Ainulindalë

par Juliεη

Ainulindalë signifie « le Chant des Ainur ». C'est le premier récit du Silmarillion ; il relate la création du Monde.

Alors que rien n'existait, il y avait Eru, appelé aussi Ilúvatar. Il créa les Ainur, les Bénis, êtres angéliques qui chantaient, seuls ou en groupes, tandis que d'autres les écoutaient. Un jour, Eru les rassembla tous et leur chanta un thème qui les émerveilla tous, puis il leur proposa d'en faire une Grande Musique, chacun y apportant sa contribution, pendant qu'il les écouterait. Leur voix s'élevèrent alors en un chant mélodieux, le plus beau qui fut et sera jamais jusqu'à la Fin des Temps.

Mais Melkor, le plus puissant des Ainur, nourrissait en son cœur des pensées différentes d'Eru et de ses semblables. Il les introduisit dans son chant afin d'en glorifier sa partie, créant ainsi une discordance qui s'amplifiait à mesure que les Ainur, troublés, hésitaient ou s'accordaient à lui plutôt qu'au thème initial. Eru se leva alors, souriant, et fit naître un nouveau thème à la fois semblable et différent du premier. Mais Melkor l'affronta et la bataille gagna en violence, si bien que de nombreux Ainur cessèrent de chanter. Eru, sévère, se leva donc de nouveau et un troisième thème s'éleva, beau et triste à la fois. Le chant de Melkor, mué en cacophonie chaotique, s'y opposa sans pouvoir néanmoins le submerger et un immense vacarme emplit les espaces d'Ilúvatar. Alors celui-ci se leva et fit cesser la musique.

Il déclara à tous les Ainur, et à Melkor en particulier, que de leur chant naîtrait le Monde mais qu'aucun ne pourrait s'opposer à lui : tous leurs actes, aussi sombres soient-ils, serviraient sa gloire. Il leur montra en vision le Monde et ceux-ci, émerveillés, le contemplèrent. Ils virent tout ce qui le constituerait et ceux qui l'habiteraient : les Elfes et les Hommes, les Enfants d'Ilúvatar. Puis la vision disparut et Eru créa Eä, le Monde Qui Est.

Certains Ainur s'attachèrent à ses éléments ; entre autres Manwë à l'air et au vent, Ulmo à la mer, Aulë aux composantes de la terre. Ceux qui descendirent sur Ëa encore naissante et participèrent à sa formation sont les Valar. Melkor vint aussi et désirait par dessus tout posséder et gouverner Arda, la Terre. Ce fut alors la première bataille entre Melkor et les autres Valar qui s'opposèrent à lui : tandis qu'ils créaient les vallées et les montagnes, les mers et les océans, Melkor alluma de grands feux et répandit le gel sur la terre, détruisant ou corrompant tout ce qu'ils faisaient. Malgré tout, le Monde prit forme et fut enfin prêt à accueillir les Enfants d'Ilúvatar.

Histoire externe

Tolkien écrivit plusieurs versions de l'Ainulindalë.

Entre 1918 et 1920, il composa la toute première version de ce mythe : La Musique des Ainur, dans le cadre des Contes Perdus. C'est un jardinier volubile du nom de Rúmil, bien éloigné du futur savant portant ce même nom, qui y relate la création du monde à Eriol.

Tolkien n'y revint pas avant la fin des années 1930, lorsqu'il coucha au brouillon une révision du texte des Contes perdus, écrite hâtivement et que Christopher Tolkien appelle « Ainulindalë A ». Il en fit une copie au propre en n'apportant que quelques modifications stylistiques, donnant un nouveau texte auquel Christopher attribue la lettre B (publié dans La Route perdue).

Cette Ainulindalë B fut le support d'un grand nombre de modifications radicales à la fin des années 1940. Le texte qui en résulte est des plus déroutants : Tolkien désirant rapprocher son monde inventé de la réalité scientifique, la Terre y est ronde dès l'origine, et le Soleil existe depuis toujours. Ce texte est appelé « Ainulindalë C* » par Christopher. Tolkien finit cependant par revenir à l'ancienne cosmogonie, où le monde était à l'origine plat ; et, revenant au texte B, il se basa dessus pour une nouvelle version de l'Ainulindalë, appelée C par Christopher.

L'Ainulindalë du Silmarillion se base principalement sur un cinquième texte dérivé de C, un manuscrit finement enluminé que Christopher nomme D. Ces trois textes, C, C* et D, ont été publiés partiellement ou totalement dans Morgoth's Ring.

AinulindalëValaquenta →

 
tolkien/resumes/silm/ainulindale.txt · Dernière modification: 01/11/2010 23:17 par manthanomenos
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2017