Les Calendriers

Tiphaine Levillain
Articles de synthèseArticles de synthèse : Ces articles permettent d'avoir une vue d'ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Calendriers des Elfes

La première chose importante à savoir quant aux calendriers des Eldar est qu’ils préféraient toujours s’arranger pour compter par sizaines ou par douzaines. Ainsi, tout leur système reposait sur cette logique.

Comput des Eldar

Les Années

Par des moyens inconnus (probablement de simples observations aux cours des nombreux siècles de leur vie) les Eldar se rendirent compte qu’un siècle, ou quantiën (année pleine)1), contenait 36 524 jours. Ils les divisèrent en 100 années de 366 jours, appelées coranári (tour-du-soleil, en quenya), ou encore loa (croissance, en quenya). Quant aux jours (arë), ils étaient comptés d’un couché de soleil au couché de soleil suivant.

Les Mois

Les années étaient composées, en théorie, de six mois de trente jours, en alternance avec six mois de trente-et-un jours. Les noms en quenya de ces douze mois étaient les suivants : Narvinyë, Nénimë, Sulimë, Viressë, Lótessë, Nárië, Cermië, Urimë, Yavannië, Narquelië, Hísimë, Ringarë.

Les Jours

La semaine des Eldar (enquië), également accordée à leur système de sizaines et de douzaines, ne comportait que six jours, qui étaient dédiés, dans l’ordre : aux Étoiles, au Soleil, à la Lune, aux Deux Arbres de Valinor, au Firmament et aux Valar (ou aux Puissants). Le jour de la semaine le plus important était celui dédié aux Valar. Leurs noms respectifs en quenya étaient : Elenya, Anarya, Isílya, Aldúya, Menelya, Valanya (ou Tárion). En théorie, chaque année avait une durée de soixante-et-une semaines2), et lorsqu’elles avaient une durée de soixante semaines (Cf. Correction des Erreurs de Décompte), le premier jour de chaque mois commençait par le premier jour de la semaine. D’une façon plus générale, chaque année commençait par le premier jour de la semaine.

Correction des Erreurs de Décompte

Le système d’années de 366 jours n’était pas très précis. Ainsi, au bout de quatre ans, si les Eldar laissaient aller les choses, ils avaient trois jours de trop dans leur compte. Pour corriger cette erreur, tous les huit ans, ils réduisaient chaque mois de l’année à trente jours, et ces années étaient appelées les Années Courtes (ou Années des soixante semaines, car dans ces conditions les années ne duraient en effet que soixante semaines au lieu de soixante-et-une). Ces cycles de huit ans se déroulaient jusqu’à la quatre-vingt-seizième année, et il ne restait alors plus que quatre années à gérer (1460 jours au total). Quatre années de 365 jours auraient pu faire l’affaire pour attendre le bon compte, mais cela ne correspondait pas à leur système de sizaines et de douzaines. Les Eldar adoptèrent donc un système à peine plus compliqué : il y avait trois années de 366 jours, pour un total de 1098 jours, puis une de 360, amenant finalement à un total de 1458 exactement. Les deux jours encore manquants étaient rajoutés au calendrier mais ne faisaient partie d’aucun mois. Le premier était placé à la fin de la dernière année, et s’appelait Quantarië (quenya), le Jour de la Vieille Année. Le deuxième quant à lui était placé au début de la première année du siècle suivant, et s’appelait Vinyarië, le Jour de la Nouvelle Année. Ces deux jours donnaient lieu à de grandes festivités. Ainsi la première année comptait 367 jours ; les années 8, 16, 24, 32, 40, 48, 56, 64, 72, 80, 88 et 96 en comptaient 360, la dernière en comptait 360 et toutes les autres en comptaient 366.

