Christian Bourgois

NaissanceAntibes, 1933
DécèsParis, 20 décembre 2007
NationalitéFrançaise
Christian Bourgois s'est éteint en ce 20 décembre 2007. C'est à celui sans qui la communauté Tolkiendil francophone n'aurait peut-être pas pu exister que nous souhaitions dédier cette page. Nous le remercions pour nous avoir permis de découvrir J.R.R. Tolkien en français.

Titres et missions

  • Directeur des éditions Christian Bourgois
  • Ancien directeur des Éditions Juillard
  • Éditeur officiel des œuvres de J. R. R. Tolkien en français

Portrait

Après des études à l’Institut d’Études Politiques de Paris, dont il sort deuxième de sa promotion, et un passage rapide à l’ENA qu’il quitte au bout d’un an, Christian Bourgois travaille en tant qu’éditeur dès 1959 avec René Julliard. À la mort de ce dernier, en 1962, il prend la tête des Éditions Julliard jusqu’en 1966, date à laquelle il fonde sa propre maison d’édition : Christian Bourgois Éditeur.

En 1970, il publie Admirations de Jacques Bergier, où celui-ci parle d'auteurs méconnus, dont J. R. R. Tolkien. Christian Bourgois propose alors à Bergier de publier certains de ces auteurs. Parmi les auteurs proposés, les réponses des ayants-droits et éditeurs sont négatives, les droits ayant déjà été vendus, à l'exception de celle d'Allen et Unwin. Christian Bourgois signe alors un contrat de 200£ par volume (environ 6000€ pour l'ensemble du Seigneur des Anneaux) pour la durée de la propriété littéraire. Il prend ensuite contact avec Francis Ledoux, déjà traducteur de Bilbo le Hobbit. À l'époque, l'éditeur est en pleine crise et doit choisir le dernier livre qui sera publié par sa maison. C'est donc le premier volume du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien, auteur inconnu du public français et dont Christian Bourgois n'a même rien lu, qui est choisi et publié en 1972. Christian Bourgois reçoit alors le prix du meilleur livre étranger en 1973 et convainc Sven Nielsen, des Presses de la Cité, qu'il doit publier les deux derniers volumes.

Après le Seigneur des Anneaux, Christian Bourgois envisage la traduction du Silmarillion, ce que Francis Ledoux refuse, trouvant le travail trop long et complexe ; il décède peu après. Bourgois fait alors appel à Pierre Alien, qui avait déjà fait des traductions pour Grasset, Albin Michel et Plon, entre autres. Alien traduit difficilement Le Silmarillion, n'aimant pas Tolkien. Bourgois doit donc trouver un autre traducteur pour les appendices du Seigneur des Anneaux, que Ledoux avait refusé de traduire, n'en voyant pas l'utilité. Il rencontre alors Tina Jolas par l'intermédiaire de Robert Jaulia, alors qu'elle recherche un travail de traduction. Elle tente donc l'expérience, mais ne connaissant pas particulièrement l'œuvre de J.R.R. Tolkien, elle trouve ce travail difficile et s'arrête après la traduction des Contes et légendes inachevés (1982).

En 1974, Christian Bourgois vend les droits du Seigneur des Anneaux pour dix ans à Hachette pour l'édition en poche. Paradoxalement, les ventes des éditions poche et des éditions Christian Bourgois ne cessent de croître. Puis, en 1986-1987, il vend les droits à Gallimard pour la collection jeunesse.

Malgré le scepticisme de Christopher Tolkien lui-même sur la possibilité de traduire les différents volumes de l'Histoire de la Terre du Milieu, Christian Bourgois rencontre Adam Tolkien, qui cherche un emploi de traducteur. Sous le contrôle de son père, celui-ci traduit les deux tomes du Livre des Contes Perdus (1995, 1998) puis abandonne face à la difficulté de la tâche. La publication française de l’Histoire de la Terre du Milieu reste en suspens plusieurs années, jusqu’à ce que plusieurs traducteurs (Céline Leroy, Elen Riot, Delphine Martin et Daniel Lauzon, assistés de David Riggs) poursuivent le travail amorcé par Adam Tolkien, sous la direction de Vincent Ferré. Ainsi paraîssent en France Les Lais du Beleriand, en 2006, La Formation de la Terre du Milieu, en 2007 et La Route Perdue, en 2008. Outre les révisions de plusieurs traductions, on peut aussi noter la parution en français des Lettres en 2005 et des Monstres et Critiques en 2006. La persévérance de Christian Bourgois quant à la traduction des travaux inédits de Tolkien suscite une reconnaissance unanime des admirateurs de l’écrivain, notamment en raison du détachement manifesté sur la rentabilité de ces publications.

Voir aussi sur le net

 
tolkien/portraits/christian_bourgois.txt · Dernière modification: 18/06/2015 15:30 par Zelphalya
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017