Termes elfiques et étrangers dans « Bilbo le Hobbit »

Avec quelques suggestions concernant leur signification possible lors de l’écriture du livre

 Trois Anneaux
Ninni M. Pettersson — Avril 2000
traduit de l’anglais par Vivien Stocker
Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Introduction

Pour célébrer le soixantième anniversaire de la publication du Hobbit, Mellonath Daeron a tenu une conférence où furent discutés l’elfique et les autres mots étrangers présents dans ce livre. La liste de mots qui suit et les suggestions concernant leur signification possible, est ainsi le résultat des efforts conjugués de la guilde entière. Je les ai seulement compilés ici.

Le texte le plus important pour essayer de comprendre les mots elfiques de cette période est évidemment « Les Étymologies », écrites dans la deuxième moitié des années 30 et publiées dans la Route perdue et autres textes, qui furent fréquemment utilisées durant la rédaction de la liste ci-dessous. Notez que nous avons exclu les noms de Gandalf et des Nains, dont on sait qu’ils proviennent du vieux norrois, et qui ont été maintes fois étudiés par ailleurs. Par exemple, TolkLang les a étudiés en plusieurs occasions depuis des années1).

Termes elfiques et étrangers dans Bilbo le Hobbit

  • Azog (ajouté au chap. 1 dans l’édition de 1966)

Probablement orquien2).

  • Bladorthin (chap. 17)

Peut-être être noldorin ? Pour bla(d) cf. Bladorwen, le nom gnomique pour Palúrien dans le « Gnomish Lexicon »3) (écrit vers 1915-1918) dont la signification serait « la vaste terre, le monde et ses plantes et fruits, la Terre Mère » et Bladorion le nom dans les années 1930 pour la grande plaine du nord, appelée plus tard Ard-galen, dont aucune traduction directe n’est connue. Une connexion avec orthin, pluriel doriathrin d’orth (voir la racine ÓROT- « hauteur, montagne » dans les Étym.) est peut-être trop tirée par les cheveux, mais pas impossible.

  • Bolg (chap. 17)

Pourrait être d’origine germanique et ainsi apparenté au nom de famille hobbit Bolger, mais il pourrait aussi être lié au nom du capitaine orque Boldog « Tueur-tourment » dans « Le Lai de Leithian » écrit vers 1925-1931. Voir les racines NGWAL- et NDAK- dans les Étym.4)

  • Carc (chap. 15)

Peut-être issu d’une langue spécifique aux corbeaux de la Montagne Solitaire.

  • Carrock (chap. 12)

Très probablement issu du vieux gallois carrecc « rocher »5).

  • cram (chap. 13)

Noldorin. « gâteau de farine comprimée ou repas […] consommé pendant les longs voyages ». Voir la racine KRAB- « presser » dans les Étym.6)

  • Dorwinion (chap. 9)

Le vin corsé de Dor-Winion est mentionné dans « Le Lai des Enfants de Húrin » écrit vers 1920-1925. Dans le dernier paragraphe du « Quenta Silmarillion », écrit dans la dernière partie des années 1930, on trouve une référence aux « fleurs immortelles des prés de Dorwinion. » On ne trouve aucune traduction ou que ce soit ni aucune indication sur la langue à laquelle est supposé appartenir ce nom. Les racines pertinentes des Étym. pourraient être NDOR- « habiter, rester, se reposer, demeurer » et GWEN- « verdeur, jeunesse, fraîcheur », avec la terminaison -ion, trouvée dans plusieurs noms de régions, e.g. Eregion et Dorthonion7).

Erebor (© John Howe)

  • Elrond (chap. 2)

Ilkorin. « Elrond = dôme étoilé, ciel » (Voir la racine EL- « étoile » dans les Étym.) « En ilkorin rond voute en dôme, d’où Elrond (voûte des cieux) »8). Voir la racine ROD- « caverne » dans les Étym.9)

  • Esgaroth (chap. 12)

Ilkorin « Ilk. esgar roselière. Cf. Esgaroth Lac-aux-roseaux, à causes de bancs de roseaux à l’ouest. »10) Voir la racine ESEK- dans les Étym11).

  • Galion (chap. 9)

Pourrait être noldorin. La racine pertinente dans les Étym. pourrait être GALA- « réussir, prospérer, être en bonne santé », ou GAL- « briller ». L’élément -ion correspond peut-être au noldorin « fils » (voir la racine , YON- « fils » dans les Étym.), mais pourrait aussi être un suffixe masculin général, cf. morion « le ténébreux » mentionné dans la chanson de Fíriel de la Route perdue, écrite vers 1936.

  • Girion (chap. 12)

Pourrait être noldorin. Cf. la racine GIR- « frémir, frissonner » dans les Étym. qui donne le noldorin giri. Pour -ion, voir l’entrée Galion.

