Translations dans les traductions : « Runot suomentanut Panu Pekkanen »

Un Anneau
Arden R. Smith — Mars & mai 1992
traduit de l’anglais par Julien Mansencal
Article théoriqueArticles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.
Cet article et l’appendice qui l’accompagne sont issus du journal linguistique Vinyar Tengwar nº 22 & 23, respectivement datés de mars et mai 1992, et édités par Carl F. Hostetter. Le traducteur remercie chaleureusement Arden R. Smith et Carl F. Hostetter pour avoir autorisé la parution de cette traduction.

Les traductions des œuvres de Tolkien ont traité de diverses façons les inscriptions en runes et en tengwar. Certaines, comme les éditions française et japonaise de Bilbo le Hobbit, conservent l’inscription originale en anglais. Quelques-unes, comme l’édition portugaise de Bilbo le Hobbit de 1962, transforment les caractères en signes dénués de sens. D’autres, comme l’édition allemande de Bilbo le Hobbit, évitent totalement le problème en supprimant ces inscriptions. Parfois, toutefois, on trouvera un traducteur qui s’efforcera d’adapter ces inscriptions à la langue de destination.

C’est ce que fait Elena Jeronimidis Conte dans sa traduction de Lo Hobbit (je me base ici sur la neuvième impression en poche Tascabili Bompiani, janvier 1988 ; cette traduction a été publiée pour la première fois à Milan par Adelphi Edizione en 1973). La note introductive (p. 11-12) comprend des inscriptions runiques qui se transcrivent ainsi :

Transcription Traduction
Titre LO HOBBIT
O
LA RICONCWUISTA DEL TESORO
Lo Hobbit o la riconquista del tesoro
Runes de la carte de Thror LA•PORTA•E•ALTA•UN•METRO•E•MEZZO•E•CI•SI•PUO•PASSARE•
IN•TRE•PER•UOLTA: . .
1)
La porta è alta un metro e mezzo e ci si può passare
in tre per volta…
Runes lunaires de la carte de Thror STA•UICINO•ALLA•PIETRA•GRIGIA•WUANDO[sic]•PICCHIA•IL•
TORDO•E•L•ULTIMA•LUCE•DEL•SOLE•CHE•TRAMONTA•SUL[sic]•
GIORNO•DI•DURIN•SPLEUDERA[sic]•SUL•BUCO•DELLA•SERRATURA•
2)
Sta vicino alla pietra grigia quando picchia il
tordo e l’ultima luce del sole che tramonta nel
giorno di Durin splenderà sul buco della serratura.

Le texte de la note introductive est repris pour refléter l’usage que la traductrice fait des runes pour transcrire l’italien, et les points cardinaux deviennent E[st], S[ud], O[vest] et N[ord] ; toutefois, la rune marquant la porte secrète reste D [pour door], bien que la note indique qu’il s’agisse d’un P [pour porta]. La calligraphie n’est pas d’une très haute qualité, mais cela reste un exemple admirable d’un traducteur allant au-delà du minimum syndical.

Smaug (© John Howe)

Kersi Juva va encore plus loin dans Hobitti (WSOY, Porvoo-Helsinki-Juva, 1990) et Taru Sormusten Herrasta (WSOY, Porvoo-Helsinki-Juva, 1988). En-dessous du nom du traducteur, les livres portent cette mention : Runot suomentanut Panu Pekkanen, « Runes traduites par Panu Pekkanen »3). Le travail de Pekkanen sur ces livres n’est pas seulement admirable : il est à couper le souffle. L’adaptation de l’inscription de la jaquette de Bilbo le Hobbit en finnois réalisée par Pekkanen s’étend sur la page de titre et celle qui lui fait face, deux lignes en haut et deux en bas. Quelques lettres (indiquées entre crochets ici) ont été perdues lors de la division de l’inscription sur les deux pages. Voici une transcription exacte de ces runes :

HOBITTI:ELI:SINNE•IA•TAKA[I]SINSE•ON:KERTOMUS•UUO
DEN•MATKASTA•IONKA•T[E]KI•HOBITTILAN•BILBO•RE
PPULIHÄNEN•MUISTIINPA[N]OISTAAN•KOONNUT•I•R•R•
TOLKIENIA•IULKAISSUT•W[E]RNER•SÖDERSTRÖM•OY
4)

En orthographe finnoise standardisée, cela devient (avec une traduction mot-à-mot) :

Hobitti, eli, Sinne ja Takaisin. Se on, kertomus vuoden matkasta jonka teki Hobittilan Bilbo Reppuli. Hänen muistiinpanoistaan koonnut J. R. R. Tolkien. Ja julkaissut Werner Söderström O[sake]y[htiö].
Hobbit ou aller et retour qui est histoire/récit d’année du-voyage que fit de-Hobbitebourg Bilbo Sacquet. Ses de-notes assemblé (part. II act.) J. R. R. Tolkien et publié (part. II act.) Werner Söderström Corporation.

