Aldarion et Erendis

par Juliεη

Titre originalAldarion and Erendis: The Mariner's Wife
Date de rédaction v. 1960
PublicationContes et légendes inachevés : le Second Âge
Période couverte700-1098 2A
Autres titresL'Ombre de l'Ombre : le Conte de la Femme du Navigateur, et le Conte de la Reine Bergère
Indis i·Kiryamo « la Femme du Navigateur » : un récit de l'ancienne Númenórë, qui dit la première rumeur de l'Ombre

Aldarion, né en l'an 700 du Deuxième Âge, était le fils de Meneldur, lui-même fils de Tar-Elendil, le quatrième roi de Númenor. Dès son enfance, il aima la mer et son esprit se tourna vers la navigation et la construction de navires. Il fit ainsi de fréquents séjours dans la demeure de Vëantur, son grand-père maternel, qui habitait au port de Rómenna, situé à l'est de l'île. C'est avec lui qu'il partit à l'âge de vint-cinq ans pour son premier voyage en direction de la Terre du Milieu et qu'il rencontra Círdan le Charpentier et le roi Gil-galad. Il rentra deux ans plus tard ; l'amour de la mer était désormais profondément ancré en son cœur et ne devait le quitter jusqu'à sa mort. D'autres voyages succédèrent donc au premier. Aldarion poussa toujours plus loin ses expéditions en Terre du Milieu, et il fonda sur Númenor la Guilde des Aventureux, à laquelle se joignirent les marins les plus hardis et les plus passionnés.

Mais lorsqu’Aldarion eut atteint l'âge de cent ans, Tar-Meneldur lui ordonna de cesser un temps ses voyages vers l'est. En effet il désirait proclamer Aldarion Héritier du Roi, et il lui décerna les titres et les pouvoirs de Seigneur des Navires et des Ports de Númenor. Six ans il demeura à terre, puis il repartit. Il revint sept ans plus tard (813 2A), et son père lui reprocha ses trop longues absences. Il voulait que son fils songeât à se marier, mais Aldarion refusa. Cependant, sa mère s'arrangea afin qu'il rencontrât souvent Erendis, fille de Beregar de la lignée de Bëor, qui l'aimait en secret.

Six ans plus tard, bien que Tar-Meneldur désapprouvât ce projet, Aldarion reprit la mer sur le Palarran, le grand vaisseau qu'il venait de construire. À son retour, le roi le pressa à nouveau de songer au mariage. Mais Aldarion ne voulut pas l’écouter et son père lui signifia en retour l'interdiction de quitter l'île pour une autre de ses expéditions ; il appareilla malgré tout (824 2A). Alors le roi le dépouilla de ses pouvoirs et de son titre de Seigneur des Navires et des Ports de Númenor; il fit fermer la Maison Commune des Aventuriers et cesser toute activité sur les chantiers portuaires. Quand Aldarion rentra et apprit la chose, il fut pris d'une grande colère et repartit aussitôt en Terre du Milieu. Il fut absent quatorze longues années (829-843 2A) et on s'inquiéta pour lui à Númenor. Et lorsqu'il revint enfin, ses vaisseaux avaient été malmenés et ravagés par la mer en furie. Aldarion fit alors amende honorable et reçut le pardon de Tar-Meneldur qui lui restitua les dignités de Seigneur des Navires et des Ports, en y adjoignant le titre de Maître des Forêts.

Númenor (© Ted Nasmith)

Il revit également Erendis et exprima son désir de se fiancer à elle, car il l'aimait. Cependant elle hésita, car elle savait Aldarion épris de la mer, alors que son cœur à elle appartenait plutôt aux terres intérieures et aux grand bois de Númenor. Aldarion la courtisa durant douze années avec ardeur, négligeant pour cela les ports et les chantiers de l'île. Et finalement, c'est sur le raidillon du Meneltarma qu’ils se jurèrent leur foi. Mais, trois ans plus tard, le languir de la mer reprit Aldarion. Il parla à sa fiancée de son désir de naviguer en haute mer, disant qu'il en avait perdu le sommeil et le repos. La détresse au cœur, Erendis le laissa malgré tout partir et plus de dix ans s'écoulèrent avant qu'il revînt. Néanmoins l'amour d'Erendis était encore trop fort pour se flétrir et ils se marièrent donc (870 2A). Les Eldar eux-mêmes vinrent à Númenor et leur firent cadeau de l'Arbre Blanc et d'un couple d'oiseaux gris qui, après ce jour, les suivirent partout où ils se rendaient. De leur union naquit une fille, Ancalimë.

