9782842307479.jpgTolkien : Créateur de la Terre du Milieu

Tolkien : Créateur de la Terre du Milieu

Titre original Tolkien: Maker of Middle-earth
Publication 1er juin 2018
Éditeur The Bodleian Library
Titre français Tolkien : Créateur de la Terre du Milieu
Publication 10 octobre 2019
Traducteur Fabrice Canepa
Éditeur français Hoëbeke

Présentation de l'ouvrage

À l'occasion de l'importante exposition Tolkien: Maker of Middle-Earth qui s'est déroulée en juin 2018 à Oxford, le département publications de la bibliothèque bodléienne de l'Université d'Oxford a publié un ouvrage contenant des illustrations, des lettres et autres matériaux issus des archives de J.R.R. Tolkien qui n'ont jamais été montré au public auparavant.

Tolkien: Maker of Middle-Earth, écrit par l'archiviste du fonds Tolkien de la Bodleian, Catherine McIlwaine, promet d'emporter les lecteurs « bien au-delà de ce qu'ils connaissent » de l'auteur. Le nouveau matériau présenté comportera des brouillons manuscrits du Hobbit, des illustrations sur la Terre du Milieu et des peintures par Tolkien, et des « lettres d'admirateurs dont W.H. Auden, Joni Mitchell et Iris Murdoch ».

Samuel Fanous, le chef des publications de la Bodleian, indique que le but était de créer un livre qui accompagnerait une exposition « sans précédent », mais également « de faire quelque chose qui serait autonome ». Tolkien, qui fut professeur à Oxford durant 35 ans, laissa la masse de ses archives à la Bodleian. Le matériau supplémentaire provient de l'Université de Marquette dans le Wisconsin. L'exposition sur l'auteur s'est tenue à partir de juin 2018 à Oxford, puis à partir de janvier 2019 à la bibliothèque Morgan de New York, et enfin à la Bibliothèque Nationale de France en octobre 2019.

Présentation des différentes éditions anglaises (traduction de la présentation de l'éditeur)

L'ouvrage anglais est publié en trois éditions différentes.

Une version simple existe en édition brochée et reliée. [NdR : c'est cette édition qui fait l'objet de la traduction française en édition reliée.]

Ce livre richement illustré explore l'énorme effort créatif derrière la popularité durable de Tolkien. Richement illustré avec plus de 300 images de ses manuscrits, dessins, cartes et lettres, le livre retrace le processus créatif derrière ses œuvres littéraires les plus célèbres - Le Hobbit, Le Seigneur des Anneaux et Le Silmarillion et reproduit des photographies personnelles et des documents privés (dont certains n'ont jamais été vus auparavant sur papier).
Tolkien a puisé dans ses connaissances approfondies de la littérature et de la langue médiévales pour informer son imagination littéraire. Six essais introductifs couvrent certains des principaux thèmes de la vie et du travail de Tolkien, y compris l'influence des langues et des légendes du Nord sur la création de son propre légendaire ; son concept de « Faërie » en tant que construction littéraire ; l'importance centrale de ses langues inventées dans son écriture fantastique ; son imaginaire visuel et son émergence dans son œuvre d'art ; et l'encouragement qu'il a tiré du groupe littéraire connu sous le nom des Inklings.
Ce livre rassemble la plus grande collection de documents originaux de Tolkien jamais rassemblés en un seul volume. S'inspirant des archives des collections Tolkien des Bibliothèques bodléienne d'Oxford et de l'Université Marquette de Milwaukee, ainsi que de collections privées, ce catalogue exquis réunit les mondes de J.R.R. Tolkien - érudit, littéraire, créatif et domestique - offrant une compréhension riche et détaillée et une appréciation de cet auteur extraordinaire.