Pour comparaison, le texte anglais original : « The Hobbit, or There and Back Again; being the record of a year’s journey made by Bilbo Baggins of Hobbiton; compiled from his memoirs by J. R. R. Tolkien; and published by George Allen and Unwin Ltd. [Houghton Mifflin and Co. aux États-Unis] ». Pekkanen imite également avec talent le style de la calligraphie originale de Tolkien sur la jaquette britannique (la jaquette américaine, apparemment réalisée par quelqu’un d’autre, a l’air assez médiocre en comparaison).

Dans la note introductive et sur la carte de Thror, le lettrage est d’une qualité tout aussi élevée ; en fait, à moins de prendre le temps de réellement lire les runes sur la carte, il est aisé de ne pas remarquer que les runes ont été modifiées. Les runes sur la carte sont adaptées ainsi :

Transcription Traduction
Dans la marge de gauche OUI•KAKSI•IA•PUOLI•KYYNÄRÄÄ•IA•KOLME•
UOI•KÄYDÄ•RINNAN
. .
Ovi kaksi ja puoli kyynärää ja kolme voi käydä rinnan. Þ. Þ.
Runes lunaires SEISO•HARMAAN•KIUEN•LUONA•KUN•RASTAS•
KOPUTTAA•NIIN•DURININ•PÄIUÄN•AURINKO•
LUO•UIIME•SÄTEENSÄ•AUAIMENREIKÄÄN•
Seiso harmaan kiven luona kun rastas koputtaa niin Durinin päivän
aurinko luo viime säteensä avaimenreikään.

Comme dans la version italienne, les runes et le texte de la note introductive, ainsi que les runes marquant les points cardinaux ( I[tä], E[telä], L[änsi], P[ohjoinen], ont été modifiées en conséquence. La porte secrète est toujours marquée par un bien que « porte » se dise ovi en finnois.

Cavalier Nazgul (© John Howe)

Du côté de Taru Sormusten Herrasta (le Seigneur des Anneaux), on peut remarquer que l’inscription de l’Anneau est imprimée à l’envers, une faute qu’il faut clairement attribuer à l’imprimeur. Cette inscription étant en parler noir et non en anglais, Pekkanen n’a rien eu à faire ici. En outre, il se serait certainement aperçu de l’erreur : sa version de la page de titre témoigne d’une excellente compréhension des tengwar.

Comme dans la version anglaise, le haut de la page est en Angerthas Moria (mais, comme dans la version anglaise, le s est représenté par au lieu de ) et le bas de la page dans un mode des tengwar utilisant des tehtar pour représenter les voyelles. Toutefois, les tehtar vocaliques sont placés sur le tengwa précédent dans l’inscription finnoise, comme on peut s’y attendre dans une langue où la plupart des mots s’achèvent par une voyelle. La calligraphie est ici encore meilleure que dans l’original de Tolkien : les cirth sont dessinés d’une façon semblable aux runes de la jaquette originale de Bilbo le Hobbit. Les inscriptions de la page de titre se transcrivent ainsi :

Angerthas TARU•SORMUSTEN•HERRASTA•SE•ON•SORM
UKSEN•SODAN•HISTORIA•IA•KUNIŊKĀN•PALŪ
Tengwar ⁘ seon ⁘ sormuksen sudan [sic] historia ya kuni kán palú nínkuinsen näkivt
hobbitit ⁘ länsikairan punaisesta kiryasta kǟntä(n)yt ’john ronald reuel tolkien :~

Notez la redondance partielle des inscriptions. L’inscription complète, correctement orthographiée et sans la partie redondante, est la suivante (avec traduction mot-à-mot) :

Taru Sormusten Herrasta, se on, Sormuksen Sodan historia ja Kuninkaan Paluu niinkuin sen näkiv[ä]t Hobitit, Länsikairan Punaisesta Kirjasta kääntänyt John Ronald Reuel Tolkien.
Légende des-anneaux sur-seigneur qui est de-anneau de-guerre histoire et de-roi Retour comme il (acc.) virent hobbits de-Länsikaira (Marche de l’Ouest) du-rouge de-livre traduit (part. II act.) John Ronald Reuel Tolkien

Les tehtar de l’inscription sont particulièrement intéressants. Pekkanen a dû distinguer sept des huit voyelles du finnois : a, e, i, o, u, y et ä (il n’y a pas de ö dans l’inscription), mais la souplesse du système fëanorien lui permet d’être créatif. Les voyelles a, e, i, o et u sont représentées par les tehtar classiques de la page de titre en anglais Tehtar standards. Le y vocalique est représenté par Y vocalique, probablement extrapolé du tehta Tehta du mot « by » dans le mot by de l’inscription en anglais. Enfin, Pekkanen utilise le tehta Tehta ä, généralement employé par Tolkien comme marqueur nasal, avec la valeur ä (prononcé [æ]).

