De la nature des Orques

Julien Mansencal
Articles de synthèseArticles de synthèse : Ces articles permettent d'avoir une vue d'ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Introduction

Vaste et épineux problème que celui de l'origine des Orques. Pour celui qui n'a lu que Le Silmarillion, les choses paraissent pourtant claires : il y est en effet dit que Melkor créa les Orques à partir d'Elfes capturés et torturés. Pourtant, Tolkien a beaucoup plus hésité à ce sujet que ne peut le laisser croire Le Silmarillion tel que l'a édité son fils Christopher. En effet, les textes à l'origine du Silmarillion ont évolué pendant près de soixante ans, et sont passés à travers moult réécritures. Tolkien est revenu sur certains points, a changé certaines choses tandis que d'autres se sont conservées quasiment intactes. Essayons d'expliquer un peu la génèse du Silmarillion1) :

Il y eut tout d'abord les Contes Perdus, textes des années 1920, publiés dans les deux premiers volumes de la série L'Histoire de la Terre du Milieu. Tolkien y revint dans les années 1930 et produisit deux réécritures de sa mythologie (en plus d'une brève Esquisse, d'un ensemble d'Annales et d'autres textes comme le Lhammas, essai linguistique, ou les Etymologies) : la Quenta Noldorinwa (1930), puis la Quenta Silmarillion (1937). Tolkien laissa cette dernière de côté en 1937 : en effet, Bilbo le Hobbit, publié cette année-là, avait eu un succès tel que son éditeur lui demanda d'écrire une suite. Cela prit quatorze années à Tolkien, qui finit par accoucher du Seigneur des Anneaux en 1954.

Après en avoir terminé avec Le Seigneur des Anneaux, Tolkien revint aux textes concernant le Premier Âge. Il reprit ses Annales et sa Quenta Silmarillion et entreprit de les réécrire, tâche qu'il ne put mener à bien tant l'ampleur des modifications introduites dans son Légendaire par Le Seigneur des Anneaux était grande. Il tenta parallèlement de rationaliser son monde en le rendant plus cohérent avec les connaissances scientifiques de l'ère moderne, réécrivant par l'exemple l'Ainulindalë pour que le Soleil et la Lune soient présents dès l'origine du monde. Cependant, Tolkien ne put pas (ou ne voulut pas) achever cette démarche radicale. Les textes que Christopher Tolkien a réunis sous le titre de Myths Transformed2) sont un échantillon de cette volonté de rationalisation.

Maintenant que ceci est posé, venons-en au sujet qui nous intéresse, à savoir les Orques. Deux problèmes principaux sont posés par leur origine : leur nature et l'époque à laquelle ils apparurent.

Le but de cet essai n'est pas de fournir une solution unique et assurée à la question (Tolkien ne l'ayant pas fait, nous n'estimons pas de notre ressort de prendre le relais), mais simplement d'en présenter les différents éléments, disséminés dans les douze volumes de L'Histoire de la Terre du Milieu (HoMe), et d'en fournir une rapide analyse. Il se destine donc en priorité aux personnes qui ne peuvent se lancer dans la lecture des HoMe, qui restent encore en grande partie non traduits.

N.B. : sauf mention contraire, la notation (IV.82) doit être comprise comme une référence à la page 82 du quatrième volume des HoMe (dont toutes les éditions possèdent la même pagination).

Les prémices : l'hypothèse « minérale »

C’est la première envisagée par Tolkien : elle apparaît dès les Contes Perdus, où la race des Orques « fut engendrée par Melko depuis les chaleurs souterraines et la boue » (II.212 trad. Pocket). L'idée que Melkor ne peut pas créer la vie, mais seulement pervertir des créatures préexistantes n'avait donc pas encore émergé dans l'esprit de Tolkien, et elle n'apparut pas avant encore longtemps.

