Falathrin

« Círdan était un Elfe telerin, l’un des plus grands de ceux qui ne furent pas transportés à Valinor mais devinrent connus sous le nom de Sindar, les Elfes-gris ; il était parent d’Olwë, l’un des deux rois des Teleri, et seigneur de ceux qui partirent par delà la Grande Mer. Ainsi, il était aussi parent d’Elwë, le frère aîné d’Olwë, reconnu comme roi de tous les Teleri de Beleriand, même après qu’il se fut retiré au royaume gardé de Doriath. Mais Círdan et son peuple restèrent distincts de bien des façons du reste des Sindar. Ils conservèrent l’ancien nom Teleri (Telir ou Telerrim, selon la forme sindarine ultérieure) et demeurèrent sur bien des points un peuple à part, parlant même une langue plus archaïque à l’époque tardive. Les Ñoldor les appelaient Falmari, “peuple des vagues” et les autres Sindar Falathrim “peuple de la rive écumante”. »1)
The Peoples of Middle-earth — Partie II — Chapitre 13 « Last Writings » — Círdan

Les Havres Gris (© Ted Nasmith)

Les Elfes des Falas, ou Falathrim, étaient ceux des Teleri qu’Ossë persuada de demeurer sur les côtes du Beleriand méridional, où ils construisirent les ports de Brithombar et d’Eglarest2). Leur langue était le falathrin, aussi nommé falassien, un dialecte du sindarin très proche de celui de Doriath3), car il y avait grand commerce entre les deux peuples4). Les deux langues ne commencèrent à diverger qu’après le retour de Morgoth, une fois que Melian eut créé l'Anneau isolant le cœur du royaume de Thingol du reste du Beleriand, ce qui rendit plus conservateur le sindarin de Doriath que celui des Falas, exposé aux influences extérieures, surtout après le retour des Ñoldor5). Arrivés en Beleriand, ces derniers se mirent rapidement à parler sindarin au quotidien, afin de s’intégrer aux populations elfiques locales. Ils adoptèrent pour la plupart le sindarin des Falas, qu’ils contribuèrent à stabiliser et à enrichir, donnant naissance au « sindarin commun » des âges ultérieurs6). Les noms sindarins des Ñoldor exilés sont également de forme falassienne7). Après la chute du Beleriand et le départ pour Valinor de la majorité des Elfes qui y habitaient, les gens de Círdan retrouvèrent un certain isolement. Ils demeurèrent ainsi un peuple à part et leur dialecte changea moins que la langue parlée par le reste des Sindar de Terre du Milieu8).

On connait fort peu de mots spécifiquement signalés appartenir au dialecte falathrin du sindarin. « Les Étymologies » nous donnent les termes Ariad, Ariador « terres en-dehors de Doriath », correspondant à l’ilkorin classique Argad, Argador9), ainsi que galbreth « hêtre », un arbre que les gens de Doriath appelaient communément neldor10). Les textes plus tardifs ne livrent explicitement que les termes Telir ou Telerrim, par lesquels se désignaient les gens de Círdan11). Toutefois, le PE 17, p. 133, cite trois noms sindarins pour le Tertre des Tués, qui fut élevé après Nirnaeth Arnœdiad ; la forme Hauð i nenghin est vraisemblablement falassienne.

Tolkien fit initialement du falassien un dialecte de l’ilkorin, étroitement apparenté au doriathrin. En revanche, ce dialecte était supposé avoir péri pendant les guerres contre Morgoth, après la chute de Brithombar et Eglarest12). Avant le grand changement conceptuel que Tolkien imposa à ses langues elfiques, modifiant le parler des Ñoldor à Valinor (qui cessa d’être le noldorin pour devenir le quenya), l’ilkorin était en effet supposé avoir été supplanté par le noldorin dans l’usage courant chez les Elfes de Terre du Milieu. Dans cette conception, les seules traces de falassien qui perdurèrent furent des emprunts incorporés à la langue noldorine parlée par les survivants de Gondolin aux Bouches du Sirion13).

Il convient par ailleurs de ne pas confondre le falathrin avec le falathren « langue des côtes », le nom elfique que Tolkien attribua au parler commun dans les brouillons des Appendices du SdA, considérant alors qu’elle était parlée sur les rivages de l’Ouest de la Terre du Milieu, de la baie glaciale de Forochel à l’embouchure de l’Anduin.14) Tolkien inventa aussi un alphabet nommé falassin, dont il n’explique guère le contexte, mais qui n’a manifestement rien à voir avec le falathrin. Il s’agit probablement d’un système d’écriture des Teleri d’Aman, concept qui semble clairement avoir été abandonné15).

Blason

1) Version originale : « Círdan was a Telerin Elf, one of the highest of those who were not transported to Valinor but became known as the Sindar, the Grey-elves; he was akin to Olwë, one of the two kings of the Teleri, and lord of those who departed over the Great Sea. He was thus also akin to Elwë, Olwë's elder brother, acknowledged as high-king of all the Teleri in Beleriand, even after he withdrew to the guarded realm of Doriath. But Cirdan and his people remained in many ways distinct from the rest of the Sindar. They retained the old name Teleri (in later Sindarin form Telir, or Telerrim) and remained in many ways a separate folk, speaking even in later days a more archaic language. The Ñoldor called them the Falmari, ‘wave-folk’, and the other Sindar Falathrim ‘people of the foaming shore’. »
2) Silm., chap. 5 ; WJ, p. 378
3) , 12) LRW, p. 175
4) Contrairement au dialecte septentrional du sindarin, le mithrimin, qui évolua au point de constituer une langue quasi-indépendante vers la fin des guerres de Beleriand, étant donné que les contacts entre les Mithrim et les autres Sindar étaient limités par l'obstacle que constituaient les Ered Wethrin ; cf. PE 17, p. 133.
5) , 7) PE 17, p. 134
6) PE 17, p. 133 ; WJ, p. 20-21, 25-26
8) PM, p. 386
9) LRW, p. 349, cf. p. 358
10) LRW, p. 352
11) PM, p. 385
13) LRW, p. 177-178
14) PM, p. 32, cf. p. 55
15) PE 16, p. 6-7, cf. p. 8, 24-39
 
langues/langues_elfiques/falathrin.txt · Dernière modification: 28/08/2013 14:24 par Elendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014
Partager