaudes, qui n'avaient guère plus de capacité à s'exprimer que des bêtes. Mais Sauron les fit bientôt plier à sa volonté, et il leur apprit le peu qu'ils étaient capables d'apprendre, affûtant leurs esprits par la pratique du Mal » (Le Seigneur des Anneaux, Appendice F). Sylvebarbe avait peu d’estime pour les Trolls, convaincu que « nous sommes plus forts qu’[eux]. » (Le Seigneur des Anneaux - Livre III - Chapitre 4)

L’origine des Trolls est aussi mystérieuse que celle des Ents. Leur rapport à la pierre est à l’évidence très fort car ils en étaient sans aucun doute issus ; ils « redeviennent de simples figures de pierre à la lumière » (Lettre 153) Cependant, si Morgoth a capturé des Elfes pour en faire des Orques, il n’a pas capturé des arbres pour les transformer en pierre. On notera à cet égard que « les Ents dominaient la pierre » (Lettre 247) et que les Trolls n'étaient par conséquent pas un problème pour eux.

La confirmation que la pierre, comme les arbres, peut être éveillée vient de témoins inattendus : les Gardiens de Cirith Ungol. Bien qu’immobiles, ils montrent des signes d’activité mentale, même si celle-ci n’est pas plus développée que celle des Trolls les plus idiots ; on peut supposer qu’ils ont la même origine que les Trolls de pierre. Les Trolls n’étaient que des bêtes parlantes améliorées : sans âme et simplement animées, peut-être le fruit de l’échec de Morgoth quand il essaya de défaire la supériorité des Ents sur la pierre. Les Trolls ne sont que des caricatures, simples d’esprit et primitives, « imbéciles et lourdaudes », ce qui suggère qu’ils ont une origine complètement différente de celle des Orques, parfois si vicieux.

Les Olog-hai

Quoi qu’il en soit, « il existe d'autres sortes de Trolls, pour lesquelles d'autres origines sont suggérées » (Lettre 153). Il s’agit ici probablement des Olog-hai, une espèce féroce rencontrée pour la première fois pendant la Guerre de l’Anneau (Le Seigneur des Anneaux, Appendice F). Mais de quelles origines s’agit-il ? Sauron était-il toujours, à cette époque tardive, assez puissant pour attirer des Maiar à son service ? A-t-il, en tant que Nécromancien, réussi a emprisonner des fëar dans de la pierre pour la rendre résistante à la lumière, ce que Morgoth n’a jamais réussi à faire ?

Mais il y a encore une possibilité terrifiante, peut-être plus probable que les autres et qui, si elle s’avérait juste, deviendrait le pire crime du Seigneur de l'Ombre dans l’histoire d’Arda : les Olog-hai sont-ils, comme les Orques, des créatures torturées ?

Les Olog-hai sont apparus 3000 ans après la disparition mystérieuse des Ents-Femmes.

Un Olog peut-il être ce que devient une Ent-Femme après des millénaires de torture ?

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le net

1) , 2) NdT : Il y a toujours eu des Eldar en Terre du Milieu depuis l'éveil des Elfes. Les Eldar sont tous les Elfes qui entreprirent la Marche vers l'Ouest, y compris les Teleri qui s'arrêtèrent en chemin et qui formèrent le peuple des Nandor.
3) NdT : Passage à relativiser : les Enfants d'Ilúvatar ont démontré qu'ils étaient capables d'actes hors du commun ; on pense au combat singulier de Fingolfin contre Morgoth (qu'il blessa profondément), aux doutes de ce dernier quant à son pouvoir et à son emprise sur Húrin et Túrin. On pense également à la mort de Glaurung et aux Silmarilli de Fëanor.
 
essais/peuples/histoire-ents.txt · Dernière modification: 13/09/2014 09:30 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017