Une version collector à 295 livres hors frais de port et limitée à 675 exemplaires est également proposée :

L'édition collector de Tolkien: Maker of Middle-earth est un souvenir unique de l'exposition marquante sur la vie et l’œuvre de J.R.R. Tolkien à la Bodleian Library en 2018 et à la Morgan Library & Museum en 2019. Reliée en Cialux et publié dans une boîte de présentation faite sur-mesure, l'ouvrage est imprimé avec des pages de garde reproduisant le dessin de Tolkien de la Porte du Roi Elfe.
L'édition collector contient sept facsimilés uniques des œuvres de J.R.R. Tolkien imprimés sur du papier fin italien. Cela comprend la peinture de la jaquette du Hobbit, reproduite pour la première fois sur les deux faces, révélant la requête de Tolkien à son premier éditeur, Stanley Unwin, d'imprimer le soleil en rouge et culminant dans les instructions soulignées « IGNORER LE ROUGE » à son imprimeur sur le verso de la peinture. Il y a aussi un dessin de la Tour d'Orthanc, dessiné au dos d'une copie d'examen sur Chaucer d'un étudiant d'Oxford que Tolkien avait barré de lignes diagonales, ainsi que la page manuscrite du Seigneur des Anneaux décrivant et illustrant l'Antre d'Araigne. Tous deux n'ont jamais été reproduits sur les deux faces auparavant.
Pendant plus de 23 ans, Tolkien écrivit et illustra des cartes et lettres de Noël à ses enfants, accompagnées d'enveloppes magnifiquement adressées et de timbres exquisement peints. On trouvera ici la lettre du Père Noël et l'enveloppe de 1936, adressée aux plus jeunes enfants de Tolkien, Christopher et Priscilla, et portant un timbre semblable à un joyau du pôle Nord, accompagnés de la carte de Noël représentant l'Ours Polaire dans son bain (qui déborde et risque de mouiller les cadeaux des enfants sur le sol). Dans la partie basse de l'image, l'Ours Polaire enseigne aux elfes le numéro unique attribué à chaque enfant et qui assure que les cadeaux de Noël soient bien associés et livrés aux bons destinataires.
Enfin, un facsimilé de la toute nouvelle carte dessinée par Christopher Tolkien, avec les annotations de la main de J.R.R. Tolkien (dont des notes telles que « Hobbiton est censée être approx. à la latitude d'Oxford », « Minas Tirith est à peu près à la latitude de Ravenne »), à partir de laquelle Pauline Baynes a peint sa carte poster de la Terre du Milieu.
Chaque facsimilé est reproduit à partir de photographies nouvellement commandées, reproduisant fidèlement les originaux, conservés dans un coffre souterrain à la Bodleian Library. Présentés dans une enveloppe sur-mesure portant le monogramme de Tolkien, ils sont accompagnés d'un guide illustré de six pages décrivant et interprétant chaque élément.
Chaque copie de l'édition collector comprend une page signée par Priscilla Tolkien et numérotée à la main, garantissant son authenticité et rendant cette édition vraiment unique et exceptionnelle pour les collectionneurs. Cette édition est limité à 675 exemplaires et la demande devrait être très forte.

Sommaire

  • Préface
  • J.R.R. Tolkien: esquisse biographique — Catherine McIlwaine
  • Tolkien et les Inklings — John Garth
  • Faërie: la Terre périlleuse de Tolkien — Verlyn Flieger
  • L'invention de la langue elfique — Carl Hostetter
  • Tolkien et « ce noble esprit nordique » — Tom Shippey
  • Tolkien, dessinateur et peintre — Wayne G. Hammond et Christina Scull

