Brève note sur l’histoire de la lettre de J.R.R. Tolkien à Dick Plotz au sujet de la déclinaison du nom haut-elfique

Commentaire de Jorge Quiñónez
Textes de Tolkien © Tolkien Trust
traduit de l'anglais par David Giraudeau
Article de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.
Cet article est issu du fanzine à but non-lucratif Vinyar Tengwar n°6 paru en juillet 1989. L’association Tolkiendil remercie le Tolkien Estate ainsi que Jorge Quiñónez pour leurs permissions de traduire ce texte en français, et de les inclure sur ce site internet. Les textes sont © The Tolkien Trust 1989, 2007.

Cette lettre est connue de tous les Quendilli de par le monde, mais on sait peu de choses de son histoire. J’espère apporter un peu de lumière sur ce problème. Récemment, Dick Plotz informa l’éditeur que la lettre « … date de fin 1966 à début 1967, étant une réponse à une demande de mon entrevue [avec Tolkien] du 1er novembre 1966 ».

Dans cette entrevue avec Tolkien (publiée plusieurs mois après dans le numéro de janvier 1967 de Seventeen, p. 118), Dick Plotz déclare que « le professeur Tolkien me promit qu’il m’enverrait la conjugaison d’un verbe régulier et la déclinaison d’un nom en elfique ». Malheureusement, il ne reçut jamais « la conjugaison d’un verbe régulier ». Selon lui, la table (de paire avec l’explication) était accompagnée par une brève note (avec la bonne date), qu’il perdit par la suite.

La première partie de la lettre, c’est-à-dire la table, apparut dans le numéro de mars (1989) de Beyond Bree. Pour ceux intéressés qui m’enverraient une enveloppe préaffranchie (à l’adresse de l’éditeur, voir p. 1), je peux fournir une photocopie de la lettre telle qu’elle apparaît dans l’écriture manuscrite de Tolkien (i.e. un holographe).

Abréviations du tableau: A = accusatif ; Abl. = ablatif ; All. = allatif ; G = génitif ; Loc. = locatif ; N = nominatif ; Pl. = pluriel ; S. = singulier.

[Sur une page à part est écrite l’explication suivante :]

Ce sont les formes du quenya « classique » ou quenya des livres [= q.l.]. D’aussi loin que le quenya fut connu des Hommes – des érudits númenóréens, et de ceux des leurs qui survécurent au Gondor au T.A. – elles étaient les formes employées à l’écrit. Le quenya ne fut jamais une « langue parlée » parmi les Hommes. Chez les Elfes, particulièrement ceux d’origine noldorine il fut préservé comme une « langue secondaire » (au T.A. à Fondcombe et en Lórien), conservé seulement dans les anciens livres de savoir issus des jours d’antan.

Le quenya en tant que langue parlée avait changé jusqu’à un certain degré parmi les Noldor avant qu’il ne cessât d’être une langue maternelle et fut uniquement maintenu comme « langue secondaire » apprise durant la jeunesse. Dans cette forme « familière » il continua d’être parlé parmi les Elfes d’origine noldorine, mais fut préservé de changements ultérieurs puisqu’il fut de nouveau appris de l’écrit par chaque génération.

Les différences entre le q.p. [= quenya parlé] et le q.l. étaient les suivantes : toutes les voyelles longues furent réduites en voyelles courtes en position finale et avant une cons. finale dans les mots de deux syllabes ou plus. Ainsi l’acc. kiryā > kirya (kiryō > kiryo). La diphtongue ai fut réduite en āē > ē > e. La différence entre le nom. et l’acc. fut abandonnée – elle fut exprimée de manière adéquate par l’ordre des mots. Ainsi NA kirya, pl. kiryar, kiryalli.

Abréviations employées

Pour toutes les abréviations, vous pouvez vous référer au Système de référence tolkiendil et à la Liste des abréviations et symboles.

Sur Tolkiendil

 
langues/langues_elfiques/quenya/lettre_plotz.txt · Dernière modification: 07/07/2015 15:59 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017