AE ou OE ? Le difficile choix de Tolkien

 Trois Anneaux
Helge Kåre Fauskanger
traduit de l’anglais par Julien Mansencal
Article théorique : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Les idées mouvantes de Tolkien concernant ses langues sont bien illustrées par un détail de l’évolution linguistique de l’elfique primitif vers le sindarin. Il s’agit d’une question dont l’intérêt n’est pas purement académique : certains des termes « noldorins » des « Étymologies » devraient être corrigés avant d’être utilisés par les personnes désirant écrire en « sindarin mature » — ces termes doivent, pour ainsi dire, être mis à jour pour correspondre à la décision finale de Tolkien à ce sujet. La question qui se pose à nous (ou plutôt à Tolkien) est la suivante : Le *ai primitif devient-il oe ou ae en sindarin ?

Plutôt simple en apparence, n’est-ce pas ? Surtout lorsqu’il s’agit d’une langue qu’on invente soi-même et que l’on peut donc choisir l’un ou l’autre. Faux ! Ce n’était pas simple : il fallut des décennies à Tolkien pour résoudre cette question ! Il a dû passer des nuits entières sans dormir, à se demander si, par exemple, le mot « triste » devait être noer ou naer.

Les « Étymologies » reflètent l’indécision de Tolkien. Dans de nombreux cas, le *ai primitif devient ae dans les mots « noldorins » (> sindarins). Par exemple, le radical de « (petit) oiseau », AIWÊ, donne le terme noldorin aew. Pour d’autres exemples où AI (AY) devient ae, voir les radicaux DAY, GÁYAS, KAY, KAYAN/KAYAR, LAIK, NÁYAK, TAY, WAIWA, YAY, pour lister les cas les plus évidents. Mais parfois, le *ai primitif donne oe à la place. Par exemple, le radical SPAY donne le terme foeg « méchant, pauvre, mauvais » et non faeg, bien que le terme correspondant en quenya soit faika et que la forme primitive doive avoir été *spaikâ. L’indécision de Tolkien est parfois particulièrement évidente. Du radical NAY, Tolkien dériva le mot noer « triste, lamentable », mais deux secondes plus tard, il dériva de la même base nae « hélas ». Pourquoi pas noe — ou bien, pourquoi pas naer ? Sous GAY, *gairâ (reconstruction personnelle) donne à la fois gaer et goer, comme si Tolkien était incapable de trancher et avait même envisagé la possibilité de différents dialectes, l’un dans lequel l’ancien *ai donna ae et l’autre où il devint oe. Dans les entrées SLIW et MIL-IK, Tolkien créa tout d’abord des mots « noldorins » avec ae à partir de termes primitifs avec *ai, mais il y revint et corrigea ae en oe (par ex. *slaiwâ donnant tout d’abord thlaew « maladif, malade, souffrant », corrigé ensuite en thloew).

Les « Étymologies » datent des années 1930. Pourriez-vous croire que deux décennies plus tard, Tolkien était toujours aux prises avec le débat ae / oe ? Son indécision est très claire dans la rédaction des Appendices du Seigneur des Anneaux. En un endroit, le nom Dirhael fut corrigé en Dirhoel1), marquant le début d’une phase « oe ». Le nom noldorin/sindarin pour « été » (en quenya Lairë) apparaît comme Loer dans l’une des premières versions de l’Appendice sur les calendriers2). Mais à présent, la terrible décision devait être prise : une fois le Seigneur des Anneaux publié, avec des noms sindarins soit en oe, soit en ae, cet élément phonologique serait fixé, et empêcherait Tolkien de changer d’avis à nouveau. Il devait donc s’assurer que le choix qu’il allait faire à ce moment-là serait le bon : après tout, il devrait vivre avec pour le reste de ses jours !

