Les tengwar : Convention tardive ou occidentalienne

 Trois Anneaux
Måns Björkman
traduit de l’anglais par Vivien Stocker
Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R. Tolkien.

Langues des échantillons :

Échantillons : DTS 1, DTS 10:2, DTS 13, DTS 14, DTS 22, DTS 45, DTS 48, DTS 49, DTS 53, DTS 54:1, DTS 71, DTS 85, DTS 86, DTS 87, DTS 88

Introduction

La « convention tardive ou occidentalienne, dans sa variété nordique » (P&A, no 23 ; ci-après « Convention Tardive ») fut utilisée par le Nain Ori dans le Livre de Mazarbul (DTS 13, DTS 14) en l’an 2994 du Troisième Âge, 25 années avant la chute de Sauron1). La version anglaise de Tolkien pour le texte d’origine en occidentalien utilise la « transcription orthographique » — i.e., elle colle aux particularités de l’orthographe anglaise en alphabet latin, qui correspondrait à la méthode d’écriture « correcte » en occidentalien (cf. l’Usage général anglais). Peut-être est à cela que Gimli fait référence quand il affirme qu’Ori « écrivait bien ».

Assez étonnamment, la Convention Tardive est aussi utilisé (avec de légères différences) dans la lettre du roi Elessar à Sam Gamgie (DTS 45, DTS 48, DTS 49), écrite à Minas Tirith en l’an 14 du Quatrième Âge. Il peut semble étrange que ce mode soit utilisé par un scribe du Gondor, qui devrait normalement employer l’Usage Général pour écrire l’occidentalien. L’explication la plus probable semble être que le scribe adopta un mode qui était familier au destinataire. Comme pour le Livre de Mazarbul, la transcription utilisée dans la Lettre du Roi est orthographique, transcrivant par exemple le digramme muet « gh » de daughters. Deux versions de la lettre attestent aussi d’une variante de ce même mode, en sindarin et en quenya (DTS 45, DTS 48). Une analyse exhaustive des modes utilisés dans les différentes versions de la Lettre du Roi se trouve dans le Vinyar Tengwar no 29.

En 2941 T.Â., 53 ans avant qu’Ori n’écrive le Livre de Mazarbul, Thorin Lécudechesne utilisa une variante de la Convention Tardive dans son message à Bilbo Bessac (DTS 71). À la différence d’Ori, Thorin fit usage d’une transcription phonémique, en représentant les phonèmes parlés à l’écrit plutôt qu’en suivant une orthographe prédéterminée. Son mode diffère de la Convention Tardive principalement dans sa transcription des voyelles. Que ce soit en fait Thorin lui-même qui écrivit la note, et non l’un de ses compagnons, est confirmé par le DTS 86, où le texte est décrit comme étant « dans le style plutôt libre et enlevé de Thorin ».

Un mode similaire était aussi utilisé pour une inscription sur une jarre d’Erebor (DTS 1). L’inscription a dû être exécutée avant 2770 T.Â., quand Smaug saccagea le royaume nain2), mais probablement pas avant 2644, puisqu’elle mentionne Thráin II (2644-2850 T.Â.) Ce texte présente des caractéristiques qui ne se retrouvent pas dans les autres exemples de la Convention Tardive, et pourrait être interprété comme une variante antérieure de ce mode. Cependant, il donne l’impression que la Convention Tardive (ou ses variantes) était utilisée par les Nains de la lignée de Durin depuis plus de deux cents ans.

Rien ne nous dit comment la « variété nordique » de la Convention Tardive différait des autres variétés de ce mode. Cependant, il est clair qu’elle était largement connue dans le nord de la Terre du Milieu, depuis le Comté à l’Ouest jusqu’à la Montagne Solitaire à l’Est. Il faut en particulier noter le fait que deux des textes connus écrits dans la Convention Tardive sont adressés spécifiquement aux Hobbits. Puisque l’un de ces deux textes — la lettre du Roi Elessar — fut écrite à Minas Tirith, il est possible que les légères différences qu’ils présentent par rapport au mode d’Ori soient significatives et qu’elles soient écrites dans une « variété méridionale » de ce mode. Une autre possibilité est que l’Usage Général, bien que nettement différent en de nombreux points, soit considéré comme une variété méridionale (puisque ce mode est celui qu’un « homme de Gondor » utiliserait normalement pour écrire l’occidentalien).

Dans la description du mode de Thorin dans DTS 87, il est observé que : « pour écrire la langue commune, de nouvelles lettres pour les voyelles furent créées — mais il y eut beaucoup de variations et de désaccords sur la manière de les utiliser. » Il y a effectivement plusieurs variations dans nos exemples concernant les tengwars utilisés pour certaines voyelles. Parmi nos exemples écrits dans les modes pleins où la série IV représente les vélaires, certains peuvent être vus comme des variantes de la Convention Tardive ou bien de l’« alphabet qenya ». Pour les besoins de cette description, j’ai considéré que tous les textes usant d’osse pour /e/ ou d’un tengwa double pour /w/ comme des exemples de l’alphabet qenya et tous les autres comme des exemples de la Convention Tardive.

