Tengwar

« Les lettres plus tardives, les Tengwar de Fëanor, étaient largement une invention nouvelle, quoiqu’elles dussent quelque chose aux lettres de Rúmil. Elles furent amenées en Terre du Milieu par les Noldor exilés, et ainsi furent connues des Edain et des Númenóriens. Au Troisième Âge, leur usage s’était répandu à peu près sur la même région que celle où le Parler Commun était connu. »1)
Le Seigneur des Anneaux — Appendice E — II. De l’écriture

L’Anneau Unique (© John Howe)

Les tengwar furent inventés par Fëanor longtemps avant l’Exil, en l’année des Arbres 12502), et constituent son premier chef d’œuvre3). Bien qu’ils dussent quelque chose aux sarati de Rúmil, ils étaient essentiellement une invention nouvelle, structurant la forme des lettres en fonction de la phonologie, telle qu’elle était comprise par les Elfes à l’époque de Fëanor. Les tengwar étaient essentiellement destinés à être écrits au moyen d’un pinceau ou d’une plume4), bien que certains styles d’écriture permissent aussi de les inciser sur des surfaces dures. Leur nom est un néologisme inventé par Fëanor pour qualifier la représentation écrite d’un tengwë « signe » parlé (i.e. d’un son)5).

Fëanor conçut deux systèmes d’écriture pour ses tengwar, le premier recourant comme les sarati à l’usage de tehtar (signes diacritiques) pour indiquer les voyelles. Par conséquent, dans l’usage commun, tengwar devint synonyme de « consonnes », tandis que les voyelles étaient appelées ómatehtar6). L’autre système, appelé quanta sarmë « écriture complète » et essentiellement destiné à l’usage des Maîtres du Savoir (et notamment à l’école des Lambeñgolmor, fondée par Fëanor), représentait les voyelles par des lettres équivalentes aux consonnes. Fëanor estimait en effet, à la différence de Rúmil, que les voyelles étaient des sons à part entière et non de simples « colorations » des consonnes7).

Les tengwar supplantèrent rapidement les sarati de Rúmil, et devinrent l’écriture en usage chez les Elfes d’Aman. Ils furent apportés par les Ñoldor en Terre du Milieu au moment de leur exil. Leur usage se répandit alors chez les Sindar, influençant l’évolution des cirth et pour finir les supplantant presque totalement8). Au Deuxième Âge, les Ñoldor d’Eregion développèrent un nouveau mode d’écriture des tengwar pour le sindarin, dans lequel les voyelles étaient représentées par des lettres complètes. Le « Mode d’Eregion » fut notamment utilisé par Sauron pour l’inscription de l’Anneau Unique9).

À la fin du Troisième Âge, la liste des tengwar était généralement représentée sous forme de tableau rangeant les lettres primaires suivant leur forme. Les noms usuels des tengwar étaient en quenya, mais le son représenté par chaque tengwa pouvait varier en fonction des besoins spécifiques de chaque langue. Les tengwar étaient utilisés pour représenter la plupart des langues usitées dans l’Ouest de la Terre du Milieu à cette époque, y compris le westron et le sindarin10).

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Présentation des tengwar

Introduction aux écritures valinoriennes

Lire l'article « Introduction aux écritures valinoriennes »  Note de lecture  Note de lecture Måns Björkman
Tôt dans leur histoire, une grande partie des Quendi (les Elfes) immigrèrent en Valinor, la Terre des Puissances, sur le continent d’Aman. Là, ils devinrent connus sous le nom d’Eldar et leurs savoirs et talents atteignirent leur paroxysme.
Lire la suite

Première approche des tengwar

Lire l'article « Première approche des tengwar »  Note de lecture  Note de lecture  Note de lecture Jérémie Knuesel
Si vous vous intéressez sérieusement aux tengwar, le plus important est de lire les textes de Tolkien qui en parlent. La principale source d’informations est l’Appendice E au Seigneur des Anneaux.
Lire la suite

Index des échantillons de tengwar du Mellonath Daeron (DTS)

Lire l'article « Index des échantillons de tengwar du Mellonath Daeron »  Note de lecture  Note de lecture  Note de lecture  Note de lecture Mellonath Daeron
Il s’agit d’un index des textes de J.R.R. Tolkien en tengwar, écriture qu’il créa pour les Elfes de sa sous-création. La version originale est tenue à jour par le Mellonath Daeron, la guilde linguistique de la Tolkien Society Forodrim. Les nombres de caractères donnés comptent tous les caractères définissant une position (tengwar et porteurs, pas les tehtar), mais pas les espaces ni la ponctuation.
Lire la suite

Index Tolkiendil des spécimens de tengwar de Christopher Tolkien (TCTS)

Lire l'article « Index Tolkiendil des spécimens de tengwar de Christopher Tolkien (TCTS) »  Note de lecture  Note de lecture  Note de lecture Tolkiendil — Septembre 2012
Peu de gens savent que Christopher Tolkien est l’auteur de la totalité des bandeaux en tengwar ornant les œuvres posthumes de son père publiées par ses soins. Le présent index a pour but de recenser l’ensemble des spécimens publiés de tengwar qui ont été rédigés par Christopher Tolkien. La numérotation de cet Index se base sur l’ordre de publication des spécimens recensés.
Lire la suite