Il n’existe probablement aucune trace de cette journée difficile dans sa carrière de concepteur de langues. Mais imaginons Tolkien faire une longue promenade et tenter de résoudre son dilemme, soupesant avec attention les deux possibilités. La date-butoir approche : une décision doit être prise. Ae ou oe, oe ou ae ? Laquelle de ces diphtongues correspond le mieux à la langue des Elfes ? Qu’est-ce qu’un Elfe est le plus susceptible de dire ? Tolkien décide soudain de laisser la question de côté. « Allez, se dit-il, tu ne peux pas continuer à bricoler éternellement les langues elfiques ! Tu as utilisé des formes en oe dans les Appendices que tu prépares, parfait ! Penses-tu vraiment que les lecteurs s’en préoccuperont ? »

Tolkien remarque alors un petit oiseau posé sur un arbre, non loin de là, qui le regarde. Il a soudain l’impression que l’oiseau l’accuse de quelque chose. Il fait quelques pas hésitants en direction de l’arbre. L’oiseau le regarde toujours, sans s’envoler. Il ressent un besoin inexplicable de l’observer de plus près. Quel était le nom pour ce genre d’oiseau en elfique, déjà ? Oew ? Non, non ! L’illumination survient brutalement. C’est forcément aew ! Il est tout simplement impossible que ce soit un oew ! Comment a-t-il pu être aussi aveugle pendant tout ce temps ?

L’oiseau le regarde d’un air approbateur, puis s’envole. L’indécision a disparu. Tolkien se sent calme, mais impatient. Dès qu’il rentre, il change le mot pour « été » de Loer en Laer3). Et désormais, le *ai primitif donna toujours ae en sindarin, jamais oe : voir par exemple la Lettre nº 282 (écrite en 1958), où *laikâ donne le sindarin laeg « vert ». Il fallut à Tolkien plus de vingt ans d’une lutte intérieure pour déterminer ce que disaient vraiment les Elfes, mais il avait enfin trouvé la réponse !

Henneth Annûn (© Ted Nasmith)

Toutefois, il est possible qu’une forme en oe se soit en fin de compte retrouvée dans le Seigneur des Anneaux. Le nom Nen Hithoel, qui désigne le lac près des chutes du Rauros, avait peut-être comme sens désiré « Eaux de l’étang brumeux » lorsque Tolkien le forgea (hith + oel). Les deux premiers volumes du Seigneur des Anneaux avaient déjà été publiés lorsque Tolkien arrêta son choix définitif sur la question ae / oe, et Nen Hithoel n’est mentionné que dans le premier d’entre eux. Mais à présent, le mot « étang » était ael et non « oel » comme c’était le cas dans « Les Étymologies ». Il est possible que Tolkien, remarquant à son grand chagrin qu’une forme désormais obsolète s’était glissée dans son magnum opus, ait décidé de réinterpréter le nom (il faut noter que la diphtongue oe en tant que telle n’était pas bannie de la langue sindarine, ayant toujours sa place dans de nombreux autres mots où elle ne provient pas d’un *ai antérieur). Dans l’index des Contes et légendes inachevés4), à l’entrée Emyn Muil, Nen Hithoel est traduit par « Eaux de la fraîcheur brumeuse ». Je soupçonne qu’il ne s’agit pas du sens qu’avait Tolkien en tête pour ce nom à l’origine ; nulle part ailleurs dans le matériel publié n’y a-t-il d’élément ressemblant seulement à oel qui ait le sens de « fraîcheur ».

Quoiqu’il en soit, certains noms du Silmarillion confirment la décision de Tolkien que *ai doive désormais donner ae et non oe. La Grande Mer est à présent appelée Belegaer, et non « Belegoer » comme dans « Les Étymologies » (voir BEL, AYAR/AIR, ÁLAT). Le nom sindarin des Monts Brumeux, Hithaeglir, contient aeglir « chaîne de pics montagneux », qui apparaît sous la forme « oeglir » dans « Les Étymologies » (AYAK). Il y a également Aelin-uial, les « Étangs du Crépuscule », qui apparaissent sous la forme « Oelinuial » dans « Les Étymologies » au radical AY. Cf. également l’Appendice, où le sindarin maeg « pointu, perçant » (comme dans Maeglin « Regard perçant ») est dit être l’équivalent du quenya maika.