CATALOGUE

  • Un. Lire Tolkien : « À l'Angleterre, à mon pays »
  • Deux. L'enfance : « Né avec un don pour le langage »
  • Trois. Années étudiantes : « La naissance du “legendarium” »
  • Quatre. Pure créativité : « De nouvelles teintes pour d'anciennes couleurs »
  • Cinq. Le Silmarillion : « Les Silmarils sont dans mon cœur »
  • Six. Le bureau du Professeur : « Du temps emprunté »
  • Sept. Le Hobbit : « Dans un trou creusé dans le sol vivait un hobbit…
  • Huit. Le Seigneur des Anneaux : « Il est écrit avec mon sang »
  • Neuf. Cartographie du Seigneur des Anneaux : «J'ai sagement commencé par dessiner une carte avant d'y inscrire une histoire »
  • Contributeurs
  • Remerciements
  • Bibliographie sélective
  • Crédits photos
  • Index

Unboxing de l'édition collector anglaise

L'avis des lecteurs

Vivien Stocker — octobre 2019

Il y a un peu plus d’un an s’ouvrait à Oxford, à la Bodleian Library, ce qui était alors la plus grande exposition de documents de et sur Tolkien : Tolkien Maker of Middle-earth. Pour accompagner cette exposition, la Bodleian publiait, sous l’égide de Catherine McIlwaine, la commissaire de l’exposition, deux catalogues : Tolkien Treasures (traduit en français par Vincent Ferré pour Christian Bourgois éditeur, nous y reviendrons) et Tolkien Maker of Middle-earth. C’est de cet ouvrage dont il est aujourd’hui question, traduit par Fabrice Canepa pour les éditions Hoëbeke sous le titre Tolkien Créateur de la Terre du Milieu. Dans sa forme, Créateur est une copie conforme de Maker : format relié identique, même mise en page, même nombre de pages. Cela n’est pas si surprenant car l’ouvrage est imprimé au même endroit que l’original.

Le contenu de Créateur s’articule autour de dix parties : une série de six essais de spécialistes de Tolkien, puis neuf sections thématiques dédiées plus particulièrement aux pièces de l’exposition, le tout réparti sur un peu plus de 400 pages.

L’ouvrage s’ouvre par une préface du directeur de la Bodleian Library qui revient sur l’histoire commune entre Tolkien, ses descendants, et cette bibliothèque où sont conservés une partie des archives de l’auteur, immédiatement suivie par une esquisse biographique de la vie de Tolkien par Catherine McIlwaine, l’archiviste en charge du fonds Tolkien à la Bodleian Library depuis 2003. John Garth, auteur de Tolkien et la Grande Guerre dans lequel il s’intéressait à Tolkien et son Tea Club and Barrovian Society à l’aube de la Première Guerre mondiale, offre ensuite une histoire de l’autre club de Tolkien, les Inklings, qu’il forme entre autres avec C.S. Lewis, l’auteur des Chroniques de Narnia. Verlyn Flieger, qui a notamment édité le Lai d’Aotrou et Itroun et l’Histoire de Kullervo de Tolkien, parcourt ensuite la terre périlleuse de Faërie, remettant en contexte ce que ce signifie cette « faërie » au sein de la fiction de Tolkien, un concept sur lequel il a lui-même médité dans son essai « Du conte de fées ». Autre sujet sur lequel Tolkien s’est longtemps penché : les langues et en particulier les langues elfiques. Charge à Carl Hostetter de résumer succinctement plus de 50 ans d’invention linguistique, qui forme, pour Tolkien, la base sur laquelle son monde s’est créé. Évidemment, la Terre du Milieu ne naît pas des seules langues, mais aussi de « ce noble esprit nordique » tant aimé par Tolkien ; Tom Shippey, auteur de Tolkien : Auteur du Siècle, passe ainsi en revue ce que les Rohirrim, Gandalf ou les Nains doivent au grand Nord et à ses légendes de Dieux sauvages, de héros plus ours qu’humains tels Beowulf ou Hrolf Kraki ou encore de dragons. Pour finir, Wayne Hammond et Christina Scull, éditeurs de plusieurs ouvrages sur les œuvres picturales de Tolkien, invitent le lecteur à plonger dans l’art du dessin selon le Professeur, un domaine tout aussi important pour lui que le reste et dont il agrémentera ses œuvres avec plus ou moins d’importance ; c’est ainsi le cas du Hobbit ou de Monsieur Merveille abondamment illustrés.