Dans la version suivante du Silmarillion, intitulée Quenta Noldorinwa et datant de 1930, les Orques restent d'origine minérale : « Il fit les hordes des Orques à partir de la pierre, mais leurs cœurs étaient de haine. » (IV.82) Dans ce texte, ils apparaissent après la naissance des Deux Arbres et avant l'éveil des Elfes, mais une note au texte (p. 93) indique qu'il faut déplacer cet événement au moment du retour de Morgoth en Terre du Milieu, après le vol des Silmarils. La première version des Annales du Beleriand entre en accord avec cette note.

L’origine des Orques dans la Quenta Silmarillion de 1937 reste la même que dans la Quenta Noldorinwa, mais la date de leur création change : elle a désormais lieu après l'éveil des Elfes, mais avant la chute d'Utumno, comme dans Le Silmarillion édité par Christopher Tolkien. Cette date est reprise dans la deuxième version des Annales du Beleriand et du Valinor.

L'hypothèse elfique

Au début des années 1950, Tolkien revint au Silmarillion, qu'il avait relativement délaissé pendant l'écriture du Seigneur des Anneaux. Il reprit le Silmarillion de 1937 comme base d'une nouvelle version, qu'il ne put cependant mener à son terme. Cette nouvelle version, appelée Quenta Silmarillion tardif (Later Quenta Silmarillion) par Christopher, ne donne aucune précision sur l'origine des Orques. Leur date de création reste la même que dans la version de 1937.

Parallèlement au Quenta Silmarillion tardif, Tolkien réécrivit aussi les Annales du Beleriand et du Valinor, qui reçurent les nouveaux titres d'Annales Grises et Annales d'Aman. Dans ces dernières se trouve un passage intéressant :

« Mais de ces malheureux qui furent pris au piège par Melkor, peu est su de manière certaine. Car qui des vivants est descendu dans les puits d'Utumno, ou a exploré les ténèbres des pensées de Melkor ? Pourtant ceci est tenu pour vrai par les sages d'Eressëa : que tous ceux des Quendi qui tombèrent dans les mains de Melkor, avant qu'Utumno ne fût détruit, furent jetés en prison, et par de lents artifices de cruauté et de méchanceté, furent corrompus et asservis. Ainsi Melkor produisit-il l'hideuse race des Orkor par envie et moquerie des Eldar, dont ils devinrent par après les ennemis les plus acharnés. Car les Orkor avaient la vie et se multipliaient à la manière des Enfants d'Ilúvatar; et nulle chose ayant une vie propre, ni une semblance de vie propre, ne pouvait être créée par Melkor depuis sa rébellion lors de l'Ainulindalë avant le Commencement : ainsi disent les sages. Et loin en leurs sombres cœurs, les Orkor haïssaient le Maître qu'ils servaient par crainte, le créateur seulement de leurs souffrances. Ceci fut peut-être l'acte le plus vil de Melkor et le plus vil envers Eru. » (X.74)

Cet extrait des Annales d'Aman a été réemployé quasiment tel quel par Christopher dans Le Silmarillion publié, hormis quelques corrections stylistiques mineures (la traduction des deux textes par deux personnes différentes gomme cette ressemblance, qui ne laisse aucun doute en version originale). On y trouve pour la première fois l'hypothèse de l'origine elfique, mais Tolkien a ajouté, peu de temps après, cette note : « Modifier cela. Les Orques ne sont pas elfiques. » (X.80). Il semble qu'il se soit rapidement rendu compte des limites de l'origine elfique, la moindre n'étant pas la question de l'immortalité : si les Elfes le sont, pourquoi les Orques ne le seraient-ils pas ?

Myths Transformed et l'hypothèse humaine

Myths Transformed est le nom que Christopher Tolkien donne à un ensemble d'une dizaine d'essais écrits vers la fin des années cinquante. Ces textes reviennent sur des conceptions longuement établies et proposent de nouvelles idées parfois surprenantes. Plusieurs d'entre eux concernent les Orques.

