Gondorien antique

« Arnach, si l’explication ci-dessus est acceptée, n’est alors pas apparenté avec Arnen. Son origine et sa source sont dans ce cas désormais perdues. Il était généralement appelé Lossarnach au Gondor. Loss est le sindarin pour “neige”, particulièrement manteau neigeux tombé depuis longtemps. Pour quelle raison cela fut préfixé à Arnach est peu clair. Ses vallées hautes étaient renommées pour leurs fleurs et en dessous se trouvaient de grands vergers, d’où venaient toujours la plupart des fruits consommés à Minas Tirith à l’époque de la Guerre de l’Anneau. »1)
Vinyar Tengwar no 42 — « Rivières et collines des feux de Gondor »

Ithilien (© Ted Nasmith)

Les langues parlées au Gondor et dans les régions avoisinantes avant le retour des Númenóriens en Terre du Milieu sont très mal connues. Outre la langue parlée par la tribu de Tal-Elmar, étudiée dans un article de Roman Rausch, il devait en exister au moins une autre, dont ne subsistent que quelques noms propres. L’Appendice F du SdA cite la plupart d’entre eux :

« Quelques-uns étaient d’origine oubliée et descendaient indubitablement des jours d’antan, avant que les navires des Númenóriens ne sillonnent la Mer ; Umbar, Arnach et Erech en faisaient partie, ainsi que les noms des montagnes Eilenach et Rimmon. Forlong était aussi un nom du même genre. »2)

À cette liste on peut ajouter Eilenaer, l’ancien nom du Halifirien3), Erelas, un autre des Feux d’alarme de Gondor4), Lamedon, une région gondorienne proche d’Erech5) et Adorn, un affluent de l’Isen6)7). Il est intéressant de constater qu’à l’exception d’Umbar, tous ces noms se trouvent à proximité de l’Ered Nimrais8), aussi faudrait-il peut-être plutôt parler de langue nimraïque. Aucune précision n’est fournie par Tolkien sur l’histoire ou les locuteurs de cette langue. Étant donné toutefois qu’Isildur apporta la Pierre d’Erech de Númenor9), il peut paraître étrange qu’elle se soit vue attribué un nom qui n’est ni elfique ni adûnaïque. Il est possible qu’Erech ait été le nom du lieu avant qu’Isildur n’y installe la pierre ou que celle-ci se soit vue attribué ce nom à l’occasion du serment du roi local d’aider Isildur dans la lutte contre Sauron10). Dans les deux cas, ce nom semble étroitement associé aux Hommes des Montagnes, dont les spectres demeuraient encore sous le Dwimorberg à l’époque de la guerre de l’Anneau. Il est possible que les autres noms gondoriens antiques aient la même origine, à l’exception probable d’Umbar. Cela n’est toutefois qu’une hypothèse, car seuls les noms Eilenach et Eilenaer sont explicitement signalés être apparentés11).

On peut encore noter que l’Appendice F du SdA suggère un lien de parenté entre les Dunlendings et les Hommes des Montagnes, ce qui laisserait supposer que le gondorien antique ait été apparenté au halethien12). Bien que la phonologie des quelques mots attestés dans cette langue soit ne ressemble pas à ce que l’on connaît des langues halethiennes, le corpus attesté de part et d’autre est bien trop petit pour qu’on puisse en tirer des conclusions valables. On ignore aussi quand le gondorien antique cessa d’être parlé, mais il est probable que ce ne fut guère postérieur à la disparition des Hommes des Montagnes, au début du Troisième Âge. Il est peu probable que les Númenóriens se soient jamais intéressés à cette langue, puisqu’on ne dispose d’aucune certitude sur la signification des rares noms gondoriens antiques attestés. En dépit de cette ignorance, il est probable que la cohabitation avec les habitants indigènes ait été relativement pacifique, comme en témoigne le nombre de toponymes anciens conservés. Le nom de Forlong témoigne même de mariages entre les deux communautés.

Morts de Dunharrow (© Ted Nasmith)

Selon toute apparence, la plupart des immigrants númenóriens ne comprenaient pas la langue gondorienne antique13), ce qui suggère qu’il ne s’agissait pas d’une langue apparentée au hadorien14). Les Númenóriens cherchèrent donc à sindariser certains de ces noms, comme Eilenach, « mieux orthographié Eilienach », car « [e]n sindarin authentique, eilen pourrait seulement être dérivé d’*elyen, *alyen et serait normalement écrit eilien. »15) Plusieurs autres noms, comme Erech16), Adorn17) ou Erelas18) sont dits avoir été adaptés à la phonologie du sindarin, mais être dénués de signification dans cette langue, ce qui permet d’ailleurs de déduire leur origine pré-númenórienne. Il en va probablement de même pour Rimmon, puisque seuls les feux d’alarmeEilenach et Eilenaer possèdent un nom dont on a la certitude qu’il était pré-númenórien19). On ignore hélas les formes originelles des noms ainsi modifiés. Les Númenóriens n’hésitèrent pas à utiliser les noms locaux en leur affixant divers éléments sindarins, comme dans Lossarnach (du sind. loss « neige, manteau neigeux » ; VT 42, p. 18), Min-rimmon (sind. min « pic » ; UT, Index) et même Belfalas (sind. falas « côte »). Ce dernier cas était assez particulier, car l’élément bel est lui-même sindarin et signifie « escarpé ». Il venait des Sindar qui s’étaient installés non loin de Dol Amroth après avoir fui la destruction du Beleriand20).

