Lettres de Junius

« “Par exemple ! C’est fort étrange !” dit le pasteur, et il regarda de près le fourreau et la lame. C’était un homme lettré, tandis que le fermier ne pouvait que déchiffrer les grandes onciales avec difficulté, et n’était même pas sûr de la lecture de son propre nom. C’est pourquoi il n’avait jamais payé attention aux lettres étranges qu’on pouvait deviner sur la gaine et l’épée. Quant à l’armurier du Roi, il était tellement habitué aux runes, noms et autres signes de pouvoir et de signification sur les épées et les fourreaux qu’il ne se prenait pas la tête avec cela ; il les trouvait démodés, de toute façon. »1)

Marais des Morts (© Ted Nasmith)

Les lettres de Junius désignent trois variantes d’un ancien alphabet utilisé par plusieurs peuples germaniques. Elles furent compilées par Tolkien à partir du Gothicum Glossarium de Francis Junius, publié à Dordrecht en 1665. L’élaboration de ces trois alphabets remonte sans doute à la période 1918–1920, quand Tolkien travaillait sur l’Oxford English Dictionary. Ces alphabets sont rassemblés sur une même page, dont un fac-similé a été publié dans le PE 15, p. 106. Il ne semble pas que Tolkien les aient employés ailleurs, bien qu’ils aient pu nourrir son inspiration. La première série correspond à une variante danoise du fuþark remontant au XIIIe siècle, sous le règne de Valdemar II de Danemark. Intitulée Waldemars Runen « runes de Valdemar », cette liste est accompagnée du nom danois de 22 des 24 lettres listées2). Quelques noms du texte de Junius furent modifiés par Tolkien, lequel changea aussi la place de la rune pour th et rajouta une variante courte de la rune pour s.

Les deux autres alphabets se rapprochent considérablement des caractères latins. La série médiane est une compilation de l’alphabet employé dans les manuscrits méso-gotiques du VIe siècle, listé selon l’ordre latin3). Ces lettres étaient tirées de la variante onciale de l’alphabet grec, avec des adjonctions latines et germaniques4). Plusieurs lettres comprennent là encore des variantes. Un des 31 signes listés ne correspond pas à une lettre gotique et n’a pas été identifié avec certitude. Contrairement aux précédentes, la dernière série, qui correspond à l’alphabet anglo-saxon de Junius, est présente en deux variétés, majuscules et minuscules5). Les lettres þ et ð sont situées entre le t et le u, contrairement au texte de Junius. Tolkien ajouta aussi une lettre pour q, quoique cela aille là encore à l’encontre des indications de sa source médiévale6).

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Index Tolkiendil des spécimens des premiers alphabets runiques (TERS)

Lire l'article « Index Tolkiendil des spécimens des premiers alphabets runiques (TERS) »  Note de lecture  Note de lecture Tolkiendil — Février 2011
Il s’agit d’un index rassemblant l’ensemble des spécimens d’écriture runique antérieurs à l’élaboration de la skirditaila et des cirth. Cet index est un travail en perpétuelle progression, de nouvelles références étant ajoutées à mesure de leur parution. La numérotation de cet Index et les titres des différents spécimens sont calqués sur la liste des textes publiée dans l’Introduction d’« Early Runic Documents » écrite par Arden R. Smith.
Lire la suite

Blason

1) Version originale : “Dear me! This is very peculiar!” said the parson, and he took a good look at both scabbard and blade. He was a lettered man, but the farmer could only spell out large uncials with difficulty, and was none too sure of the reading even of his own name. That is why he had never given any heed to the strange letters that could dimly be seen on sheath and sword. As for the King’s armourer, he was so accustomed to runes, names, and other signs of power and significance upon swords and scabbards that he had not bothered his head about them; he thought them out of date, anyway. »
2) Plusieurs lettres comportent néanmoins des variantes, qui n’ont pas de nom spécifique.
3) , 6) PE 15, p. 107.
4) Fausto Cercignani, « The Elaboration of the Gothic Alphabet and Orthography », Indogermanische Forschungen 93 (1988), p. 168–185.
5) En outre, la lettre correspondant au w majuscule et celle pour le d minuscule ont chacune une variante.
 
langues/ecritures/lettres_junius.txt · Dernière modification: 28/08/2013 13:59 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
// Copyright Tolkiendil echo "Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-".date("Y")."
";