Westron

« C’était en ces jours anciens, sans doute, que les Hobbits acquirent l’écriture et commencèrent à écrire d’après la manière des Dúnedain, qui avaient à leur tour appris cet art des Elfes longtemps auparavant. Et en ces jours aussi qu’ils oublièrent les langues qu’ils avaient pu utiliser anciennement et conversèrent désormais en parler commun, le westron, ainsi qu’il était appelé, qui était usité à travers toutes les terres des rois, de l’Arnor au Gondor, et au long de toutes les côtes de la Mer, de Belfalas à la Lune. »1)
Le Seigneur des Anneaux — Prologue — 1. Concernant les Hobbits

Éowyn & Faramir (© Anke Eissmann)

Le westron, ou adûni, était aussi appelé parler commun, sóval phárë dans cette langue. C’était une langue utilisée en Terre du Milieu, que Tolkien feignait de traduire par l’anglais moderne. Le Livre Rouge aurait été écrit dans cette langue. Dérivé en partie de la langue númenórienne, l’adûnaïque (mais aussi de celles des Hommes natifs de la Terre du Milieu), il apparut probablement dans la région des alentours de Pelargir, important comptoir númenórien. Le westron se propagea sur les côtes de la Terre du Milieu avec la colonisation opérée par les Dúnedain d’Andor, puis il s’enfonça à l’intérieur des terres grâce aux Royaumes en Exil d’Arnor et surtout du Gondor où il était parlé, tout comme au Rohan, sous sa forme la plus pure, dans un style assez archaïque.

Il fut aussi bien adopté par les Elfes et les Hommes que par les Orques et les Trolls pour communiquer entre hordes et races, mais les parlers originaux de chacuns ne furent pas oubliés. Le westron se développa aussi parmi les Nains qui en firent même leur langue maternelle, le khudzul devenant une langue savante apprise plus tard, et seulement utilisée entre Nains. Les Hobbits adoptèrent aussi le westron, mais parlaient une forme plus dialectale et rustique, le hobbitique qui ne faisait, par exemple, pas la distinction entre le registre familier (tu) et le déférent (vous), ce qui amusa Denethor II (mais horrifia ses serviteurs) quand Peregrin Touque s’adressa à lui en le tutoyant.

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Le westron : le parler commun

Lire l’article « Le westron : le parler commun »  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique Helge Kåre Fauskanger
La langue parlée en réalité par les personnages du Seigneur des Anneaux était appelée adûni, nom que Tolkien traduisit en anglais par westron. Tolkien explique : « La langue dont le rôle, dans cette histoire, est tenu par l’anglais, était le westron ou “parler commun” des Pays de l’Ouest de la Terre du Milieu au Troisième Âge. »
Lire la suite

Mots et motifs : « Il y a des fées au fond de notre jardin ! »

Lire l’article « Mots et motifs : “Il y a des fées au fond de notre jardin !” »  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique Carl Hostetter et Patrick Wynne — Novembre 1993
Alors que la Compagnie de l’Anneau se prépare à descendre l’Anduin depuis la Lothlórien, ils rejoignent Galadriel et Celeborn sur un appontement au confluent du Cours d’Argent et du Grand Fleuve pour un banquet de départ « à la dernière pointe d’Egladil sur l’herbe verte ». Après le repas, le Seigneur et la Dame des Galadhrim présentent à chacun des membres de la Communauté un présent en souvenir du Bois Doré. Lorsque Galadriel s’adresse à Samsagace, elle lui dit : « Pour vous, petit jardinier et amateur d’arbres, […] je n’ai qu’un petit cadeau. »
Lire la suite

Elfique et langue humaine

Lire l’article « Elfique et langue humaine »  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique Christopher Gilson — Janvier 1994
Selon le Silmarillion, la langue des premiers Hommes à atteindre le Beleriand « ressemblait par un grand nombre de mots et de tournures à la langue elfique » car « ces Hommes avaient des rapports depuis longtemps avec les Elfes Sombres à l’est des montagnes et avaient reçu d’eux une bonne part de leur langage ». Dans le texte, cela explique comment Finrod Felagund apprit à converser avec les Hommes, apparemment parce que sa familiarité avec les différentes langues quendiennes lui était suffisante pour reconnaître la composante sombre-elfique dans le langage du peuple de Bëor.
Lire la suite

Blason

1) Version originale : « It was in these early days, doubtless, that the Hobbits learned their letters and began to write after the manner of the Dúnedain, who had in their turn long before learned the art from the Elves. And in those days also they forgot whatever languages they had used before, and spoke ever after the Common Speech, the Westron as it was named, that was current through all the lands of the kings from Arnor to Gondor, and about all the coasts of the Sea from Belfalas to Lune. »
 
langues/langues_humaines/westron.txt · Dernière modification: 10/05/2021 12:26 par Elendil
Nous rejoindre sur https://discord.gg/cafByTS https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://www.instagram.com/Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - https://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2021