C.S. Lewis

Naissance 29 novembre 1898, Belfast, Royaume-Uni
Décès 22 novembre 1963, Oxford, Royaume-Uni

Portraits

Clive Staples Lewis (1898 - 1963), « Jack » pour ses amis, était, comme Tolkien, un universitaire d'Oxford. Les deux hommes se rencontrèrent en 1926 et ne tardèrent pas à entretenir une amitié durable et à se lire leurs travaux respectifs, qu'ils critiquaient abondamment ; ce qui donna à Lewis l'occasion de dire, à propos de Tolkien : « Il réagit à la critique de deux façons : soit il recommence tout depuis le début, soit il n'en tient aucun compte. » Mais l'influence de Tolkien sur son ami était très importante : c'est ainsi qu'une longue soirée de septembre 1931 fut le cadre d'une discussion théologique qui convainquit Lewis de renouer avec le christianisme qu'il avait abandonné à l'adolescence.

Les deux hommes étaient d'accord pour dire qu'il y avait « trop peu de ce qu'[ils aimaient] dans les légendes », et résolurent d'en écrire eux-mêmes. Ils tirèrent au sort : Lewis obtint les voyages dans l'espace et donna naissance à Au-delà de la planète silencieuse (Out of the Silent Planet), premier tome de sa « trilogie cosmique ». Tolkien devait s'occuper des voyages dans le temps et commença un roman intitulé La Route perdue, dans lequel apparaît pour la première fois l'histoire de la Chute de Númenor — nom que Lewis reprit dans ses propres œuvres sous la forme Numinor, ce qui agaça Tolkien.

Par la suite, les relations entre Lewis et Tolkien se refroidirent un peu, en particulier parce que le premier était passé sous l'influence de Charles Williams, que Tolkien n'appréciait que modérément. Lewis était en outre revenu à l'Église anglicane, alors que Tolkien espérait le voir se convertir au catholicisme. Pour ne rien arranger, Lewis publia plusieurs ouvrages religieux qui lui apportèrent une célébrité que Tolkien jalousait. Mais les deux hommes restèrent proches ; Tolkien fit lire à Lewis les brouillons du Seigneur des Anneaux, et celui-ci n'arrêta jamais de l'encourager, ce dont Tolkien avait grandement besoin (pour l'anecdote, la grosse voix de Lewis a inspiré celle de Sylvebarbe).

Si Lewis appréciait les œuvres de Tolkien, ce n'était pas toujours le cas dans l'autre sens. Au sujet des chroniques de Narnia, publiées entre 1950 et 1956, Tolkien disait qu'elles étaient « hors du champ de sa sympathie », et s'il avait écrit un commentaire sur les Lettres à Malcolm, « il n'aurait pas été publiable ».

Le remariage de Lewis avec Joy Davidman, en 1957, éloigna encore les deux hommes. Il mourut le 22 novembre 1963, le jour même où, à Dallas, John Fitzgerald Kennedy était assassiné, et où, à Los Angeles, mourait Aldous Huxley, l'auteur du Meilleur des mondes. Tolkien écrivit à sa fille, quatre jours plus tard : « Pour le moment, j'ai éprouvé des sentiments normaux chez un homme de mon âge - comme un vieil arbre qui perd toutes ses feuilles une par une : mais ceci est comme un coup de hache porté aux racines. »

 
tolkien/portraits/clive_staples_lewis.txt · Dernière modification: 18/06/2015 15:41 par Zelphalya
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017