Comput d’Imladris

Le Comput d’Imladris différait sur plusieurs points du Comput des Eldar. Les années ne comptaient pas 366 jours mais 365, mais elles étaient toujours appelées coranári, étant toujours basées sur les déplacements du Soleil. D’autre part, une année n’était pas divisée en douze mois, mais en six (que l’on peut considérer comme de longs mois ou comme de courtes saisons). Les voici sous leur forme quenya (avec entre parenthèses leur forme sindarine) :

  • tuilië (ethuil) = printemps
  • lairë (laer) = été
  • yávië (iavas) = automne
  • quellë (firith) = étiolement (se disait aussi lassa-lanta (effeuillaison) en quenya et narbaleth (soleil déclinant) en sindarin)
  • hrivë (rhîw) = hiver
  • coirë (echuir) = reverdie

Lairë et hrivë comptaient 72 jours, les autres en comptaient seulement 54.

L’année commençait et se finissait avec deux jours qui ne faisaient partie d’aucun mois : Yestarë la veille de tuilië, et Mettarë le lendemain de coirë. De plus, entre yávië et quellë étaient intercalés trois Jours-Médians (enderi). Pour corriger les erreurs de décompte des années, les trois enderi étaient doublés (il y avait donc six Jours-Médians) tous les douze ans.

Calendriers des Hommes

Les Númenoréens

Dans l’ensemble, les Númenoréens reprirent le Comput des Eldar, mais ils y firent un certain nombre de modifications. Il fut repris plus tard dans les royaumes d’Arnor et de Gondor par la grande majorité des peuples, sous le nom de Comput du Roi.

Les années

La durée d’une année ne changea guère (365 jours), mais elle fut découpée différemment (et en périodes plus courtes et plus régulières que le Comput d’Imladris). Les Númenoréens décidèrent de la faire commencer en plein hiver, comme le faisaient leurs ancêtres du Nord-Ouest de la Terre du Milieu au Premier Âge.

Les Mois

Les mois (astar) étaient au nombre de douze, et comprenaient tous trente jours, exceptés les deux qui duraient 31 jours. Ils se situaient dans le calendrier juste avant et après le jour de la Mi-Année (Mitan), et correspondait approximativement à nos mois de Juin et Juillet. Ils étaient les mêmes que les mois du Comput des Eldar, mais traduits en sindarin : Narwain, Nínui, Gwaeron, Gwirith, Lothron, Nórui, Cerveth, Urui, Ivanneth, Narbeleth, Hithui et Girithron.

Les Jours

Les Númenoréens reprirent le principe de la semaine, mais ils privilégièrent le chiffre 7. Les jours étaient donc les mêmes, à part le quatrième (originellement dédié aux Deux Arbres de Valinor) qu’ils choisirent de dédier à l’Arbre Blanc et qu’ils appelèrent Aldëa. Quant au septième jour, ce fut le Jour de la Mer, qu’ils appelèrent Eärenya. Contrairement aux Eldar, les Númenoréens avaient défini une journée comme étant le laps de temps entre le lever du soleil d’un matin et le lever de soleil du matin suivant. Il y avait trois journées spéciales dans ce calendrier, qui n’appartenaient à aucun mois : le Mitan (Loëndë) dont il est question plus haut, et qui correspond au milieu de l’année (entre les deux mois de trente-et-un jours), Yestarë (qui correspond au premier jour de l’année) et Mettarë (qui correspond au dernier jour).

Correction des Erreurs de Décompte

Le moyen de corriger les erreurs de décompte des Númenoréens était plus simple que celui qu’utilisaient les Eldar en général : tous les quatre ans ils remplaçaient le Loëndë par deux enderi (jours intermédiaires), sauf la dernière année d’un siècle (hara ou ). Le déficit ainsi créé par les fins de siècles était comblé à la fin de chaque millénaire, et n’était au final que de 4 heures, 46 minutes et 40 secondes.

