Le Désastre des Champs d’Iris

par « Gothmog »

Titre originalThe Disaster of the Gladden Fields
Date de rédactionAprès 1969
PublicationContes et légendes inachevés
Période couverte2 3A
LieuxVal d'Anduin, Champs d'Iris

Après la chute de Sauron, Isildur revint au Gondor. Là, il se proclama Roi de l’Arnor et déclara qu'il règnerait sur tous les Dúnedain. Il resta un an dans le Royaume du Sud avant de repartir pour l’Arnor en remontant l'Anduin. Avec lui vinrent ses trois fils aînés et deux cents chevaliers et soldats.

Lors de leur trentième jour de marche, alors qu'Isildur et ses compagnons se trouvaient aux Champs d'Iris, ils furent attaqués par une troupe d'Orques dix fois supérieure en nombre. Craignant qu'ils ne fussent tous tués, Isildur remit à son écuyer Ohtar le fourreau et les tronçons de Narsil, en lui ordonnant de s'enfuir avec l'un de ses compagnons. Les Orques les virent prendre la fuite, mais ils n'y prêtèrent pas attention.

Les Dúnedain finirent par repousser l’assaut et continuèrent leur route. Un mille à peine plus en avant, ils se firent de nouveau surprendre par les Orques et furent encerclés. Ces derniers eurent bientôt le dessus et Elendur, le fils aîné d’Isildur, conseilla à son père de fuir avec l’Anneau Unique. Celui-ci n’eut d’autre choix que d’abandonner ses compagnons et de s’échapper grâce à l'invisibilité conférée par l'Unique. Après cela, tous les Dúnedain furent tués, sauf le jeune écuyer d'Elendur, Estelmo qui avait été assommé durant la bataille et qui rapporta l’histoire des dernières instants des gens d’Isildur.

Isildur, quant à lui, marcha jusqu'à l'Anduin et y plongea. Il se débattit contre le courant pour remonter le Fleuve jusqu'au moment où il se retrouva dans un fouillis de roseaux. Il se rendit alors compte qu'il n'avait plus l’Anneau au doigt. Soulagé d’être libéré de ce fardeau, il marcha dans la vase en direction d’un îlot situé non loin, mais fut abattu par des Orques qui le traquaient. Il retomba dans la rivière, une flèche dans la gorge et une dans le cœur, et mourut.

La mort d'Isildur (© Anke Eissmann)

Longtemps après, lorsque le roi Elessar ordonna la fouille d'Orthanc, on y découvrit l'Elendilmir, l'Étoile d’Elendil, que les Rois de l’Arnor portaient en guise de couronne, et qu'Isildur portait au moment de sa mort, ainsi qu'un sachet qui avait contenu l'Anneau Unique. Saruman avait donc trouvé les ossements d'Isildur, mais nul ne peut dire ce qu'il en fit.

Histoire externe

Le Désastre des Champs d'Iris est un écrit très tardif de Tolkien, datant des dernières années de sa vie. Christopher Tolkien l'associe à d'autres textes publiés dans Contes et légendes inachevés : Cirion et Éorl et l'amitié du Gondor et du Rohan et Les batailles des gués de l'Isen. Intéressant tant par le récit qu'il relate que par le volumineux appareil de notes qui l'accompagne, Le Désastre des Champs d'Iris existe en deux versions différentes, toutes deux tapées à la machine : la première est un simple brouillon, et la deuxième inclut de nombreuses corrections, mais s'achève au moment où Elendur presse Isildur de fuir. Christopher Tolkien y a adjoint un ensemble de notes concernant les mesures de longueur númenóréennes et les tailles respectives des Númenóréens, des Eldar, des Rohirrim et des Hobbits.