Hommes-pouques

Dates av. 3018 TA
LieuDunhart, en Rohan
En anglaisPúkel-men
Première traductionBiscornus
Voir aussiDrúwaith Iaur
Référence(s)SdA V-3, 5 ; CLI (IV)-I
« À chaque tournant, il y avait de grandes pierres levées, sculptées à la ressemblance de géants, lourds et mal bâtis, assis les jambes croisées et les bras repliés sur leur panse rebondie. […] Les Cavaliers les regardèrent à peine. Ils les appelaient les Hommes-pouques, et ils n’y faisaient guère attention… » — Le Seigneur des Anneaux — Livre V — Chapitre 3

Les Hommes-pouques étaient des statues qui se tenaient dans les lacets de l’Escalier du Fort qui menait du Val de Hart jusqu’au plateau de Dunhart. Sculptées dans la pierre, elles prenaient la forme d’hommes trapus de grande taille assis en tailleur, les bras reposant sur leurs ventres gonflés, mais certaines avaient depuis longtemps été érodées, ne laissant que les orbites de leurs yeux pour visages. Peut-être les Hommes-pouques de Dunhart étaient-ils des versions altérées, sans « plus aucun pouvoir, ni aucune terreur », des pierres de garde des Drúedain du Premier Âge.

Lorsque Meriadoc Brandibouc aperçut pour la première fois Ghân-buri-Ghân, il eut l’impression de voir un Homme-pouque qui avait repris vie ou bien un descendant des Drúedain qui avaient inspiré les sculpteurs.

Histoire externe

Tolkien introduisit les Hommes-pouques en 1943, dans le brouillon F du chapitre 3 du livre V du Retour du Roi, « Le rassemblement du Rohan ». D'abord nommés Hoker-men ou Hocker-men, le nom évolua en Pookel-men puis en Pukelmen dans les brouillons suivants, avant de trouver la graphie finale Púkel-men dans l’édition publiée en 19551). Dans le même temps, il les représenta dans les divers dessins de la montée de Dunhart qu’il fit en 19442).

Note linguistique

Púkel-men
Languevieil-anglais
AnnotationsD’après Tolkien, le terme púkel est du rohanais, représentant le vieil-anglais pucel faisant référence à « un diable ou un esprit mineur, par ex. Puck3), et souvent appliqué à des personnes laides et difformes ».
En traduction, Tolkien estime que l’élément pukel doit soit être retenu tel quel, soit remplacé par un terme de forme et sens similaires, voire apparentés. Francis Ledoux, n'ayant pas eu accès à ces consignes, traduit par Biscornus ce qui convient au sens. Daniel Lauzon rend le terme par pouque, la version normande de puck, conservant ainsi l’esprit et la lettre du nom original.
Référence(s)RC, p. 539, 782 ; CLI, (IV)-I, note 14
Ho(c)ker-men
Languemoyen-anglais
AnnotationsProbablement issu du moyen-anglais hocker, vieil-anglais hōcor, « mépriser, dédaigner, tourner en dérision », en lien avec l’aspect difforme des statues

1) WR, p. 260.
2) Tolkien. Voyage en Terre du Milieu, fig. 76 et 77, p. 152-153 ; Tolkien Créateur de la Terre du Milieu, fig. 113, p. et n°163, p. 357-358.
3) Personnage de la pièce Un Songe d’une nuit d'été de Shakespeare, mais également créature mythologique celtique. Cf. Puck (mythologie).
 
encyclo/arts/sculptures/hommes-pouques.txt · Dernière modification: 06/03/2022 15:39 par Lennie
Nous rejoindre sur https://discord.gg/cafByTS https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://www.instagram.com/Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - https://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2023