Il faut noter, toutefois, que si *ai devient ae en sindarin, *ây avec un â long devient toujours oe ! Dans PM, p. 363, Tolkien dérive le sindarin goe « terreur, grande peur » du primitif *gâyâ. Voici une liste, je l’espère complète, des termes « noldorins » en oe des « Étymologies » qui devraient s’écrire ae en sindarin mature.

  1. doer « jeune marié » (NDER ; forme antérieure ndair donnée) devrait être corrigé en daer.
  2. thloew « maladif, malade, souffrant » (SLIW ; forme primitive *slaiwâ donnée) ; Tolkien écrivit à l’origine thlaew, puis le corrigea. Cette correction devrait être ignorée, puisqu’il changea à nouveau d’avis par la suite. La forme tardive flaew ne fut apparemment jamais « corrigée ». Toutefois, les personnes désireuses d’écrire en sindarin « période SdA » ne devraient utiliser aucun de ces termes. Il faudrait employer lhaew, étant donné que l’une des révisions différenciant le « noldorin » du sindarin affecta l’évolution du sl- primitif en début de mot : Tolkien décida par la suite qu’il deviendrait lh- en sindarin, et non thl- (puis fl-) comme en « noldorin ».
  3. foeg « méchant, pauvre, mauvais » (SPAY ; forme primitive *spaikâ, reconstruction personnelle) devrait être faeg.
  4. foen « radieux, blanc » (PHAY ; forme primitive *phainâ, reconstruction personnelle) devrait être faen.
  5. goer « rouge, cuivré, rubicond » (GAY ; forme primitive *gairâ, reconstruction personnelle) ; Tolkien donna également la forme gaer, qu’il faut préférer. Ne pas confondre avec le nom gaer « effroi » (GÁYAS).
  6. lhoeb « frais » (LÁYAK, forme primitive *laik-wâ) doit devenir laeb (ici encore, une révision supplémentaire est impliquée : en « noldorin », le *l- en début de mot devenait lh-, mais Tolkien décida par la suite que ce son resterait inchangé (l-) en sindarin). Mais les noms Lhoebelidh, Lhoebenidh « Elfes-verts » peuvent être également ignorés, car Tolkien décida ultérieurement d’appeler les Elfes verts Laegil en sindarin (sg. Laegel, pl. de classe Laegrim, Laegel(d)rim). Voir WJ, p. 3855).
  7. moe « doux » (anciennement maiga) et le mot apparenté moeas « pâte » (MASAG) sont des cas particuliers : corriger moe en mae entraînerait un conflit avec l’adverbe mae « heureux » (comme dans le salut de Glorfindel à Aragorn mae govannen « heureuse rencontre »). Il pourrait être plus pratique de laisser ce mot tel quel et de considérer qu’il possède une étymologie différente de celle proposée à l’origine par Tolkien.
  8. moel « luxure », d’où l’adjectif moelui « lascif » (MIL-IK ; nom dérivé du primitif *mailê, reconstruction personnelle). Tolkien écrivit d’abord mael, maelui, puis entra dans une de ses phases en « oe » et les corrigea : correction à ignorer. Le nom noldorin de Melkor qui en découle, Maeleg > Moeleg, peut être entièrement ignoré : Tolkien décida ultérieurement que le nom de Melkor n’avait rien à voir avec le radical MIL-IK « désir, avidité ». Dans l’index du Silmarillion, à l’entrée Melkor, le nom sindarin du Vala déchu est donné comme étant Belegûr, toujours corrigé en Belegurth « Grande Mort ». Bien sûr, il était d’ordinaire appelé Morgoth.
  9. noer « triste » (NAY ; forme primitive *nairâ, reconstruction personnelle). Avec le sens renforcé de « terrible », la nouvelle forme naer semble apparaître dans le composé naeramarth « destin terrible » dans le nom Cabed Naeramarth. Cf. également naergon « lamentation misérable »6). Une forme alternative du nom de la sœur de Túrin, Nuinoer, peut être ignoré, le Silmarillion donnant Nienor.