  • Glamdring (chap. 12)

Noldorin. Voir les racines G-LAM- « clameur, bruit confus » et DRING- « battre, frapper » dans les Étym.12)

  • Golfimbul (chap. 1)

Langue inconnue, mais probablement suggéré par le vieux norrois göll « fracas » (cf. noldorin glamm « clameur », glam- « orque » sous la racine G-LAM- des Étym.) et fimbul-, premier élément de quelques composés, signifiant « extrême, excessif, puissant » et apparenté au vieil anglais fífel « géant, monstre » (cf. fimbulvetr « le grand hiver » dans le « Vafþrudnismál » de l’Ancienne Edda).

  • Gondolin (chap. 2)

Noldorin. « Gondolind, -inn, -in cœur du rocher caché ». Voir la racine DUL- « cacher, celer » dans les Étym.

  • Gram (chap. 1)

Peut-être un mot de vieil anglais signifiant « en colère, hostile ».

  • Gundabad (chap. 17)

Langue inconnue, mais pourrait être d’origine germanique, cf. le roi burgonde Gondebaud (en anglais Gundobad). Selon le texte bien plus tardif « Of Dwarves and Men », écrit vers 1969, c’est à l’origine un nom khuzdul13).

Mithril (© John Howe)

  • mithril (ajouté au chap. 13 dans l’édition de 1966)

Dans les Étym., la racine MITH- signifie « brouillard blanc, brume humide » avec une addition tardive de mith « gris ». La racine RIL- « scintiller » semble aussi pertinente.

  • Moria (chap. 1)

Noldorin. « Moria = Gouffre Noir ». Voir la racine YAG- « être béant, béer » dans les Étym.)

  • Orque (chap. 7, ajouté au chap. 5 dans l’édition de 1951)

Du vieil anglais, cf. orcnéas « cadavres-démons » dans Beowulf14).

  • Orcrist (chap. 2)

Noldorin. Sous la racine KIRIS- « coupure » des Étym. se trouve le mot noldorin crist « un fendoir, une épée ». Voir aussi les racines ÓROK- « gobelin » et RIS-1 « entailler, déchirer »15).

  • Radagast (chap. 7)

Un nom très débattu ! Il pourrait être d’origine slave ou germanique : des arguments plausibles ont été avancés pour les deux possibilités sur TolkLang. Une note très tardive sur les Istari (voir les Contes et légendes inachevés) indique qu’il s’agit d’un nom à la signification incertaine, dérivé de la langue des Hommes du Val d’Anduin16).

  • Roäc (chap. 15)

Peut-être issu d’une langue spécifique aux corbeaux de la Montagne Solitaire.

  • Ya hoy ! Ya-harri-hey ! (chap. 6)

Peut-être de l’orquien anglicisé. Cf. les cris Ya hoi ! Ya harri hoi ! poussés par les orques dans le chapitre « Les Choix de Maître Samsagace », dans Les Deux Tours.

Références

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le net

1) N.d.T. : Depuis la rédaction de cet article, est paru l’ouvrage The History of the Hobbit par John D. Rateliff, qui donne quelques éclaircissements sur certains points décrits dans cet article. J’ai donc pris le parti de donner en note les références qui me paraissaient intéressantes.
2) N.d.T. : Rateliff suggère qu’Azog serait en parler noir, et met en avant la similitude entre azog et nazg, cf. HotH, p. 787, n. 38.
3) N.d.T. : Cf. PE 11.
4) N.d.T. : Depuis la parution de The History of the Hobbit, on sait que Bolg provient du mágol, une langue orquienne anciennement élaborée par Tolkien, et signifie « fort » (p. 710).
5) N.d.T. : Cf. HotH, p. 260, The Carrock.
6) N.d.T. : Cf. HotH, p. 610, A Note on Cram.
7) N.d.T. : Cf. HotH, p. 417, The Wine of Dorwinion. Par ailleurs, une traduction de ce nom à depuis été publiée dans le PE 17, p. 54, où il est affirmé qu’il s’agit de sindarin, signifiant « Pays de la jeune-terre » ou « Terre de Gwinion ».
8) Version originale : « Ilkorin rond domed roof, hence Elrond (vault of heaven) »
9) N.d.T. : Cf. HotH, p. 121, Elrond.
10) Version originale : « Ilk. esgar reed-bed. Cf. Esgaroth Reed-lake because of reed-banks in west. »
11) N.d.T. : Cf. HotH, p. 418, ainsi que la section The Name « Esgaroth », p. 561-562.
12) N.d.T. : Cf. HotH, p. 136-137.
13) N.d.T. : Cf. HotH, p. 675.
14) N.d.T. : Terme lui-même dérivé du dieu infernal Orcus de la mythologie romaine.
15) N.d.T. : Cf. p. 136-137.
16) N.d.T. : Cf. HotH, p. 275, The Name « Radagast ».
 
langues/textes/termes_elfiques_etrangers_hobbit.txt · Dernière modification: 13/09/2014 08:26 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017