Analyse des textes en tengwar

Un commentaire sur la transcription en tengwar de « Namárië » par J.R.R. Tolkien

Lire l'article « Un commentaire sur la transcription en tengwar de “Namárië” par J.R.R. Tolkien »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Vicentes S. Velasco — Décembre 2004
En 1968 fut publié The Road Goes Ever On : A Song Cycle, une collection de morceaux musicaux pour piano réalisée par le musicologue Donald Swann sur des textes de J.R.R. Tolkien tirés de ses œuvres The Lord of the Rings et The Adventures of Tom Bombabil. Ce livre contenait aussi des notes rédigées par Tolkien concernant les chants poétiques Namárië et A Elbereth Gilthoniel, en plus de leur transcription en tengwar.
Lire la suite

L’utilisation ésotérique des runes et des écritures elfiques par J. R. R. Tolkien

Lire l'article « L’utilisation ésotérique des runes et des écritures elfiques par J. R. R. Tolkien »  Article théorique  Article théorique Didier Willis — octobre 1999, janvier 2013
Je me propose d’étudier avec vous quelques-unes des illustrations du Hobbit et du Seigneur des Anneaux. Nous nous concentrerons sur les inscriptions runiques, en commençant par la carte de Thror dans le Hobbit. Nous ouvrirons ensuite une parenthèse pour rappeler et préciser ce que sont les runes, en les replaçant dans leur contexte historique. Fort de cette introduction, nous pourrons alors aborder les inscriptions du Seigneur des Anneaux, en essayant d’en dégager la symbolique.
Lire la suite

L’usage des tengwar

Les Tengwar de Fëanor

Lire l'article « Les Tengwar de Fëanor »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Måns Björkman
Les deux éléments de base de tous les tengwar primaires étaient un telco, « queue », et un lúva, « arc », qui pouvaient être combinés et modifiés de plusieurs façons différentes. Ainsi, à partir d’un nombre limité de modifications, un système composé de trente-deux tengwar fut conçu.
Lire la suite

Les Noms des tengwar

Lire l'article « Les Noms des tengwar »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Måns Björkman
Tous les caractères et symboles employés avec les tengwar avaient des noms ou des désignations uniques. Les lettres elles-mêmes avaient des noms qui contenaient le phonème représenté par chaque tengwa. Toutefois, les « noms entiers » en quenya étaient le plus souvent employés lorsqu’il fallait un nom particulier pour chaque forme de lettre plutôt que pour chaque son.
Lire la suite

La Ponctuation des tengwar

Lire l'article « La Ponctuation des tengwar »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Måns Björkman
Les nombreux échantillons de tengwar où est employée la ponctuation prouve l’existence d’un système de ponctuation sophistiqué en tengwar ; plus que pour les sarati, où les signes de ponctuation effectivement employés se limitent à quelques points en fin de phrase. On ne sait pas grand-chose des origines ou du développement de ces signes, ni à quelles cultures ils étaient liés.
Lire la suite

La Calligraphie des tengwar

Lire l'article « La Calligraphie des tengwar »  Note de lecture  Note de lecture Måns Björkman
Comme beaucoup d’autres systèmes d’écriture, les tengwar permettent de nombreux styles calligraphiques différents. En fait, les tengwar sont particulièrement bien adaptés à la liberté de la calligraphie, car la plupart des caractères sont seulement composés de deux éléments variables — une queue et un arc.
Lire la suite

Correspondance clavier des tengwar

Lire l'article « Correspondance clavier des tengwar »  Note de lecture Ronald Kyrmse — 2005
Dans chaque case des tableaux ci-dessous est listée la forme du tengwa, suivie de la lettre latine qui lui correspond sur le clavier (qu’il ne faut pas confondre avec le son que représente ce tengwa, presque toujours différent) et finalement son numéro Unicode.Taper « 0999 » en Unicode requiert généralement de faire « ALT + 0999 ».
–> Lire la suite

Les numéraux tengwar

Les numéraux de Fëanor

Lire l'article « Les numéraux de Fëanor »  Article de synthèse  Article de synthèse Damien Bador — Juin 2011
Christopher Tolkien communiqua des renseignements sur le système numérique des tengwar aux éditeurs du magazine Quettar. Bien qu’on dispose de très peu de détails sur l’utilisation de ces chiffres et les circonstances de leur invention par Tolkien, il est permis de penser qu’il s’agissait là du système le plus courant, puisqu’il est sous-entendu qu’il était employé par tous les Peuples Libres.
Lire la suite

Numéraux tengwar dans la Lettre du Roi

Lire l'article « Numéraux tengwar dans la Lettre du Roi »  Note de lecture  Note de lecture Per Lindberg — Septembre 2006
Cet article est une tentative de reconstruire le mode des tengwar utilisé pour les numéraux dans la « Lettre du Roi » (DTS 49). Elle contient des tengwar pour les chiffres 1, 3, 4 et 6. Ceux-ci semblent très différents des habituels numéraux tengwar transcrits par Christopher Tolkien en 1981-1982 et reproduits dans Quettar nº 13 (1982).
Lire la suite