La partie catalogue présente, on l’a dit, neuf chapitres thématiques dans lesquels c’est un peu moins de 300 pièces d’archives qui sont présentées accompagnées de courts textes de mise en contexte. Tout d’abord, la section « Lire Tolkien », qui propose des lettres envoyées à Tolkien durant sa vie (principalement post-Seigneur des Anneaux). On trouve donc, pêle-mêle, des lettres de C.S. Lewis, du jeune Terry Pratchett, d’un certain Sam Gamgee homonyme du personnage du Seigneur des Anneaux, ou encore de la Princesse Margrethe du Danemark qui lui soumet ses dessins du roman. Dans les deuxième et troisième chapitres, on aborde l’enfance et les années d’étudiant de Tolkien, au travers de photos, lettres et dessins, en commençant par une lettre de son père Arthur et une photo de la famille, seulement quelques mois après sa naissance. On est tour à tour attendri par les mots de Tolkien à son père à l’âge de quatre ans, attristé par l’orphelin ayant subi la perte de son père puis de sa mère, charmé par l’amour adolescent qu’il voue à Edith et percé au cœur par les mots de G.B. Smith, son ami mort sur le front de la Somme. Dans la quatrième partie, les photos sépia font place à des pages aux couleurs éclatantes dans le Livre d’Ishness qu’il remplit durant l’adolescence, par des créatures étranges ou par une flore féérique qui se transforme en alphabet décoratif puis en griffonnages de motifs númenóréens. L’ouvrage aborde ensuite la création du « Silmarillion », le grand œuvre de Tolkien. Chaque étape est franchie, ne laissant aucun détail de côté. Du Livre des Contes perdus, avec sa carte du Bateau-Monde et ses textes écrits en sarati, une écriture elfique précédant les tengwar, on passe au dessin du Taniquetil et à la première carte du Silmarillion et aux motifs héraldiques des personnages. On retourne ensuite à une section plus biographique avec une exploration du bureau de Tolkien, d’où il compose des textes sur le Roi Arthur ou sur Beowulf et d’où il écrit de magnifiques lettres à ses enfants en se faisant passer pour le père Noël, ces mêmes enfants que l’on voit grandir sur un bon nombre de photos de famille. Après cela, le catalogue fait place à l’évidence, à ce que le public attend le plus : le Hobbit puis le Seigneur des Anneaux. Ainsi, pas à pas, Bilbo s’avance vers Erebor et le dragon Smaug, et Frodo vers le Mont Destin, à la faveur des illustrations que Tolkien a dessinées pour son livre et des notes qui permettent d’appréhender le mode d’écriture de l’auteur, ses idées, ses revirements, pour finir ce catalogue sur les cartes du Seigneur des Anneaux que Tolkien, aidé de son fils Christopher, a mis un temps précieux à créer ou recréer.

Tolkien Créateur de la Terre du Milieu est donc une somme incontournable pour quiconque s’intéresse à Tolkien et à son œuvre. Toutefois, il n’est pas exempt d’imperfections qui se résument à une chose : sa traduction. En effet, cet ouvrage a été traduit hors du cosme de l’éditeur et de l’équipe de traduction officielle représentés par les éditions Bourgois et Vincent Ferré. Cela pose un certain nombre de problèmes. Fabrice Canepa, le traducteur, prévient dans sa note du traducteur, p. 4 :

« Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux ont fait l’objet de deux traductions réalisées respectivement par Francis Ledoux (1969 et 1972-1973) et Daniel Lauzon (2012 et 2014-2016). Certains noms de lieux et de personnes divergeant considérablement, il m’est apparu préférable le cas échéant de fournir les deux traductions sous la forme suivante : traduction de D. Lauzon [traduction de F. Ledoux]. Lorsque le terme est répété dans la suite du texte, seule la traduction de Lauzon est reprise. En dehors de cette nomenclature spécifique, toutes les citations présentes dans le livre ont été retraduites par mes soins avec le souci de privilégier la fidélité au texte d’origine et d’en faciliter ainsi l’analyse. »

