Chapitre 7 : Les Silmarils et l'agitation des Noldor

par Audrey Morelle

Titre originalOf the Silmarils and the Unrest of the Noldor
Période couverte1400 - 1492 AA
LieuxValinor, en particulier Tirion et Formenos
« [Les Silmarils] avaient l'apparence de trois énormes joyaux. Mais nul ne saura jusqu'à la fin des temps, quand reviendra Fëanor, lui qui périt avant la venue du Soleil et demeure maintenant dans les Cavernes de l'Attente sans jamais revoir ses frères, nul, avant que le Soleil ne meure et que la Lune ne disparaisse, ne saura quelle est leur substance. Ils avaient l'apparence du cristal mais étaient plus durs que le diamant, et nulle force du Royaume d'Arda ne pouvait les briser ni même les ternir. »

Fëanor voulait conserver à jamais la lumière des Arbres de Valinor, il enferma donc une partie de cette lumière dans un cristal de sa création : cela donna les Silmarils. Mais devant leur éclat, Melkor ne put s'empêcher de les convoiter. Il chercha alors à détourner les Elfes, particulièrement les Noldor, des Valar en leur faisant croire que ces derniers les tenaient prisonniers en Valinor afin de laisser la Terre du Milieu aux Hommes, les seconds Enfants d'Ilúvatar, dont les Elfes ignoraient encore l'existence. Fëanor fut de ceux que cette perfidie convainquirent, et son orgueil et son avarice crûrent : il conservait égoïstement les Silmarils, dont seuls ses proches étaient autorisés à voir la lumière. Devant son succès, Melkor chercha alors à rendre rivaux les deux frères, Fëanor et Fingolfin, et il leur apprit à forger des armes.

Fëanor, enfin prêt, annonça qu'il quitterait Valinor et délivrerait les Noldor des Valar. Cependant Fingolfin s'opposa à lui, rappelant à son père que c'était ce dernier qui avait conduit les Noldor jusqu'aux lumières d'Eldamar. Fëanor, furieux, dégaina alors son épée et menaça son frère. Manwë fut attristé et les Valar convoquèrent Fëanor et ses suivants. Ainsi, ils lui racontèrent comment tous ces évènements s'étaient produits, et les méfaits de Melkor furent découverts. Tulkas partit immédiatement à sa poursuite, mais Fëanor ne fut pas pour autant mis hors de cause : Mandos prit alors la parole et le condamna pour sa rébellion à douze ans d'exil hors de Tirion. Fëanor et ses fils firent donc construire la forteresse de Formenos, au nord de Valinor. Là, les Silmarils furent enfermés entre des murs d'acier. Finwë, par amour pour son fils, alla s'installer avec lui, refusant de gourverner les Noldor tant qu'il serait exilé. Fingolfin, son cadet, prit alors sa place.

Après un long temps d'absence, Melkor réapparut enfin à Formenos et chercha à convaincre Fëanor de fuir les Valar, mais son évocation des Silmarils trahit ses intentions, et Fëanor le chassa. Inquiet, Finwë décida de prévenir les Valar et en conséquence, Oromë et Tulkas se remirent en chasse, mais leur ennemi avait fui hors de Valinor. Et désormais, bien que les Arbres brillassent sans ombre, la peur s'installait.

← Chapitre 6Chapitre 7Chapitre 8 →