Tengwar

La Convention Tardive est un mode du quanta sarme « écriture pleine », c’est-à-dire que consonnes et voyelles sont écrites avec des tengwar. Les valeurs phonémiques des tengwar dans les différentes variantes de ce mode sont données dans les figures ci-dessous.

Ci-dessous, il est fréquemment fait référence aux différents tengwar par leur nom quenya. Pour une liste complète, voir l’article « Les noms des tengwar ».

Transcription orthographique

Les tengwar utilisés sont donnés dans la Figure 1. Pour chaque tengwa transcrit, au moins un mot dans lequel ce signe est utilisé est cité. Les caractères latins qui correspondent à chaque tengwa dans ces mots ont été soulignés. Pour les cas où les tengwar représentent un son spécifique, la prononciation du tengwa est donnée entre crochets avec la transcription en caractères latins.

Là où le mode de la Lettre du Roi (DTS 45, DTS 48, DTS 49) diffère du mode du Livre de Mazarbul (DTS 13, DTS 14), les tengwar sont présentés sur fond gris.

Tengwar orthographiques pour la Convention Tardive (variété nordique) Figure 1 : Tengwar orthographiques pour la Convention Tardive (variété nordique)

Une caractéristique inhabituelle de la Convention Tardive telle qu’utilisée dans le Livre de Mazarbul est l’usage de rómen pour w. La Lettre du Roi en diverge, utilisant rómen pour r devant des voyelles et úre pour w. Dans deux versions de la Lettre du Roi (DTS 45, DTS 49), rómen est utilisé pour le r final.

Le tengwa rómen est aussi utilisé pour sa valeur plus commune r dans DTS 54. Les hésitations quant à la manière de représenter r sont évidentes dans DTS 10:2, où le premier r est transcrit avec rómen et les suivants par óre, comme attendu. Dans ce cas, c’est clairement une erreur, puisque le texte suit directement un autre texte écrit en Usage Général, où rómen avait sa valeur commune.

Transcription phonémique

Les tengwar utilisés dans la version phonémique de ce mode sont donnés en Figure 2. Les valeurs des phonèmes sont données suivant l’alphabet phonétique international. Avec chaque tengwa transcrit, au moins un mot dans lequel ce signe est utilisée est cité. Les caractères latins qui correspondent à chaque tengwa dans ces mots ont été soulignés. (Lorsqu’aucun mot n’est donné, le tengwa est uniquement accompagné de sa valeur phonémique dans DTS 87 et DTS 88.)

Tengwar phonémiques pour la Convention Tardive (variété nordique) Figure 2 : Tengwar phonémiques pour la Convention Tardive (variété nordique)

Comme on peut le voir, cette variante suit le mode de la Lettre du Roi plutôt celui du Livre de Mazarbul, en employant rómen pour représenter /r/ devant des voyelles et óre dans les autres positions. Dans DTS 1, óre est utilisé pour /r/ devant les consonnes et les voyelles.

Selon DTS 87, « les Nains utilisaient parfois [le tengwa hwesta] » pour /h/. La même source affirme que la lettre osse, utilisée pour écrire /ɔ/, se distingue par un trait supplémentaire quand elle apparaît avant les tengwar de la troisième colonne du tableau, de façon à éviter qu’elle soit prise pour un arc appartenant au tengwa suivant. Dans le Mode du Beleriand, le même problème est résolu par l’ajout d’un point au-dessus du tengwa. Cependant, les deux signes — osse avec un point suscrit ou avec un trait supplémentaire — sont utilisés pour écrire /œ/ selon DTS 88, qui liste quelques tengwar pour les voyelles exotiques (donnés sur la dernière rangée de la Figure 2).

Comme noté précédemment, les sources attestent de « beaucoup de variations et de désaccords » [DTS 87] dans l’usage des lettres pour les voyelles. Le tableau suivant montre les variantes orthographiques des voyelles ainsi que de /j/. L’absence d’un tengwa dans le tableau indique soit qu’il est non-attesté soit qu’il est le même que dans la Figure 2.

Variantes de voyelles

Transcription elfique

Comme mentionné précédemment, DTS 45 et DTS 48 attestent d’un mode pour la représentation du sindarin (et du quenya, dans le nom d’Elessar Telcontar). La Figure 3 donne les valeurs phonétiques connues pour la transcription elfique. Avec chaque tengwa transcrit, au moins un mot dans lequel ce signe est utilisé est cité. Les caractères latins qui correspondent à chaque tengwa de ces mots ont été soulignés.

Tengwar elfiques pour la Convention Tardive Figure 3 : Tengwar elfiques pour la Convention Tardive (variété nordique)

Dans la plus ancienne des deux sources (DTS 48), r est écrit trois fois avec rómen (deux fois dans le nom Meril « Rose » et une fois dans Echuir « Février »), mais habituellement avec óre. Dans la source plus récente (DTS 45), seul óre est utilisé. L’usage d’alda dans DTS 45 (dans Edhelharn « Pierre elfique ») pourrait être une erreur, à moins que nous supposions que l soit dévoisé devant un h.