Le texte numéroté VII par Christopher Tolkien est le premier qui mentionne une possible origine humaine des Orques : « […] en ce qui concerne les Orques, les Eldar croyaient que Morgoth les avait vraiment « élevés » en capturant des Hommes (et des Elfes) très tôt et en augmentant au plus haut point les tendances corrompues qu'ils possédaient. » (X.406)

Le texte VIII, ensemble d'idées rapidement couchées sur le papier, pose les principaux problèmes inhérents à la question de l'origine des Orques : Eru étant le seul à pouvoir créer des créatures pensantes, comme le montre l'exemple d'Aulë et des Nains, la vieille idée de l'origine « minérale » ne peut donc plus être envisagée. Les Orques doivent donc nécessairement être des corruptions de quelque chose de préexistant ; mais quoi ? S'il s'agissait de corruptions d'Enfants d'Ilúvatar (Elfes ou Hommes), Eru devrait fournir de nouveaux fëar (des âmes, grossièrement) à leurs enfants ; ce qui semble difficilement concevable. Tolkien en conclut donc que les Orques doivent être des animaux de forme humanisée, peut-être croisés avec des Elfes ou des Hommes par la suite. À leur mort, ils se rendent en Mandos, où ils sont enfermés jusqu'à la Fin.

Cette idée est aussitôt contredite par le texte IX, une note rapidement griffonnée au crayon, qui propose une origine mixte : les Orques seraient à la fois des corruptions d'Elfes et, ultérieurement, d'Hommes, mais aussi « de nombreux esprits mineurs corrompus qui revêtaient des formes corporelles similaires » (X.414)

Le texte X, beaucoup plus abouti, reprend cette idée d'esprits mineurs (des Maiar) qui assument des corps d'Orques pour les mener, mais il élimine totalement l'idée d'une origine elfique : selon lui, si l'idée d'élever les Orques vint bien de Melkor, c'est Sauron qui la mit en application pendant la captivité de son maître en Aman. Et c'est à partir d'Hommes que Sauron obtint les premiers Orques, l'éveil des Hommes étant alors déplacé de plusieurs millénaires en arrière pour se produire aux alentours de la chute d'Utumno et de la capture de Melkor par les Valar. Inutile de préciser que ce bouleversement aurait nécessité des modifications de grande ampleur au texte du Silmarillion, que Tolkien ne put (ou ne voulut) mener à bien.

Tableau récapitulatif

Date Texte Nature des Orques Date de leur naissance
1916 La Chute de Gondolin Engendrés par Melko à partir de boueInconnue
1930 Quenta Noldorinwa Faits de pierre par MelkorAvant l'éveil des Elfes (mais une note indique qu'il fallait déplacer cela au moment du retour de Morgoth en Terre du Milieu)
Début 30's Les Premières Annales du Beleriand Au retour de Morgoth en TdM
Milieu 30's Later Annals of Valinor Au retour de Morgoth en TdM
Milieu 30's Later Annals of Beleriand Au retour de Morgoth en TdM
1937-8 Quenta Silmarillion Faits de pierre par MelkorAu retour de Morgoth en TdM
1950-1 The Annals of Aman Faits à partir d'Elfes pervertis par Melkor (Mais une note associée au passage en question dit : « Changer ceci. Les Orques ne sont pas elfiques. »)Après l'éveil des Elfes et avant la chute d'Utumno
1951-2 The Later Quenta Silmarillion Après l'éveil des Elfes et avant la chute d'Utumno
Fin 50's Myths Transformed, texte VII Faits à partir d'Hommes et d'Elfes pervertis par Melkor« tôt »
Fin 50's Myths Transformed, texte VIII Bêtes de forme humaine perverties par Melkor
Fin 50's Myths Transformed, texte IX Faits à partir d'Elfes et, plus tard, d'Hommes pervertis par Melkor (+ chefs Maiar)
Fin 50's Myths Transformed, texte X Faits à partir d'Hommes pervertis par SauronPendant la captivité de Melkor en Aman
1977 Le Silmarillion Faits à partir d'Elfes pervertis par MelkorAprès l'éveil des Elfes et avant la chute d'Utumno

Conclusion

La question de l'origine des Orques a donc suscité beaucoup d'interrogations dans l'esprit de Tolkien. Comme on l'a vu, l'hypothèse « minérale » fut abandonnée lorsque l'idée qu'Eru est le seul à pouvoir créer des créatures vivantes et indépendantes apparut. L'hypothèse elfique pose le problème de l'immortalité, quant à l'hypothèse humaine, vraisemblablement la dernière envisagée par Tolkien, elle ne s'accordait pas avec la chronologie établie depuis les tout débuts de l'élaboration du Légendaire.

