Notes sur la rivière Lhûn tirées du Parma Eldalamberon 17

Parma Eldalamberon J.R.R. Tolkien — Juillet 2007
édité par Christopher Gilson
traduit de l’anglais par Damien Bador
Article de synthèse Article de synthèse Article de synthèse

Ces extraits ont initialement été publiés dans le Parma Eldalamberon 17, paru en juillet 2007. Ils sont traduits avec l’accord du Tolkien Estate et de Christopher Gilson, l’éditeur de Parma Eldalamberon. Le traducteur les remercie pour leur aimable autorisation. Un grand merci également à Kevin Gremaud pour sa relecture attentive et ses nombreuses suggestions. Tous les textes de J.R.R. Tolkien sont sous la protection du droit d’auteur. © 2007–2022 The Tolkien Trust.

Les signes ¶ désignent ici le début d’une nouvelle note de Tolkien, laquelle n’était pas nécessairement consécutive avec le texte qui la précède, ni rangée dans la même liasse de documents. L’ordre suivi pour cette traduction se conforme à l’arrangement éditorial de Christopher Gilson, bien que certaines notes éditoriales aient été rassemblées en bas de page au lieu de suivre immédiatement le texte qu’elles commentent. Les notes éditoriales insérées dans le corps du texte sont rédigées en caractères plus petits.

Plan du dossier :
Extraits du Parma Eldalamberon no 17

Notes sur la rivière Lhûn (p. 136–137)

Sind. Lhûn ne tient pas de √LUINI-, bleu, mais de SLOUN, SLŌN ou SLŪN-1).
hlôn. Sindarin slōna, apparenté à slō- dans Gwath-lō etc. Ringlo. (s)lō = flot, inonder.
slōna. slouna, slu2).

Lhûn n’est évidemment pas apparenté à *luini- « bleu » dans l’ancien nom Ered Luin, les « Montagnes Bleues ».
Il semble être < sindarin. Slōnā (quenya ? hlōna), une rivière, usité en particulier pour celles qui étaient en toutes saisons pleines d’eau des montagnes, comme Gwathlo, Ringlo. Slōna est une forme adj. « en crue, plein d’eau » < sind. …
(S)LOW̭-. (s)lowā > l(h)ô. ogi > oui > ūi.
> slow- > slau > inacc[entué] slô.

Ces deux notes sur Lhûn furent rejetées d’une rature unique en diagonale de la demi-page qui les contenait. Le revers de cette page contient des brouillons rejetés de l’entrée sur Isengard et Isenmouthe destinée au « Guide pour les noms du Seigneur des Anneaux » de Tolkien (voir PE 17, p. 32–33). Tolkien avait plié la page en deux avant de l’employer pour ces notes sur Lhûn ; il utilisa la demi-page vierge restante pour la note suivante :

Lhûn & -lo.

Sindarin √SLOW-, s’écouler librement (en totalité). Le nom *slowā se développa > slŏw̯ (pas slou > slū) > slaw, inaccent[ué] slō > *hlawhlô ().
Slounā était une forme adjectivale, plein d’eau en crue. > sind. slûn > hlûn. Lhûn et -lō s’appliquaient à des rivières toujours pleines d’eau, s’épanchant en toutes saisons des montagnes, comme ringlo, gwathlo.
Ce radical n’apparaît pas avec un s- en quenya, mais cf. q. lōn, et lōne (pl. lōni), lac ou étang profond, probablement pour lowon- > lōn, un développement plus ancien que owo > uo.

Tolkien rejeta ce dernier paragraphe et continua la note comme suit :

¶ Le radical (S)LOW- n’apparaît pas en quenya, où il est remplacé par √LŎNŎ, comme dans lōn/lōne (pl. lōni), étang profond ou puits alimentant une rivière.
OU : (s)lōno- > lhûn, profondeur d’eau†, l’étymologie de -lo étant différente, de LOWO- > lawa, lawa > law, inaccentué lo3).

† Appliqué originellement au Golfe !

Insérés plus tard : profondeur d’eau ; LOWO- > lawa. La note selon laquelle lhûn s’appliquait « originellement au Golfe ! » fut écrite dessous et connectée à cette forme par une double ligne. La séparation de Lhûn d’avec -lo conduisit ensuite Tolkien à écrire ce qui suit dans la marge inférieure, en utilisant un stylo différent :

¶ √LOW-, en sindarin > law, -lo, en quenya donna lou > et lounē̆ > lūn.
De même √S-LOUNI > lhûn.

Ces notes sur Lhûn sont discutées dans le contexte plus vaste des origines du nom de cette rivière dans les conceptions antérieures de Tolkien et de son développement subséquent dans ses écrits plus tardifs, dans « Le problème de “Lhûn” », un ajout à « Mains, doigts & numéraux eldarins » (VT 48, p. 26–29, 33–34). Cf. GL « étang, lac », lud « s’écouler, couler, flotter » ; NW lhuin « étang » ; Lhûn, LRW, p. 33 ; Étym. LUG-, *lugni « bleu », nold. lhûn, dor. luin « pâle », LUT- « flotter, nager », nold. lhoda « flotter » ; Lhûn « Rivière Bleue », TI, p. 124, « R. Loune (Lhûn) », p. 302 ; Lûne, WR, p. 213 ; Lūne, SD, p. 109 ; Ered Luin« montagnes de la Loune », PM, p. 784).

Voir aussi

Sur Tolkiendil

Sur le net

1) SLOUN ou SLŪN- >> SLOUN, SLŌN ou SLŪN-
2) Supprimé : slugna, slog, slu. Isolé dans la marge supérieure se trouve le radical SLUG. La forme partielle Ring est écrite deux fois, puis Ringlo est répété et souligné.
3) N.d.T. : Il convient certainement de comprendre ici que Tolkien établit l'évolution LOWO- > lawa > law et que law peut prendre la forme lo lorsqu’elle est inaccentuée.
4) N.d.T. : Pour les références de TI et de PM, le nom Lune du texte original a été transcrit par « Loune », conformément à la traduction du Seigneur des Anneaux par Daniel Lauzon, puisqu’il ne renvoie pas à la lune (angl. moon).
 
langues/textes/notes_riviere_lhun.txt · Dernière modification: 09/03/2022 17:32 par Elendil
Nous rejoindre sur https://discord.gg/cafByTS https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://www.instagram.com/Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - https://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2022