Les différents modes

Les Modes des tengwar

Lire l'article « Les Modes des tengwar »  Article de synthèse  Article de synthèse Måns Björkman
De nombreux modes différents furent inventés pour les tengwar, adaptant ce système d’écriture aux spécificités des langues employées. Cet article est une tentative de classer les modes attestés suivant des critères vocaliques et consonantiques.
Lire la suite

Le Mode classique

Lire l'article « Le Mode classique »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Måns Björkman
Le quenya était la langue maternelle de Fëanor, et l’une des premières à connaître une forme écrite avec les tengwar. On ne sait cependant pas exactement comment le quenya était représenté avec les tengwar à l’origine, étant donné que la majeure partie de nos informations concernant ce mode d’écriture date de la fin du Troisième Âge du Soleil ou du début du Quatrième.
Lire la suite

Le Quanta Sarmë

Lire l'article « Le Quanta Sarmë »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Damien Bador — Mai 2011
Parmi les modes d’écriture des Hauts-Elfes, le plus mystérieux a longtemps été le quanta sarmë, un « mode plein » pour lequel nous ne disposions que d’une seule allusion dans un texte linguistique et d’aucun exemple. La seule mention explicite du quanta sarmë se trouve dans un texte du VT 39 intitulé « From Quendi and Eldar, Appendix D ».
Lire la suite

Le Mode de Beleriand

Lire l'article « Le Mode de Beleriand »  Article de synthèse  Article de synthèse Måns Björkman
Le nom de ce mode gris-elfique des tengwar est donné dans la légende de DTS 8. Il semble raisonnable d’admettre que ce mode fut créé au Beleriand, ou du moins que c’est là qu’il entra en usage. Les Ñoldor sont dits être les premiers à avoir appliqué les tengwar au sindarin, mais il est impossible d’assurer avec certitude que le mode qu’ils créèrent était le Mode de Beleriand.
Lire la suite

L’Usage général

Lire l'article « L’Usage général »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Måns Björkman
L’« usage général à l’époque du récit » a peut-être lui-même succédé à un autre usage général plus ancien. Une source affirme que Fëanor élabora les tengwar « à la fois comme un alphabet phonétique général, et conçut des arrangements spéciaux en accord avec les caractéristiques du quenya, du noldorin et du telerin. »
Lire la suite

L’Usage général – Anglais

Lire l'article « L’Usage général – Anglais »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Måns Björkman
Il existe deux méthodes distinctes pour l’application de l’Usage général à la langue anglaise. La première méthode consiste à suivre l’orthographe utilisée avec l’alphabet latin, translittérant les nombreuses particularités de l’orthographe anglaise avec une fidélité correcte. L’autre consiste à reproduire chaque son de la langue parlée, chaque tengwa représentant un phonème anglais.
Lire la suite

Les Modes pleins des tengwar élaborés par J.R.R. Tolkien pour l’anglais moderne : une analyse

Lire l'article « Les Modes pleins des tengwar élaborés par J.R.R. Tolkien pour l’anglais moderne : une analyse »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Ronald Kyrmse — Novembre 2003
Cet article se propose d’analyser un sous-ensemble limité de textes en tengwar, ou spécimens : ceux écrits de la main de J.R.R. Tolkien en anglais moderne, par opposition aux textes dans les langues de la Terre du Milieu ou dans d’autres langues humaines, comme le vieil anglais ou le latin (dont des exemples existent bel et bien), et utilisant un mode plein.
Lire la suite

Premières versions des lettres fëanoriennes

Addenda et Corrigenda aux « Étymologies » - Appendice III : Les Tengwar dans « Les Étymologies »

Lire l'article « Addenda et Corrigenda aux “Étymologies” - Appendice III : Les Tengwar dans “Les Étymologies” »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Arden R. Smith — Juillet 2004
Depuis leur publication en 1987, « Les Étymologies » de Tolkien sont devenues une source indispensable du vocabulaire se rapportant aux lettres fëanoriennes ou tengwar. En plus des informations étymologiques concernant plusieurs mots familiers comme tengwa, tehta, et téma, elles présentent également un certain nombre de mots non publiés jusqu’à présent, comme tengwanda, andatehta, thinnas et gasdil.
Lire la suite

Blason

1) Version originale : « The later letters, the Tengwar of Fëanor, were largely a new invention, though they owed something to the letters of Rúmil. They were brought to Middle-earth by the exiled Noldor, and so became known to the Edain and Númenoreans. In the Third Age their use had spread over much the same area as that in which the Common Speech was known. »
3) MR, p. 92, 185
4) , 8) , 10) SdA, App. E
5) , 6) WJ, p. 396
7) WJ, p. 419 n. 23
9) SdA, Livre II, chap. 2
 
langues/ecritures/tengwar.txt · Dernière modification: 28/08/2013 13:52 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
// Copyright Tolkiendil echo "Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-".date("Y")."
";