Cet exemple permet de voir à quel point la conception du Silmarillion fut complexe pour Christopher Tolkien et Guy Kay, qui durent mettre en ordre et faire des choix entre des textes de natures fort diverses, parfois difficilement lisibles, et qui se contredisaient souvent. La meilleure chose à faire aurait peut-être été de laisser l'origine des Orques dans le flou.

Textes de référence

Merci à Dior pour la traduction de l'extrait des Annales d'Aman et des textes VIII et IX de Myths Transformed.

Dans les Contes Perdus

“How it came ever that among Men the Noldoli have been confused with the Orcs who are Melko's goblins, I know not, unless it be that certain of the Noldoli were twisted to the evil of Melko and mingled among these Orcs, for all that race were bred by Melko of the subterranean heats and slime.”
« Comment put-il jamais se faire que parmi les Hommes on confondît les Noldoli et les Orcs qui sont les Goblins de Melko, je ne le sais, à moins que ce ne fût parce que certains des Noldoli avaient été déformés selon la malice de Melko et mêlés à ces Orcs, car toute cette race fut engendrée par Melko depuis les chaleurs souterraines et la boue. » HoMe II, p. 212 (Pocket)

Dans la Quenta

“The hordes of Orcs he made of stone, but their hearts of hatred.” HoMe IV, p. 82
« Les hordes des Orques, il les bâtit dans la pierre, sauf leur cœur, pétri de haine. »

Dans les premières Annales

“He [Morgoth] devises the Balrogs and the Orcs.” HoMe IV, p. 295
« Il [Morgoth] conçoit les Balrogs et les Orques. »

Dans les Annales d'Aman

“But of those hapless who were ensnared by Melkor little is known of a certainty. For who of the living hath descended into the pits of Utumno, or hath explored the darkness of the counsels of Melkor? Yet this is held true by the wise of Eressëa: that all those of the Quendi that came into the hands of Melkor, ere Utumno was broken, were put there in prison, and by slow arts of cruelty and wickedness were corrupted and enslaved. Thus did Melkor breed the hideous race of the Orkor in envy and mockery of the Eldar, of whom they were afterwards the bitterest foes. For the Orkor had life and multiplied after the manner of the Children of Ilúvatar; and naught that had life of its own, nor the semblance thereof, could ever Melkor make since his rebellion in the Ainulindalë before the Beginning: so say the wise. And deep in their dark hearts the Orkor loathed the Master whom they served in fear, the maker only of their misery. This maybe was the vilest deed of Melkor, and the most hateful to Eru.” HoMe X, p. 74
« Mais de ces malheureux qui furent pris au piège par Melkor, peu est su de manière certaine. Car qui des vivants est descendu dans les puits d'Utumno, ou a exploré les ténèbres des pensées de Melkor ? Pourtant ceci est tenu pour vrai par les sages d'Eressëa : que tous ceux des Quendi qui tombèrent dans les mains de Melkor, avant qu'Utumno ne fût détruit, furent jetés en prison, et par de lents artifices de cruauté et de méchanceté, furent corrompus et asservis. Ainsi Melkor produisit-il l'hideuse race des Orkor par envie et moquerie des Eldar, dont ils devinrent par après les ennemis les plus acharnés. Car les Orkor avaient la vie et se multipliaient à la manière des Enfants d'Ilúvatar; et nulle chose ayant une vie propre, ni une semblance de vie propre, ne pouvait être créée par Melkor depuis sa rébellion lors de l'Ainulindalë avant le Commencement : ainsi disent les sages. Et loin en leurs sombres cœurs, les Orkor haïssaient le Maître qu'ils servaient par crainte, le créateur seulement de leurs souffrances. Ceci fut peut-être l'acte le plus vil de Melkor et le plus vil envers Eru. »