Il faut noter que la version alternative d’osse dans cette variante est utilisée pour a en position finale d’un mot. Le tengwa vilya, transcrit « (a) » ci-dessus, apparaît seulement dans le monogramme d’Aragorn Elessar. Il ne doit probablement pas être utilisé pour écrire un a en transcription elfique.

Modifications

Barre horizontale pour doubler un phonème En transcription orthographique, les phonèmes doubles peuvent être indiqués par une barre horizontale sous la ligne de base du tengwa. Elle est utilisée pour les consonnes comme pour les voyelles.


Barre horizontale pour indiquer une nasale homorganique Une nasale homorganique précédente (ou une double nasale) est habituellement indiquée par une barre horizontale au-dessus du tengwa. Tandis que d’autres modes attestent de barres nasales au-dessus d’un nombre limité de tengwar, la Convention Tardive fait usage de la barre nasale sur des lettres inhabituelles, comme le silme nuquerna.




Crochet indiquant un « s » ou un « z » après le tengwa Un crochet ou une boucle s’étendant depuis la terminaison inférieure de l’arc le plus à droite d’un tengwa indique qu’il est suivi d’un s ou d’un z. Selon certaines sources, un crochet ouvert indique un s muet et une boucle recourbée sur elle-même, un z voisé (DTS 87, DTS 88), mais dans d’autres, les formes ouvertes et recourbées sur elles-mêmes semblent constituer des variations libres ne dénotant pas une règle phonétique (DTS 48).



Tiret vertical indiquant un « h » muet après le tengwa En transcription orthographique seule, un tiret vertical souscrit peut être utilisé pour indiquer un h (muet) après le tengwa. Cet usage est uniquement attesté dans le mot Christmas.


« Boucle de “u” modifiée » indiquant un « w » après le tengwa Un w ou /ʊ/ qui suit peut être indiqué par l’utilisation d’une « boucle de u modifiée ». Elle peut être utilisée sur les consonnes et les voyelles.








Double point indiquant une palatale après le tengwa Une palatale qui suit (/I/, ou i, y dans la transcription orthographique) peut être indiquée en plaçant deux points au-dessus du tengwa. Cela peut être utilisé sur les voyelles et les consonnes.





Accent aigu indiquant une voyelle ou semi-voyelle longue En transcription elfique ou phonémique, les voyelles ou semi-voyelles longues peuvent être indiquées en plaçant un « accent aigu », ou andaith, au-dessus du tengwa. (Sur i, le andaith remplace le point au-dessus du tengwa.) Comparer avec le Mode du Beleriand.





Yanta indiquant une diphtongue se terminant par « e » En sindarin uniquement, lorsque les diphtongues écrites se terminent par un e, la voyelle finale est indiquée par le tengwa yanta placé au-dessus du tengwa de la voyelle initiale.


Point souscrit indiquant un « e » muet ou le son [ə] En transcription orthographique, un point souscrit est utilisé pour indiquer un « e muet ». Sous óre, il indique que le tengwa prend le son [ə]. En transcription phonémique, la même marque est utilisée pour indiquer que le tengwa représente une syllabe (ou qu’il est précédé d’un [ə]).

Abréviations

La Convention Tardive présente des exemples d’abréviations usuelles pour les mots anglais fréquents the « le, la, les », of « de » et of the « du, de la, des ». De plus, une lettre spéciale est utilisée dans le Livre de Mazarbul pour l’article indéfini a, an « un, une », apparemment basé sur la lettre pour /ə/ (autrement inutilisée en transcription orthographique), ou d’un tengwa représentant le numéral « 1 ». (Dans les autres sources, l’article indéfini est écrit avec le tengwa usuel pour « a ».)

Abréviations

Utilisation de la barre nasale dans les abréviations Comme dans les autres modes, ando avec une barre nasale (avec un point souscrit en option) est utilisé comme abréviation pour and « et ». Dans la Lettre du Roi, deux autres abréviations faisant usage de la barre nasale sont attestées : anna avec une barre pour on « sur » et Elwe avec une barre pour in « dans ». À noter que pour ces deux abréviations, la barre nasale représente un /n/ qui suit plutôt qu’un /n/ qui précède.

Exemples de texte

En utilisant les transcriptions orthographique ou phonémique, les textes suivants peuvent être écrits suivant la Convention Tardive :

Méthode orthographique Exemple de texte orthographique

Méthode phonémique Exemple de texte phonémique

The Westron was a Mannish speech, though enriched and softened under Elvish influence.
« L’occidentalien était une langue humaine, bien qu’enrichie et adoucie par l’influence elfique. » — Tolkien, Appendice F du Seigneur des Anneaux.

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le net

 
langues/ecritures/tengwar/convention_tardive.txt · Dernière modification: 17/03/2016 19:54 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017