Les tengwar : un mode pour les Nains

 Trois Anneaux
Vivien Stocker — Février 2014 (mise à jour en 2020)
Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R. Tolkien.

Cet élément a été publié dans le magazine
L'Arc et le Heaume n°4 - Histoire d’un aller et retour.

L'Arc et le Heaume n°4 - Histoire d’un aller et retour

Il est connu que les Nains utilisaient principalement le système d’écriture des cirth, les runes de Daeron. Dès le Deuxième Âge, les Nains s’approprièrent totalement ce système et l’introduisirent auprès de nombreuses autres sociétés. Néanmoins, le peuple nain utilisait également un système de tengwar spécifique, adapté à leur langue et à leur propre usage. Le but de cet article est d’offrir un résumé clair et une méthode d’écriture simplifiée selon ce mode.

Les sources

Nos sources pour ce mode se limitent actuellement à quatres exemples. Jusqu’en 2007, seul un très court échantillon incomplet existait, sur la jarre de Thrór, dans l’illustration Conversation avec Smaug, qui accompagnait les éditions anglaises du Hobbit et fut publiée en français dans l’ouvrage J. R. R. Tolkien : Artiste et illustrateur (illustration no 133) et plus récemment dans l’édition du Hobbit annoté (encart central et p. 320) ou l’édition de luxe du Hobbit (p. 235)1) Les trois autres spécimens sont trois versions calligraphiées presque identiques du Contrat de Bilbo (ou Lettre de Thorin), que nous nommerons versions 1, 2 et 3 selon leur ordre de publication2). La première version a été publiée en 2007 en frontispice du deuxième volume de The History of the Hobbit [HotH] et présente le fac-similé de la lettre laissée par Thorin & Cie à Bilbo. Le style de Thorin est « plutôt libre et enlevé3) » dans cette lettre. Dans l’édition révisée de 2011, viennent s’ajouter deux nouveaux spécimens de ce contrat : la version 2, nommée Copie de l’original de la lettre transcrite p. 394), est une belle transcription au propre du contrat5) ; la version 3 est une version dans un style calligraphié6). Ces deux dernières versions accompagnent une table des tengwar et un court essai présentant les spécificités de ces tengwar7). Grâce à ces informations, nous pouvons décrire avec précision la manière qu’avaient les Nains d’utiliser les tengwar.

Mise à jour : À l'époque d'écriture de cet article, je n'avais pas connaissance de deux autres exemples publiés, à savoir les fac-similés des deuxième et troisième pages du livre de Mazarbul, publiés en 2004 dans l'édition du 50e anniversaire du Seigneur des Anneaux8). De plus, depuis cet article et à la suite de la parution de The Art of the Lord of the Rings en 2015, deux autres spécimens sont venus s'ajouter au corpus : les brouillons des pages deux et trois du livre de Mazarbul 9). Pour autant, ces manques ne remettent pas fondamentalement en cause l'analyse suivante.

Dans un premier temps, voici les transcriptions des exemples que nous possédons. Lorsqu’une lettre est représentée en exposant ou en indice, c’est que sa représentation est un tehta suscrit ou souscrit.

Les tengwar de la jarre de Thrór : L’exemple de la jarre se décompose comme suit :

gold thror thrain / akerst bi thi thif = gold thror thrain / accursed be the thief (soit en français : or thror thrain / maudit soit le voleur).

Les versions du Contrat de Bilbo : Les trois versions sont assez similaires. Nous ne donnerons ici que la transcription complète de la version 1 de la lettre.

Thorin & Kumpani Thorin & Company
to Burglr Bilbo to Burglar Bilbo
Griting! Greeting!
For yur hospitaliti aur For your hospitality our
sinsirist thanks and for yur sincerest thanks, and for your
ofr v profeshanal asistns aur offer of professional assistance our
gretful akseptns. Trms: grateful acceptance. Terms:
kash on diliveri up to & cash on delivery up to and
not iksiding wun fortinth not exceeding one fourteenth
of toutl profits (if eni); ol of total profits (if any); all
travling ikspensis garntid travelling expenses guaranteed
in eni ivent, f[y?]uneral ikspensis in any event; funeral expenses
to bi difraid bai us or aur to be defrayed by us or our
rprizentativs if okezhin arai- representatives, ifoccasion ari-
-z & the mater iz not othr -s[es] and the matter is not other
wiz arengd for. wise arranged for.
Thinking it unnesaseri to Thinking it unnecessary to
disturb yur istimd ripous disturb your esteemed repose
wi hav procidid in we have proceeded in
advanc to mek rekuizid advance to make requisite
prepareshins & shal preparations, and shall
aweit yur rispektid await your respected
person at the Grin Dr- person at the Green Dr-
-agon In Baiwoter at -agon Inn, Bywater, at
11 a.m. sharp. Trusting 11 a.m. sharp. Trusting
that yu wil bi punktual that you will be punctual.
wi hav the onor to rimein We have the honor to remain
yurs dipli Yours deeply
Thorin & Ko Thorin & Co
Th O Th O

