Les Sarati - la Forme tardive

 Trois Anneaux
Måns Björkman
traduit de l’anglais par Pascal Burkhard
Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R. Tolkien.
  • Langue des exemples : anglais
  • Exemples : R22, R23

Introduction

Cette valorisation est utilisée dans deux documents. Le premier (R22) contient deux textes en anglais, l’un avec des sarati sur une barre, l’autre sans la barre. Le second document (R23) contient le nom de Tolkien écrit deux fois.

Probablement écrit quelque temps avant la publication de Bilbo le Hobbit, ces documents contiennent les derniers textes longs que Tolkien écrivit en sarati. En tant que tels, ils représentent ses « derniers mots » sur la plupart des aspects de ce système d’écriture. C’est donc sans suprise que cette valorisation présente plus de similitudes avec les tengwar que n’importe quelle autre valorisation des sarati.

Les consonnes

La Forme tardive utilise les symboles de consonnes qu’on voit dans la Figure 1. En-dessous de chaque sarat est écrit un mot pour lequel le sarat a été utilisé (soit dans R22, soit dans R23). Les lettres latines auxquelles correspondent chaque sarat sont soulignées. Les sarati présentés en gris ne sont pas attestés.

Symboles des consonnes dans la Forme tardive Figure 1 : Symboles des consonnes dans la Forme tardive.

Modifications des consonnes

La Forme tardive utilise des diacritiques pour indiquer une nasale précédant la consonne, un [s] adjacent et un [z] adjacent.

NasaleUne nasale précédant la consonne est indiquée en écrivant une vague en dessus du sarat. La forme finale atteste uniquement que ce diacritique indique un n précédant d ou t. Les autres valorisations semblent cependant suggérer que cela pourrais indiquer n’importe quelle nasale homorganique (c’est à dire n avant d ou t, m avant b ou p et ng [ŋ] avant g ou k). Le mot and « et » est toujours écrit avec un d nasalisé.
[s]Un [s] adjacent est indiqué en attachant une boucle au sarat. La place de la boucle est relativement libre, cependant, attaché à l’arrière, le [s] se prononce avant le sarat et attaché devant, il se prononce après.
[z]Un [z] adjacent est indiqué avec deux courtes lignes parallèles attachées au sarat. La même règle que celle du [s] adjacent s’applique également ici.

Les voyelles

Les voyelles diacritiques utilisées dans la Forme tardive sont présentées dans la Figure 2. Elles sont toujours placées au-dessus des sarati, à l’exception du diacritique pour le schwa /ə/, qui est toujours placée en-dessous. La voyelle est toujours prononcée avant la consonne à laquelle elle est attachée. Le mot the « le, la, les » est une exception, étant systématiquement écrit comme si la voyelle précédait la consonne (permettant ainsi d’écrire le mot avec un seul sarat).

Voyelles diacritiques de la Forme tardive

Figure 2 : Voyelles diacritiques de la Forme tardive.

Comme on peut le voir dans la Figure 2, aucun symbole n’est attesté pour les voyelles longues e, æ, a ou encore schwa. Cela pourrait s’expliquer par le fait qu’aucune de ces voyelles n’est absolument nécessaire pour écrire en langue anglaise.

Les voyelles faibles, prononcées en général comme un schwa en anglais, sont souvent, mais de façon non uniforme, ignorées dans les écrits en sarati. Par exemple, dans les sources dont on dispose, le mot kingdom « royaume » est toujours écrit avec un diacritique schwa indiquant la prononciation du o final, alors qu’avec le mot heaven « ciel », le second e est systématiquement ignoré.

Porteur court) Porteur court

Dans la Forme tardive le porteur court a la forme d’un trait court tracé parallèlement à la barre. Aucun porteur long n’est utilisé dans la Forme tardive.

Exemple de texte

En utilisant la Forme tardive telle que nous l’avons décrite, il est possible écrire quelque chose de ce style :

Texte d’exemple dans la Forme tardive)

Of the Fashion of the World
« About all the World are the Ilurambar, or Walls of the World. They are as ice and glass and steel, being above all imagination of the Children of Earth cold, transparent, and hard. »1)
— Rúmil, The Ambarkanta

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le net

1) Traduction : Sur le Façonnement du Monde
« Tout autour du Monde sont les Ilurambar, ou Murs du Monde. Ils sont comme la glace et le verre et l’acier, étant froids, transparents et durs par-delà l’imagination des Enfants du Monde. »
 
langues/ecritures/sarati/forme_tardive.txt · Dernière modification: 13/09/2014 13:05 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017