Première approche des tengwar

 Trois Anneaux
Jérémie Knuesel
Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Introduction

Si vous vous intéressez sérieusement aux tengwar, le plus important est de lire les textes de Tolkien qui en parlent. La principale source d’informations est l’Appendice E au Seigneur des Anneaux. Malheureusement, la plupart des éditions françaises ne contiennent pas cet appendice. Vous pouvez le trouver dans des éditions en un volume1), ou en achetant un volume séparé qui contient les appendices et index. Mais la traduction française des appendices étant exécrable, il est vraiment préférable d’utiliser la version anglaise, qui est disponible dans toutes les éditions anglophones à la fin du dernier livre.

D’autres textes importants ont été publiés dans The History of Middle-earth (HoMe en abrégé), une série de douze volumes édités par Christopher Tolkien à partir des manuscrits de son père (voir notamment les volumes la Route perdue, Morgoth’s Ring et The War of the Jewels). Encore d’autres textes importants ont été publiés dans le fanzine Vinyar Tengwar. Un index de tous les textes connus écrits en tengwar par Tolkien a été élaboré par le Mellonath Daeron (un sous-groupe de la Tolkien Society de Suède) : L’Index des échantillons de tengwar du Mellonath Daeron (DTS en abrégé).

Les alphabets des Elfes

Les tengwar constituent le plus populaire des alphabets inventés par J.R.R. Tolkien. On trouve plusieurs exemples de textes écrits en tengwar dans son roman le Seigneur des Anneaux : notamment les inscriptions sur l’Anneau Unique, et celles sur la porte de la Moria.

 Inscriptions de l’Anneau Unique

Il y a un autre alphabet utilisé dans ce livre : les cirth. Ce sont les runes gravées sur la tombe de Balin, dans la Moria. Enfin, nous connaissons un troisième alphabet utilisé par les Elfes : les sarati. On n’en trouve aucun exemple dans le Seigneur des Anneaux, car il n’était plus utilisé à l’époque de la Guerre de l’Anneau, et il n’a en fait jamais été utilisé dans les régions où se déroule l’histoire.

Histoire des tengwar

Dans le monde légendaire de Tolkien, les tengwar ont été inventés par un Elfe, Fëanor, et c’est pourquoi on parle des « tengwar de Fëanor ». Celui-ci s’est inspiré des sarati, inventés longtemps auparavant par un autre elfe, Rúmil. Bien que le mot tengwa ait été introduit par Fëanor, on parle parfois des « tengwar de Rúmil », car tengwar signifie avant tout « lettres ».

L’invention des tengwar, qui dans le monde imaginaire, date de bien avant les événements du Seigneur des Anneaux, marque la fin de l’utilisation des sarati. En revanche, les tengwar n’ont pas remplacé les cirth : alors que les tengwar furent conçus pour être écrits à la plume ou au pinceau, les cirth étaient destinés aux gravures et inscriptions. Mais plus que cette complémentarité, ce qui empêcha les cirth de disparaître totalement de l’usage courant fut leur adoption par les Nains qui avaient peu besoin d’écrire, mais aimaient les inscriptions dans la pierre. Les autres peuples, Elfes, Hommes et Hobbits, préférèrent les tengwar.

Pourquoi le nom « tengwar »

La langue maternelle de Fëanor était le quenya, la langue des Hauts Elfes. En quenya, le mot tengwar (« lettres ») est de la même famille que les mots pour « signe » (tengwe) ou « alphabet » (tengwanda). C’est un mot pluriel, le singulier étant tengwa. Ainsi, on dira « un tengwa » pour parler d’une lettre de l’alphabet, « deux tengwar » pour deux lettres, et « les tengwar » pour l’alphabet entier.

Voir aussi sur Tolkiendil

1) N.d.É. : Uniquement chez Christian Bourgois éditeur.
 
langues/ecritures/tengwar/approche-tengwar.txt · Dernière modification: 28/08/2013 17:36 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017