Runes germaniques

« Hwæt! We Gardena in geardagum,
« þeodcyninga, þrym gefrunon,
« hu ða æþelingas ellen fremedon. »1)
Parma Eldalamberon no 15 — « Early Runic Documents » — « Table of “Runic” with Beowulf and Wanderer Excerpts »

Rohir (© John Howe)

Comportant vingt-quatre signes alphabétiques, le vieux fuþark est le plus ancien représentant des alphabets runiques germaniques. Les premières inscriptions runiques attestées remontent au deuxième siècle de notre ère et sont de caractère magique, gravées sur de la pierre, du bois ou de l’os2). Il est généralement admis que le vieux fuþark est dérivé des anciens alphabets nord-italiques, qu’utilisaient notamment les Étrusques. Adopté par les tribus germaniques au Nord des Alpes, il s’est propagé jusqu’en Scandinavie, où il resta employé jusqu’à la fin du VIIIe siècle. Il fut alors supplanté par le fuþark récent, une version simplifiée de cette écriture, qui ne comportait que seize runes. Les runes germaniques étaient peu adaptées aux textes longs : la plus longue inscription connue comporte environ deux cents caractères. Ces runes se firent progressivement remplacer par l’alphabet latin à mesure que le Nord de l’Europe se convertissait au christianisme.

Passionné par la langue et la culture germanique, Tolkien ne pouvait manquer de s’intéresser à cette écriture. Il s’efforça très tôt d’incorporer les runes dans son Légendaire en voie de formation, comme en témoigne un essai intitulé « Enʒlaʒesíþ », qui date de novembre 19183). Dans la plupart des spécimens qui nous sont parvenus, Tolkien a eu tendance à employer de préférence le fuþorc, la variété anglo-saxonne des runes germaniques, ou une adaptation de celui-ci. On ne compte en fait que deux documents qui fassent exception. Le premier est la page qui reproduit les lettres de Junius, où Tolkien dresse une liste des runes danoises de Waldemar. Le second est un document datant de 1924 au plus tôt4). Il comporte sur la première page une liste de runes rangées selon l’ordre alphabétique. Cette liste s’inspire visiblement du vieux fuþark, comme en témoigne l’absence de runes distinctes pour c et k, la forme de la rune pour o, et la présence d’une rune pour z. Une influence anglo-saxonne est néanmoins présente : les runes pour c et y étant absentes du vieux fuþark, Tolkien les a remplacées par les runes correspondantes du fuþorc. Les runes pour c et u sont dotées de variantes historiquement attestées sur certaines inscriptions runiques.

De cette liste, Tolkien dériva deux séries de runes standardisées, majuscules et minuscules, de forme relativement cursive5). Dans certains cas, Tolkien altéra délibérément les formes du fuþark pour se rapprocher des lettres correspondantes de l’alphabet latin (runes pour b, h, r et t) ou gotique (rune du O majuscule, très similaire à la lettre gotique correspondante, ōþal, qui s’inspire du Ω grec6)). Les runes standardisées pour d, m, l, o, s, t et u sont dotées de variantes. Il créa de plus deux runes supplémentaires pour j et k, qui s’inspirent visiblement du style anglo-saxon de l’alphabet latin. Tolkien employa le vieux fuþark et cette variété de runes standardisées sur les deux autres pages que comporte ce document, essentiellement pour des extraits de Beowulf et d’autres phrases en vieil anglais.

Les runes anglaises

Tolkien appréciait particulièrement les runes anglaises du fuþorc. Il entreprit à plusieurs reprises de deviser des variantes de cet alphabet pour représenter les sons ou l’orthographe de l’anglais moderne. Les tableaux runiques résultant rangent fréquemment les runes suivant l’ordre alphabétique classique plutôt que l’ordre traditionnel du fuþorc. C’est une version plus tardive de cet alphabet runique qui devait lui servir pour les inscriptions runiques figurant dans le Hobbit.

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Index Tolkiendil des spécimens des premiers alphabets runiques (TERS)

Lire l'article « Index Tolkiendil des spécimens des premiers alphabets runiques (TERS) »  Note de lecture  Note de lecture Tolkiendil — Février 2011
Il s’agit d’un index rassemblant l’ensemble des spécimens d’écriture runique antérieurs à l’élaboration de la skirditaila et des cirth. Cet index est un travail en perpétuelle progression, de nouvelles références étant ajoutées à mesure de leur parution. La numérotation de cet Index et les titres des différents spécimens sont calqués sur la liste des textes publiée dans l’Introduction d’« Early Runic Documents » écrite par Arden R. Smith.
Lire la suite

Blason

1) Traduction :
« Silence ! La prouesse des souverains
« des Danois à la lance de jadis
« Nous la connaissons, et l’honneur gagné. »
N.d.T. : Il s’agit des trois premiers vers de Beowulf, tirés d’un extrait plus long de ce poème, que Tolkien rédigea entièrement en caractères runiques.
2) La première inscription runique datable, sur le peigne de Vimose, au Danemark, remonte environ à 160 après J.-C.
3) Cet essai est référencé ER1 dans l’Index Tolkiendil des spécimens des premiers alphabets runiques (TERS).
4) Cf. PE 15, p. 114–119.
5) À l’exception de la rune pour x, pour laquelle Tolkien ne donne pas de forme minuscule.
6) D’autres lettres gotiques ont pu inspirer Tolkien, notamment faíhu et jer, mais les runes cursives résultantes se distinguent assez peu des lettres latines, ce qui ne permet pas de trancher.
 
langues/ecritures/runes_germaniques.txt · Dernière modification: 28/08/2013 14:03 par Elendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014
Partager