Au Troisième Âge

Comput des Surintendants

Le passage du Deuxième Âge (2A) au Troisième (3A) se fit de telle sorte que l’année 3442 2A devint l’année 1 3A. Avec le système des Númenoréens (qui fut conservé par les Fidèles qui avaient réussi à échapper à la submersion de l’île), l’année 4 3A fut une année bissextile, et le Loëndë fut naturellement remplacé par deux enderi. Le problème était que logiquement, c’était l’année 3 3A (= 3444 2A) qui aurait dû l’être. Ce décalage dû au passage à un nouvel Âge entraîna un déficit plus important de 5 heures, 48 minutes et 46 secondes. De plus, les réajustements millénaires se firent avec 441 années de retard en 1000 3A (= 4441 2A) et 2000 3A (= 5441).

Pour ces raisons, en 2060 fut instauré un nouveau calendrier par Mardil, Surintendant de Gondor, qui fut appelé Comput des Surintendants. Pour ce faire, il ajouta deux jours supplémentaires à l’année 2059. Le nombre de mois était toujours de 12, mais ils avaient tous une durée de 30 jours. Deux journées furent rajoutées : l’une entre les troisième et quatrième mois (Gwaeron et Gwirith) appelée Tuilerë, et une autre entre les neuvième et dixième mois (Ivanneth et Narbeleth) appelée Yavárië. Les trois autres jours correspondant au début (Vestarë), au milieu (Loëndë), et à la fin de l’année (Mettarë) étaient toujours présents dans le calendrier3).

Le changement de système ne suffit cependant pas à effacer le déficit, et en 2360, le Surintendant Hador rajouta un jour de plus à l’année (bien que le déficit n’était pas encore aussi élevé). Plus aucune rectification ne fut réalisée par la suite, mais à la fin du Troisième Âge, le déficit n’était même pas de l’ordre d’une journée.

Nouveau Comput du Roi

A la fin du Troisième Âge, un nouveau comput fut instauré. Dans celui-ci, l’année commençait au printemps, le 25 Mars (notre 27 Mars), jour anniversaire de la chute de Barad-dûr et de Sauron. Les mois gardèrent leurs noms, mais c’était désormais Viressë qui commençait l’année. Leur durée était de 30 jours, avec trois enderi entre Yavannië et Narquelië (et le deuxième de ces enderi était le Loëndë). Il fut également décidé que le 30 Yavannië (notre 23 Septembre) serait un jour de fête, le Jour de l’Anneau, dont la date fut choisie en l’honneur de Frodon : sa date d’anniversaire, et ce jour était doublé lors des années bissextiles. Les saisons furent réformées également, donnant : Printemps (Avril, Mai), Été (Juin, Juillet, Août), Automne ou Moisson, Récolte4) (Septembre, Octobre), Hiver ( Novembre, Décembre, Janvier) et Éveil5) (Février, Mars).

Comput de la Comté

Les Hobbits se souviennent qu’au début, lorsqu’ils étaient encore un peuple errant, ils n’avaient pas de “semaines” et des mois plus ou moins basés sur les cycles lunaires, leur façon d’évaluer le temps était donc incertaine. Ce fut lorsqu’ils se sédentarisèrent qu’ils adoptèrent le Comput du Roi qui était en usage chez les Dúnedain, et qui venait principalement des Eldar. La datation de la Comté commença en 1600 3A, lorsque les deux frères Marchon et Blancon passèrent le Baraduin et s’installèrent sur les terres qui allaient devenir la Comté. Il suffisait donc d’ajouter ou d’enlever 1600 pour passer d’une datation à l’autre.

Les Années

Du fait que le calendrier adopté était celui des Dúnedain, la durée des années était la même, autrement dit elles comptaient 365 jours environ.

Les Mois

Le nombre et la durée des mois n’avaient pas beaucoup changé : il y avait 12 mois longs de 30 jours, dont les noms avaient peu à peu été déformés. Par exemple : math, un élément que l’on retrouvait souvent, dérivait probablement de month (mois).