Concernant la tombe de Balin, Pekkanen ne touche pas à la partie en khuzdul, mais il traduit la partie en anglais par :

᛫BALINFUN͜DININPOIKAMORIANRUHRINAS᛫

(pour Balin Fundinin Poika Morian Ruhtinas, avec une erreur de copiste : r au lieu de t dans le dernier mot). Il utilise une variante de l’Angerthas Moria, avec pour h et pour s ; l’original de Tolkien diffère lui aussi des valeurs standard en utilisant pour s, tandis qu’un h complet n’apparaît pas dans le texte original. Une nouvelle fois, la calligraphie est excellente.

Enfin, nous avons la Porte Ouest de la Moria. Les tengwar de la porte même constituent une inscription en noldorin / sindarin qui ne nécessite donc aucun changement. En revanche, la traduction donnée par Tolkien sous l’image devait être traduite en finnois : Tähän on kirjoitettu Feänorin kirjaimin Beleriandin tapaan: Ennyn Durin… Dans la plupart des éditions étrangères, l’introduction de la transcription est rendue dans la langue et la police de la traduction. Cela ne suffisait apparemment pas à Pekkanen. Il a conservé le passage en elfique de la main de Tolkien et a rédigé la traduction finnoise du passage en anglais dans une imitation parfaite de l’écriture de Tolkien.

A-t-on jamais vu traduction de Tolkien préparée avec autant de soin ? Il y a certes quelques erreurs (l’inscription de l’Anneau à l’envers, l’erreur pour sur la tombe de Balin, et ainsi de suite), mais le talent et le travail extraordinaires dont témoignent ces éditions finnoises méritent un A+ dans mon barème. À WSOY, Kersti Juva et particulièrement à Panu Pekkanen : Ylistäkää heitä, autrement dit A laita te !

Appendice : Oups !

traduit par Damien Bador

Les gars, j’ai honte ! Me voilà, qui écrit un article sur les traductions étranges et inexactes et que fais-je ? Je tombe dans le piège de la plus rusée des bestioles linguistiques : le faux ami5). Au cas où vous ne compreniez pas le finnois – sinon vous riez déjà de l’erreur du stupide amerikalainen – laissez-moi vous expliquer.

Dans mon dernier article (voir plus haut) aussi bien que dans un quizz d’un article antérieur (VT 16, p. 12), j’ai interprété la phrase Runot suomentanut Panu Pekkanen par « runes traduites (en finnois) par Panu Pekkanen ». Eh bien, amis… runo (le singulier de runot) peut se traduire par « rune », mais seulement dans le sens de la définition 4 du Webster : « (a) un poème ou une strophe en finnois ; (b) au sens large, tout ancien poème scandinave ; (c) [poét.] tout poème, vers ou chant. » Les subdivisions du Kalevala, par exemple, sont appelées runot. J’ai interprété ce nom comme signifiant « rune » dans le sens des définitions 1, 2 et 3, se référant aux anciennes lettres germaniques ou à des caractères similaires – ce qui était une erreur de ma part. Dans les traductions finnoises de Tolkien, les « runes » sont appelées riimut, pas runot.

Je me suis rendu compte de ma méprise dès que j’ai lu l’entrée de Mikael Ahlström dans la mise à jour de la discographie de Beyond Bree (avril 1992, p. 1) mentionnant la version audio du Hobbit finnois « se basant sur la deuxième traduction finnoise de Kersti Juva et Panu Pekkanen (poèmes). » Il semble ainsi que Panu Pekkanen soit responsable des poèmes, tandis que Kersti Juva, le traducteur principal, s’est apparemment occupé de la transcription finnoise des runes et des tengwar. En tout cas, cette erreur ne change en rien la teneur de mon dernier article : les traductions finnoises des inscriptions runiques et des tengwar sont magnifiquement faites, quel que soit leur auteur !

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le net

1) N.d.A. : La carte elle-même donne KI au lieu de CI.
2) N.d.A. : La carte elle-même donne partout K au lieu de C, KWU[A]NDO au lieu de l’incorrect WUANDO, NEL au lieu de l’incorrect SUL, et SPLENDERA au lieu de l’incorrect SPLEUDERA.
3) N.d.T. : Voir à ce propos l’Appendice à cet article.
4) N.d.A. : Ä est représenté par et Ö par , qui correspondent respectivement à ea et ee dans l’original de Tolkien.
5) N.d.T. : En français dans le texte.
 
langues/traductions/panu_pekkanen.txt · Dernière modification: 13/09/2014 08:58 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017