Tal-Elmar

par Julien Mansencal

Date d'écrituredébut des années 1950
PublicationThe Peoples of Middle-earth

Le conte (inachevé) de Tal-elmar est très particulier : il se place en effet du point de vue des Hommes autochtones de la Terre du Milieu, confrontés aux velléités expansionnistes des Númenóréens au cours du Second Âge. Le théâtre de l'action n'est pas très clair, et il est difficile de rapporter les lieux donnés dans le texte à des éléments connus de la Terre du Milieu ; néanmoins, une note de Tolkien indique que le récit se passerait dans ce qui deviendrait le Gondor, aux alentours des bouches de l'Anduin. D'autres indications dans le texte suggèrent les estuaires de l'Isen ou du Morthond.

Le texte tire son nom de son personnage principal, un jeune homme blond, souple et élancé, qui vivait au sein d'un peuple trapu et basané établi dans les collines d'Agar. Cette apparence étrange était due à l'ascendance de Tal-elmar : son grand-père, Buldar, avait guerroyé contre le Peuple Cruel de l'est, et il avait ramené une captive, Elmar, qu'il avait épousée. Celle-ci obtint sa vengeance en maudissant le peuple d'Agar, et en prédisant que leur descendance serait à l'origine de la destruction finale de ce peuple. De tous leurs enfants, Elmar était particulièrement écoutée du dernier, nommé Hazad, qui aimait tellement sa mère qu'il ne prit femme que tardivement, et son dernier fils lui rappelait tant sa mère qu'il l'appela Tal-elmar.

Un matin de printemps, Hazad et Tal-elmar se trouvaient sur une colline particulièrement élevée et contemplaient la mer. Tal-elmar vit sur les eaux trois navires blancs et un noir, et son père lui apprit alors les façons des Hommes de la Mer (les Númenóréens), qui commerçaient avec les peuples indigènes pour endormir leur méfiance avant de les attaquer et d'en enlever certains qu'ils parquaient dans le navire aux voiles noires, le Navire des Ténèbres, pour les dévorer ou les sacrifier.

Les deux hommes allèrent prévenir le maître de la ville, un homme gras et fourbe nommé Mogru. Celui-ci refusa tout d'abord de les croire, s'attirant la colère de Tal-elmar, chose que tous avaient appris à craindre. Il les accompagna donc au sommet de la colline, mais les navires avaient disparu. Mogru ordonna alors à Tal-elmar d'aller espionner les nouveaux arrivants, et ce dernier ne put qu'obtempérer, en dépit du fait que cette mission lui serait probablement fatale – ce dont Mogru était bien conscient.

En espionnant les Hommes de la Mer, et surtout en les écoutant parler, Tal-elmar avait l'étrange impression de connaître leur langue, et qu'il s'agissait en fait de parents proches et d'amis, et non pas d'ennemis à haïr. Finalement, de façon à peine consciente, il quitta son poste d'observation et descendit dans le campement ennemi. Les gardes, après l'avoir brièvement pris pour un Elda, le capturèrent après qu'il ait voulu leur parler – la langue du peuple d'Agar était rude et peu agréable à l'oreille.

Tal-elmar et les Hommes de la Mer (qui se révèlent être des Númenóréens Amis-des-Elfes) parvinrent rapidement à communiquer, le jeune homme découvrant que la langue que parlaient ces hommes n'était autre que celle qu'il entendait depuis toujours dans ses rêves. Il apprit ainsi que le « Navire des Ténèbres » n'était en fait pas maléfique : le noir de ses voiles symbolisait en effet la nuit d'Elbereth, et des étoiles d'argent y étaient tissées. Tal-elmar découvrit aussi que les nouveaux arrivants étaient bien décidés à chasser ou à tuer son peuple pour s'installer à cet endroit, et il décida de s'offrir en otage. Le texte s'achève ici.

 
tolkien/resumes/home12/tal-elmar.txt · Dernière modification: 25/11/2010 22:10 par elendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014
Partager