Les noms différaient parfois un peu selon l’endroit où l’on se trouvait (les différents quartiers de la Comté et Bree) :

  • Après-Noël (= Frery à Bree)
  • Solmath, communément dit et parfois écrit Somath
  • Rethe
  • Astron (= Chithing à Bree)
  • Thrimidge, souvent écrit Thrimich, ou sous sa forme archaïque Thrimlich
  • Avant-Serein (= Lithe à Bree)
  • Après-Serein (= Mede à Bree)
  • Wedmath
  • Halimath (= Harvestmath à Bree)
  • Winterfilth (= Wintring à Bree)
  • Blomath, parfois prononcé Blodmath ou Blommath (= Bloothing à Bree)
  • Avant-Noël (= Yulemath à Bree)

Frery, Chithing et Yulemath étaient tous trois usités dans le Quartier Est de la Comté.

Les Jours

Les jours de la semaine étaient toujours les mêmes, mais à la longue les noms s’étaient déformés et leur sens premier avait été oublié. On connaît leurs formes archaïques grâce au Livre de Raison des Tuckborough, ainsi que la forme qu’ils avaient à l’époque de la Guerre de l’Anneau, grâce au Livre Rouge de la Marche de l’Ouest.

La forme archaïque donnait ceci : Sterrendei, Sunnendei, Monendei, Trewesdei, Hevenesday, Meresdei et Highday. Quant à la forme de la fin du Troisième Âge, elle donnait ceci : Sterday, Sunday, Monday, Trewsday, Hevensday, Mersday et Highday. Cinq journées spéciales figuraient toujours sur le calendrier le dernier et le premier jour de l’année, qui s’appelaient les Jours de Noël, et trois jours au milieu de l’année, qui s’appelait les Sereins.

Correction des Erreurs de Décompte

Le système était simple : tous les quatre ans (sauf à la fin de chaque siècle), les Sereins étaient au nombre de quatre, et le jour ajouté (le 184ème) était appelé le Très Serein.

Réforme de la Comté

Les Hobbits ne trouvaient pas très pratique (mais en revanche très brouillon) le fait que le premier jour de la semaine ne tombait jamais à la même date d’une année sur l’autre, et ils décidèrent donc d’aménager leur calendrier. Sous le règne d’Isengrin II, le jour en trop qui rompait la concordance perdit son nom de jour de la semaine (il s’agissait du Mitan ou du Très-Serein selon les années). Ainsi, l’année commençait toujours un Vendredi et finissait un Samedi. Cette réforme fut adoptée à Bree également, et les Hobbits cessèrent d’inscrire les jours sur les journaux et autres papiers. De cette réforme fut tirée l’une des nombreuses expressions des Hobbits : “le Vendredi premier jour du plein de l’été” , autrement dit, jamais…

Correspondance avec notre calendrier

Dans le Seigneur des Anneaux, les dates furent toutes transcrites avec les noms de nos mois, mais elles se référaient toujours au Comput de la Comté, même quand cela n’était pas précisé. Les points essentiels à retenir pour la correspondance entre les deux calendriers sont :

  • le mois d’Octobre 1418 n’avait que trente jours ;
  • le premier Janvier était en réalité le deuxième jour de l’année ;
  • Février avait trente jours, donc les deux premiers Février sont concordants, mais les 29 et 30 du Comput de la Comté correspondent à notre 1er et 2 Mars.
1) Le mot quenya yèn, souvent traduit par “année”, correspond en réalité à 144 de nos années solaires (100 seulement selon le HoMe XII).
2) Et les mois commençaient par les jours de la semaine de cette façon : 1, 2, 2, 3, 3, 4, 4, 4, 5, 5, 6, 6.
3) Dans le HoMe XII, il n’est pas question de cinq jours distincts séparés au cours du temps, mais de cinq jours se situant au milieu de l’année, appelés les Jours d’Été. Il n’est fait aucune mention d’un rajout hasardeux de jours pour effacer le déficit, mais du système classique qui consistait à doubler le Jour du Milieu d’Année (ou le troisième des Jours d’Été) tous les quatre ans (sauf les fins de siècle).
4) En VO : Harvest.
5) En VO : Stirring.
 
essais/calendriers/calendriers.txt · Dernière modification: 25/05/2011 13:59 par Tilkalin
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014