Mais bientôt, Aldarion voulut reprendre la mer et promit de revenir au bout de deux ans. Submergée par le chagrin, Erendis décida de fuir leur maison d'Armenelos. Elle s'en retourna en Emerië, au cœur de l'île, car là se dressait au milieu des pâturages sa blanche maison. Ancalimë partit avec elle et sans cesse sa mère chercha à la modeler à son image et à éveiller en elle sa propre rancœur à l'égard des hommes. Ancalimë ne voyait d'ailleurs homme qui vive car Erendis ne voulait pour domestiques en sa demeure que des femmes. Lorsque les deux années se furent écoulés sans qu'Aldarion revienne, l'amour qu'Erendis portait à son époux quitta son cœur à jamais. Aussi, quand celui-ci rentra finalement, il ne trouva personne pour l'accueillir sur les quais. Il chevaucha sous la pluie jusqu'à Armenelos et y trouva sa maison fermée. Il se rendit donc chez le roi et lui remit une missive de Gil-galad qu'il s'était engagé à acheminer. Puis, chevauchant à bride abattue, il arriva en Emerië. Erendis lui réserva un accueil glacial et le lendemain, Aldarion repartit après avoir rapidement entrevu Ancalimë dont il ne chercha pas à se faire reconnaître. De retour à Rómenna, il fit raser sa demeure, n'épargnant que l'Arbre Blanc, et voulut demander congé au Roi pour repartir vers l'est. Mais celui-ci refusa. Il avait lu les nouvelles de Gil-galad, qui annonçait qu'un conflit majeur se préparait en Terre du Milieu où le pouvoir d'un serviteur de Morgoth s'était éveillé. Cependant, seul Aldarion avait séjourné assez souvent en ces terres pour connaître les véritables enjeux de cette guerre ; Tar-Meneldur décida donc de lui céder son sceptre.

Ainsi Aldarion devint roi de Númenor en l'an 883 du Deuxième Âge. Erendis refusant de quitter sa demeure d'Emerië, il ordonna à sa fille Ancalimë, héritière du trône, de le rejoindre à Armenelos. De nombreuses expéditions furent menées en Terre du Milieu, auxquelles se joignit Aldarion, et il est dit qu'après sa mort, en 1098, Tar-Ancalimë, première souveraine à régner effectivement sur Númenor, abandonna les entreprises de son père et cessa toute aide à Gil-galad. Quant à Erendis, seuls les mots «Erendis périt dans les flots, en l'année 985 » subsistent pour nous suggérer ce qu'il advint d'elle.

Histoire externe

Au moment de sa parution dans Contes et Légendes Inachevés, Christopher Tolkien datait ce texte du milieu des années 1960, mais il revint sur cette idée par la suite, le plaçant plutôt aux alentours de l'année 1960, de même que Une Description de l'île de Númenor (The Peoples of Middle-earth, p. 141 et note 1). Plutôt que de texte, il faudrait parler de corpus : en effet, l'élaboration de l'intrigue passa par la rédaction de plusieurs synopsis sous forme d'annales. Ces synopsis avaient tendance à évoluer graduellement pour devenir de véritables textes narratifs : le dernier d'entre eux, sur lequel s'est principalement basé Christopher Tolkien pour l'inclusion dans Contes et Légendes Inachevés, s'étend sur une soixantaine de pages. Il est toutefois inachevé, s'arrêtant au moment où Aldarion lit la lettre d'Erendis qui refuse de le rejoindre à Armenelos. Christopher Tolkien donne, après ce texte principal dont il a réécrit plusieurs passages par souci de cohérence formelle, un bref résumé de la fin de l'histoire telle que permettent de la discerner les rares éléments qui l'évoquent, avec un arbre généalogique des descendants d'Elros.

 
tolkien/resumes/cli/aldarion_et_erendis.txt · Dernière modification: 11/06/2017 22:26 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017