Chapitre 4 : Thingol et Melian

par Julien Mansencal

Titre originalOf Thingol and Melian
Période couverte1130 - 1152 AA
LieuxNan Elmoth

Melian la Maia demeurait dans les Jardins de Lórien et charmait tout le pays de Valinor lorsqu'elle chantait ; il est dit qu'elle enseigna même le chant aux rossignols. Elle partit pour la Terre du Milieu avant l'éveil des Elfes, et sous les frondaisons de la forêt de Nan Elmoth rencontra Elwë, qui s'était égaré après avoir rendu visite à son ami Finwë. Tombé sous son charme, il lui prit la main, et ils restèrent dans une transe qui dura des années entières.

Thingol (© Anke Eissmann)

Le peuple d'Elwë le chercha longtemps, en vain. Finalement, son frère Olwë reprit la Marche et conduisit son peuple au Valinor, mais lui-même, qui avait contemplé la lumière des Deux Arbres, ne retourna jamais dans l'Ouest. Sous le nom d'Elu Thingol, il régna sur tous les Eldar du Beleriand, avec à ses côtés Melian, reine d'une sagesse incomparable, qui lui conféra des pouvoirs encore accrus. Leur amour donna naissance à la plus belle des Enfants d'Ilúvatar à avoir jamais foulé le monde : Lúthien.

Histoire externe

Le récit de la rencontre de Thingol et Melian était déjà peu ou prou fixé dès l'époque des Contes Perdus, à ceci près que les amoureux portaient alors d'autres noms très sujets à variation (Tintoglin, Linwë Tinto, Tinwë Linto ou Tinwelint pour Thingol, Wendelin, Gwendling ou Gwenniel pour Melian), et qu'ils n'avaient pas encore acquis leur stature particulièrement grandiose, comme en témoigne la rapacité de Tinwelint lors de l'épisode du Nauglafring. Leur histoire fut d'abord racontée en ouverture du Conte de Tinúviel (vers 1919), où elle présageait en partie celle de Beren et Lúthien : dans cette version, Gwendling s'enfuit lorsque Tinwelint l'aperçoit, tout comme le fera leur fille en rencontrant Beren.

Ce trait disparaît dans les versions suivantes de l'histoire, à commencer par le récit en vers qu'en fait le troisième chant du Lai de Leithian (vers 1925). Les versions du Silmarillion qui suivent témoignent de l'accroissement du pouvoir que Tolkien attribue à Melian ; la Quenta Silmarillion de 1937 est la première à traiter de l'histoire dans un chapitre propre. Tolkien révisa la Quenta Silmarillion dans les années 1950, dont ce chapitre, sur lequel Christopher Tolkien s'est basé en majeure partie pour le chapitre 4 de son Silmarillion, en ajoutant quelques éléments tirés du texte contemporain The Grey Annals.

← Chapitre 3Chapitre 4Chapitre 5 →