Dans Myths Transformed

  • Texte VII
Hence Orcs ? Part on the Elf-Man idea gone wrong. Though as for Orcs, the Eldar believed Morgoth had actually 'bred' them by capturing Men (and Elves) early and increasing to the utmost any corrupt tendencies they possessed. HoMe X, p. 406
« D'où les Orques ? Une partie de l'idée elfique-humaine est tombée à l'eau. Bien qu'en ce qui concerne les Orques, les Eldar croyaient que Morgoth les avait vraiment « élevés » en capturant des Hommes (et des Elfes) très tôt et en augmentant au plus haut point les tendances corrompues qu'ils possédaient. »
  • Texte VIII
“The Orcs were beasts of humanized shape (to mock Men and Elves) deliberately perverted / converted into a more close resemblance to Men.” (HoMe X, p. 410)
« Les Orcs étaient des animaux de forme humanisée (pour moquer les Hommes et les Elfes) délibérément pervertie / convertie en une ressemblance plus proche des Hommes. »
“It remains therefore terribly possible there was an Elvish strain in the Orcs. These may then even have been mated with beasts (sterile!) - and later Men. Their life-span would ben diminished. And dying they would go to Mandos and be held in prison till the end.” (HoMe X, p. 410)
« Il reste dès lors terriblement possible qu'il y ait eu du sang elfe dans les Orcs. Ces derniers pourraient même avoir été accouplés avec des animaux (stérile !) - et plus tard avec des Hommes. Leur espérance de vie aurait été diminuée. Et en mourant, ils seraient allés en Mandos et y seraient restés emprisonnés jusqu'à la Fin. »
  • Texte IX
“… it is probable that these Orks had a mixed origin. Most of them plainly (and biologically) were corruptions of Elves (and probably later also of Men). But always among them (as special servants and spies of Melkor, and as leaders) there must have been numerous corrupted minor spirits who assumed similar bodily shapes.” (HoMe X, p. 414)
« il est probable que ces Orks avaient une origine mixte. La plupart d'entre eux étaient clairement (et biologiquement) des corruptions d'Elfes (et probablement aussi d'Hommes plus tard). Mais parmi eux, il avait toujours dû y avoir (en tant que serviteurs et espions spéciaux de Melkor, et en tant que meneurs) de nombreux esprits mineurs corrompus qui revêtaient des formes corporelles similaires. »
  • Texte X
“We may assume, then, that the idea of breeding the Orcs came from Melkor, not at first maybe so much for the provision of servants or the infantry of his wars of destruction, as for the defilement of the Children and the blasphemous mockery of the designs of Eru. The details of the accomplishment of this wickedness were, however, left mainly to the subtleties of Sauron. In that case the conception in mind of the Orcs may go far back into the night of Melkor’s thought, though the beginning of their actual breeding must await the awakening of Men.” (HoMe X, p. 420)
« Nous devons donc supposer que l'idée d'élever les Orques vint de Melkor, pas tellement - du moins au début - pour posséder un grand nombre de serviteurs ou de soldats pour l'infanterie de ses guerres destructices, mais bien pour souiller les Enfants et moquer de façon blasphématoire les plans d'Eru. Les détails de cet acte abject furent cependant laissés majoritairement à la subtilité de Sauron. Dans ce cas, la conception en esprit des Orques date peut-être de loin dans la nuit des pensées de Melkor, bien que leur élevage de fait ait dû attendre l'éveil des Hommes. »

Voir aussi sur Tolkiendil

1) Pour une étude plus détaillée, nous vous renvoyons à l'essai L'évolution du Silmarillion.
2) Publiés dans Morgoth's Ring, le dixième tome de L'Histoire de la Terre du Milieu.
 
essais/peuples/nature-orques.txt · Dernière modification: 13/09/2014 08:47 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017