Comme on peut le voir sur ces deux exemples, les Nains utilisent un mode de tengwar phonétique (ils écrivent de la manière dont ils prononcent le mot). Tolkien dit d’ailleurs qu’« ils ne doivent pas être imités ! » mais nous passerons outre cet avertissement. Dans ce mode, donc, chaque lettre est représentée par un tengwa ou un tehta. Certains digraphes (th, sh, etc.) viennent s’ajouter à cette base. La table des tengwar (simplifiée par rapport à celle de Tolkien publiée dans les HotH), donne ici les principales correspondances.

Les consonnes

q p 1 t a ch z k
w b 2 d s j x g
e f 3 th10) d sh
r v 4 th11) f zh/j
t m 5 n g ñ/ny b ng
y w 612) h y
9 h j l 7 r13) 8 i s
k , z

Les signes| ou Ç sont utilisés pour certains digraphes comprenant un s. Ainsi ks (x) s’écrit z| comme dans ikspensisexpensespour expenses et ts s’écrit 1Ç comme dans le mot profitsprofits. Le tengwa ¥s’utilise pour marquer les s et le z finaux (voir le mot ikspensis). Lorsque le n et le m sont suivis d’une consonne, ils se notent par un P placé sur le tengwa représentant cette consonne, comme dans le mot company où le tehta du m est sur le tengwa du p (kumpani, company).

Les voyelles

A cette table des consonnes vient s’ajouter une table des principales voyelles :

a ou Ȝ i i o ure yanta
a e i o u14) u15)

Le u se note également par le tehta u et le i par i placés sur le tengwa qui les précède. C’est par exemple le cas du mot our transcrit aur (our) où le u est sur le tengwa du a. Le o s’écrit parfois o. Le signe ¼ ou un point souscrit marquent une voyelle murmurée comme par exemple pour le mot matter, transcrit mater (¼). Un accent aigu sur une voyelle marque une voyelle longue.

La ponctuation

Quelques caractères de ponctuation sont également utilisés : ½ représente la virgule, le signe - représente le point final et  représente les deux-points ou le point-virgule. Le point d’exclamation s’écrit ! et le point d’interrogation ?.

Enfin, les Nains utilisaient parfois des abréviations pour certains mots : 2O{ = and ; W = of ; W = of the ; @" = the. Les majuscules sont marquées par un Š sous la lettre concernée, ou bien par le doublement de leur jambage.

Exercices

Exercice 1

Retrouvez la signification de la phrase transcrite en tengwar ci-dessous. Attention, celle-ci est en anglais, donc pour vous aider voici un indice : il s’agit d’une phrase tirée du chapitre X du Hobbit. Pour plus de facilité, les majuscules n’ont pas été marquées.

Exercice 1

Afficher/cacher la réponse

Exercice 2

Transcrivez la phrase suivante.

Comme précédemment, pour plus de facilité, ne marquez pas les majuscules.

Far over the misty moutains cold / To dungeons deep and caverns old

Afficher/cacher la réponse

Voir aussi

Sur Tolkiendil

1) Il s'agit du DTS 1.
2) Respectivement les DTS 71, 85, 86.
3) HotH, p. 905 (édition de 2011).
4) Le numéro de la page correspond aux première et deuxième éditions anglaises du Hobbit, où la transcription de la lettre est donnée. En français, le texte apparait à la page 83 de l’édition du Hobbit annoté dans la traduction de Daniel Lauzon.
5) HotH, p. 904
6) HotH, p. 905
7) Catalogué comme DTS 87.
9) AotLR, p. 83 et 84.
10) Comme dans l’anglais thin.
11) Comme dans l’anglais this.
12) r non prononcé comme dans l’anglais farther ou pour transcrire les syllabes er, ir, ur.
13) r prononcé comme dans l’anglais merry
14) Comme dans l’anglais bull.
15) Il s’agit d’un schwa, que Tolkien le note comme un u dans sa table, en indiquant qu’il est utilisé comme le u de l’anglais butter.
 
langues/ecritures/tengwar/tengwar_mode_nains.txt · Dernière modification: 18/04/2020 13:30 par Druss
Nous rejoindre sur https://discord.gg/cafByTS https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://www.instagram.com/Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - https://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2020