Astronomie et calendriers

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Les noms de mois dans la Comté

Lire l'article Les noms de mois dans la Comté  Note de lecture  Note de lecture  Note de lecture Arden R. Smith — Juin 1997 (traduit par Vivien Stocker)
Yule est un terme apparenté au mot scandinave pour Noël, jul, la forme islandaise étant jól. Le mot est à l’origine associé à la période scandinave de festins entourant le solstice d’hiver. Yule est toujours utilisé en anglais, mais son usage est principalement archaïque et poétique.
Lire la suite de cet article

Lettres lunaires et cycles lunaires : Peut-on dater la Carte de Thror ?

Lire l'article Lettres lunaires et cycles lunaires : Peut-on dater la Carte de Thror ?  Article de synthèse  Article de synthèse Andreas Möhn — Avril 2010 (traduit par Damien Bador)
La caractéristique la plus remarquable de la Carte de Thror était certainement les ingénieuses lettres lunaires qu’Elrond découvrit à la veille de la mi-été, en 2941 TA. « On ne peut les voir que si la lune brille derrière elles, et de plus, pour la variété la plus ingénieuse il faut que ce soit une lune de la même forme et saison que le jour où elles furent écrites. »
Lire la suite de cet article

Les Calendriers

Lire l'article Les Calendriers  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Tiphaine Levillain
Par des moyens inconnus (probablement de simples observations aux cours des nombreux siècles de leur vie) les Eldar se rendirent compte qu’un siècle, ou quantiën (année pleine), contenait 36 524 jours. Ils les divisèrent en 100 années de 366 jours, appelées coranári (tour-du-soleil, en quenya), ou encore loa (croissance, en quenya).
Lire la suite de cet article

Les étoiles et les Elfes : une interaction

Lire l'article Les étoiles et les Elfes : une interaction  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Julien Carbon
Ces quelques lignes tirées du Seigneur des Anneaux, du début à sa fin, font force de loi quand il s'agit de penser que les Elfes ont une profonde adoration pour Varda, la dame des étoiles. Cet article aura pour but de montrer quelles sont les raisons d'un tel dévouement des Elfes envers un Vala en particulier, quand tant d'entre eux eurent une importance.
Lire la suite de cet article

Le conte perdu de Mercure — Tuor et Idril élevés au rang d'astre

Lire l'article Le conte perdu de Mercure — Tuor et Idril élevés au rang d'astre  Article de synthèse  Article de synthèse Alain Lefèvre — 2011
Exception faite de Vénus, et évidemment de la Terre elle-même, les planètes n’occupent aucune place particulière dans la mythologie de la Terre du Milieu imaginée par Tolkien. Tout au plus avons nous, peut-être, leurs noms elfiques : la rouge Carnil et la bleue Luinil, l’humide Nénar et l’ombreuse Lumbar, la glorieuse Alcarinquë et la précieuse Elemmirë. Dans ses notes, l’auteur semble indiquer que Carnil et Alcarinquë sont Mars et Jupiter ; Lumbar correspond à Saturne et Elemmirë serait Mercure. Nénar semble avoir brièvement été associée à Neptune, ce qui pourrait laisser Luinil pour Uranus. Absente de cette étrange liste, Vénus occupe une place autrement plus importante dans l’histoire de la Terre du Milieu : étoile du matin et étoile du soir, elle est associée à Eärendil qui sillonne le firmament sur sa nef Vingilot, accompagné de son épouse Elwing transformée en oiseau blanc.
Lire la suite de cet article

La Pierre d’Erech et la pierre noire de la Ka’aba : météorite ou « faux météore » ?

Lire l'article La Pierre d’Erech et la pierre noire de la Ka’aba : météorite ou « faux météore » ?  Article de synthèse  Article de synthèse Kristine Larsen — traduit de l'anglais par Damien Bador — 2009
Parmi les qualités particulières de l’écriture de Tolkien, on compte sa capacité à insérer sans heurs dans son Légendaire des descriptions du monde naturel d’une précision scientifique. Même s’il relate dans le langage du mythe des événements astronomiques et géologiques, comme les changements catastrophiques du monde qui adviennent à chaque fois que les Valar et Melkor engagent le combat, une grande partie de ceux-ci garde clairement une connotation « naturelle » et « scientifique ». En tant que tels, les récits de Tolkien sont similaires aux schémas de géomythologie du « vrai monde ». D’après la géologue Dorothy Vitaliano, la géomythologie est l’étude des motivations scientifiques à l’arrière-plan des histoires apparemment fantastiques et mythologiques, transmises de génération en génération. Par analogie, on peut parler d’« astromythologie », qui recherche des connexions entre des descriptions mythiques de batailles célestes et les phénomènes que sont les météores, les comètes et les aurores boréales.
Lire la suite de cet article

 
essais/calendriers.txt · Dernière modification: 07/03/2014 20:51 par Druss
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014
Partager