On se trouve donc là face à un ouvrage proposant donc une troisième traduction de citations de textes et œuvres picturales alors que ceux-ci font depuis 15 ans l’objet d’un travail mise en conformité de la part de Vincent Ferré et son équipe. Cela se traduit par exemple, par un incipit du Hobbit qui ne correspond à aucune édition publiée : « Dans un trou creusé dans le sol vivait un hobbit… ». Plus problématique, à mon sens, les titres de documents présentés, qui ne correspondent pas toujours à leurs titres traduits par Vincent Ferré dans sa traduction de Tolkien Treasures, Trésors de Tolkien, paru aux éditions Bourgois bien avant et donc pas non plus à ceux utilisés par Vincent Ferré et Frédéric Manfrin dans leur catalogue de l’exposition Tolkien Voyage en Terre du Milieu qui paraîtra une semaine après cet ouvrage-ci. C’est ainsi que la fameuse aquarelle représentant Bilbo sur son tonneau s’intitule « Bilbo atteint les cabanes des Elfes-aux-radeaux » quand le titre officiel est « Bilbo arrive aux Huttes des Elfes des radeaux ». Si cela peut paraître un détail, sur un ouvrage de cette taille, cela est moins mineur qu’il n’y paraît. Toutefois, ces choix n’entament en rien la qualité intrinsèque de l’ouvrage qui mérite bien sa place dans les bibliothèques des lecteurs de Tolkien.

Donnez votre avis !

Nom, Prénom, ou Pseudonyme :
Adresse e-mail :
Votre avis :

Retapez le mot « Ainur » en MAJUSCULES (vérification contre les robots de spam) :

Éditions

Une autre version du catalogue existe sous le titre Trésors de Tolkien. Cette dernière se concentre sur les pièces réellement exposées lors de l'exposition, contrairement à l'ouvrage Tolkien: Créateur de la Terre du Milieu, qui propose également des pièces non-exposées.

En français



 Tolkien Créateur de la Terre du Milieu Tolkien Créateur de la Terre du Milieu
Auteur(s)J.R.R. Tolkien
EditeurHoëbeke
Languefrançais
Date2019 oct.
ISBN-10284230747X
ISBN-139782842307479
Prix indicatif50.00 €
Sites

En anglais

Tous les ouvrages sont disponibles à la vente sur le site des Bodleian Libraries :

Vous pouvez également les commander sur les sites des grandes enseignes en ligne avec les liens listés ci-dessous.

L'édition collector n'est disponible que sur le site des Bodleian Libraries : Version collector.

 Tolkien: Maker of Middle-earth Tolkien: Maker of Middle-earth
Catalogue de l'exposition Tolkien: Maker of Middle-earth 2018 / Edition reliée
Auteur(s)Catherine McIlwaine
EditeurThe Bodleian Library
Langueanglais
Date2018 juin
Pages416
ISBN-101851244859
ISBN-139781851244850
Prix indicatif48.35 €
Sites

 Tolkien: Maker of Middle-earth Tolkien: Maker of Middle-earth
Catalogue de l'exposition Tolkien: Maker of Middle-earth 2018 / Edition souple
Auteur(s)Catherine McIlwaine
EditeurThe Bodleian Library
Langueanglais
Date2018 juin
Pages416
ISBN-101851244972
ISBN-139781851244973
Prix indicatif29.57 €
Sites

Sur Tolkiendil

 
tolkien/sur-tolkien/tolkien_createur_terre_du_milieu.txt · Dernière modification: 12/11/2019 14:56 par Druss
Nous rejoindre sur https://discord.gg/cafByTS https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://www.instagram.com/Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - https://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2019