Aucune traduction n’étant attestée, il n’est pas possible de dire grand-chose sur la signification des noms gondoriens antiques. Dans la mesure où Tolkien précise que l’Eilenach et l’Eilenaer étaient tous deux des reliefs remarquables des Montagnes Blanches21), il est fort possible que le préfixe eilen(a)- signifie « montagne ». Si l’on admet que la Pierre d’Erech ait pu être ainsi nommée à l’occasion du serment qui fut prêté dessus, erech pourrait signifier « promesse, serment », mais rien d’est moins sûr22). Enfin, Tolkien affirme que « Les suggestions des historiens de Gondor qu’arn- soit un élément signifiant “rocher” dans une langue pré-numenoréenne est [sic] pure supposition. »23) En effet, Arnach désignait la région vallonnée entre Celos et Erui, qui n’était guère plus rocheuse que les autres vallées des Montagnes Blanches24).

Dans les brouillons se trouvent divers antécédents aux noms gondoriens antiques listés ici, quoi qu’il soit impossible de dire si Tolkien envisageait déjà qu’ils puissent être d’origine pré-númenórienne. Ainsi avant d’être celui d’un seigneur de Gondor, Forlong était le nom de Gandalf « dans le Sud », ultérieurement changé en Fornold25), avant que Tolkien n’opte pour Incánus26). Avant la modification de l’ordre des Feux d’alarme, la forêt de Drúadan était appelée Taur-rimmon, d’après le nom de sa principale éminence rocheuse27). Les Havres d’Umbar étaient initialement nommés Umbor28).

Belfalas fut un temps considéré comme un composé mixte dont bel- (aussi orthographié Bêl) aurait été un élément pré-númenórien, Tolkien suggérant même qu’il aurait pu signifier « côte » et désigner la région de Dor-en-Ernil. Belfalas aurait ainsi été une tautologie. Cette explication fut ultérieurement revue quand Tolkien décida que l’élément Bel- était aussi d’origine sindarine29).

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Tal-Elmar et la langue drughu

Lire l'article « Tal-Elmar et la langue drughu »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Roman Rausch
L’histoire inachevée de Tal-Elmar, écrite vers 1955, nous offre de brefs aperçus de la langue d’une tribu humaine du Deuxième Âge. D’après les descriptions de leur mode de vie et de leur apparence, il doit s’agir de Drúedain, et leur possible demeure autour des bouches de l’Isen correspondrait à une partie du Drúwaith Iaur.
Lire la suite

Diverses langues humaines

Lire l'article « Diverses langues humaines »  Article de synthèse  Article de synthèse Helge Kåre Fauskanger
Lorsqu’il défendait le Hornburg, Éomer ne pouvait comprendre ce que les assaillants hurlaient. Gamelin expliqua que « nombreux sont ceux qui crient dans la langue de Dunland […] Je connais ce parler. C’est une ancienne langue des hommes, qui fut jadis parlée dans de nombreuses vallées occidentales de la Marche. »
Lire la suite

Blason

1) Version originale : « Arnach, if the above explanation is accepted, is not then related to Arnen. Its origin and source are in that case now lost. It was generally called in Gondor Lossarnach. Loss is Sindarin for “snow”, especially fallen and long-lying snow. For what reason this was prefixed to Arnach is unclear. Its upper valleys were renowned for their flowers, and below them there were great orchards, from which at the time of the War of the Ring much of the fruit needed in Minas Tirith still came. »
2) Version originale : « A few were of forgotten origin, and descended doubtless from days before the ships of the Númenoreans sailed the Sea; among these were Umbar, Arnach and Erech; and the mountain-names Eilenach and Rimmon. Forlong was also a name of the same sort. »
3) , 11) CLI, 3A, chap. 3, « Cirion et Eorl », n. 51 ; VT 42, p. 19.
4) , 18) , 19) , 21) VT 42, p. 19
5) , 24) VT 42, p. 17
6) , 17) VT 42, p. 8, 15
7) Tolkien semble aussi s’être demandé si les collines d’Arnen, sur la rive orientale de l’Anduin, pouvaient avoir un nom en rapport avec celui d’Arnach, mais considéra qu’il s’agissait plus probablement d’un nom en sindarin abâtardi ; VT 42, p. 17–18.
8) Forlong le Gros était le seigneur de Lossarnach, une des régions gondoriennes portant un nom pré-númenórien.
9) , 10) SdA, Livre V, chap. 2
12) PM, p. 314
13) Voir le texte rejeté par Tolkien en VT 42, p. 15.
14) CLI, 2A, chap. 2, n. 3 ; PM, p. 314.
15) Version originale : « In true Sindarin eilen could only be derived from *elyen, *alyen, and would normally be written eilien. » VT 42, p. 19.
16) Lettre no 297
20) VT 42, p. 16
22) Dans la Lettre no 297, Tolkien admet qu’il connaissait le nom de la cité biblique éponyme, mais nie que cela ait eu une influence sur le choix du nom et de sa signification. Il répudie tout lien entre la Mésopotamie et les cultures qui habitèrent la région du Gondor s’étendant autour de la Pierre d’Erech. Il estime d’ailleurs que la racine elfique ER « unique, seul » fut probablement sa source d’inspiration immédiate, même s’il décida ultérieurement que ce nom n’était pas d’origine elfique.
23) Version originale : « Suggestions of the historians of Gondor that arn- is an element in some pre-Numenorean language meaning “rock” is merely a guess. » VT 42, p. 17.
25) WR, p. 153
26) SdA, Livre IV, chap. 5
27) WR, p. 350
28) WR, p. 243–244
29) VT 42, p. 15–16
 
langues/langues_humaines/gondorien_antique.txt · Dernière modification: 28/08/2013 15:04 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014