  10. oeg « aigu, pointu, perçant » doit être ignoré : Tolkien décida qu’aucun équivalent du quenya aica « cruel, terrible, affreux » n’était utilisé en sindarin, « bien qu’aeg eût été sa forme s’il avait été employé »7). D’un autre côté, la lance de Gil-galad a pour nom Aeglos « pointe de neige », et il doit donc bien y avoir un nom aeg « pointe ». Existe également le mot aeglir (voir oeglir plus bas).
  11. oegas « pic montagneux » (AYAK), pl. oeges, est apparenté au terme précédent et doit donc devenir aegas, pl. aeges.
  12. oeglir « chaîne de pics montagneux » (AYAK) est encore un terme apparenté ; sa nouvelle forme aeglir est attestée dans le Silmarillion, dans le nom Hithaeglir (les Monts Brumeux, traduit par « Chaîne de Pics Brumeux » dans l’index de Christopher Tolkien).
  13. oel « étang, lac », pl. oelin (AY, forme primitive *ai-lin-) est attesté sous sa nouvelle forme (pl.) aelin dans le nom Aelin-uial « Étangs du Crépuscule », dans le Silmarillion. L’appendice du Silmarillion donne de la même façon aelin « lac, étang » (il s’agit en fait du pl. « lacs, étangs » : sg. ael).
  14. oear « mer » (AYAR/AIR) — aear dans l’hymne à Elbereth du Seigneur des Anneaux. Dans le Silmarillion, la Grande Mer est de même appelée Belegaer et non Belegoer comme dans « Les Étymologies » (BEL, AYAR/AIR, ÁLAT). Dans une lettre de 19678), le radical est dit être AYAR, tout comme dans « Les Étymologies », et le nom sindarin est donné comme aear dans une note de bas de page. Toutefois, il ne semble pas s’agir là de la décision finale de Tolkien. Dans un texte écrit au moins un an plus tard9), le terme sindarin pour « mer » provient d’un radical GAYA et est donc gaear, gaer-, dont aear dans l’hymne à Elbereth serait la forme lénifiée (‘aear). Aussi oear, oer des « Étymologies » doit être corrigé en gaear, gaer, et pour oeruil « algue » (UY), il faut lire gaeruil. En réalité, gaear au lieu de aear comme mot pour « mer » apparaît déjà dans l’essai « Quendi & Eldar », vers 1960 (voir WJ, p. 400). La lettre de 1967 citée plus haut indique que Tolkien était alors revenu à aear, mais que peu après il retourna de nouveau à gaear. (En avant et en arrière, en avant et en arrière…)
  15. rhoeg « croche, tordu, faux » (RÁYAK, primitif raika, reconstruction personnelle) doit être corrigé en raeg (avec r à la place de rh ; ce changement reflète une autre révision du développement phonologique du « noldorin » / sindarin, constituant un parallèle avec l pour lh ; voir plus haut lhoeb, sindarin laeb, ou cliquer ici pour une étude plus complète de cette révision).

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le net

1) PM, p. 263
2) PM, p. 135
3) PM, p. 136
4) N.d.É. : Malheureusement absent de la traduction française.
5) N.d.É. : Noter toutefois l’apparition du terme oew dans le sens de « frais » que l’on trouve dans le nom Nen Hithoel, ce qui pourrait pointer vers un changement du radical impliqué et une conservation du son oe dans le nom. On obtiendrait alors la forme reconstruite #loeb.
6) PM, p. 362
7) PM, p. 347
8) L, p. 386
9) PM, p. 363
 
langues/langues_elfiques/sindarin/ae_ou_oe.txt · Dernière modification: 28/08/2013 22:55 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017