Doriathrin

« Aussi, en Beleriand, la langue et les dialectes des Ilkorins teleriens étaient courants, et leur roi Thingol était très puissant ; et le noldorin du Beleriand emprunta beaucoup au beleriandique, en particulier celui de Doriath. La plupart des noms et des endroits de ce pays étaient de forme doriathrine. »1)
La Route perdue — Partie II — Chapitre 5 « Le Lhammas » — « Lammasethen »

Lúthien (© Ted Nasmith)

Dans la conception initiale de Tolkien, le doriathrin, la langue de Doriath, était une variété archaïque d’ilkorin et l’une des principales langues parlées au Beleriand. Elle était étroitement apparentée au falathrin, la langue des havres de Brithombar et Eglorest (ce dernier fut ultérieurement renommé Eglarest par Tolkien) et aux dialectes « d’autres compagnies dispersées des Ilkorindi qui erraient sur cette terre »2) C’était la seule langue de son groupe à avoir survécu, toutes les autres ayant disparu suite aux ravages de la guerre contre Morgoth. Jusqu’au « Lhammas », les différents dialectes ilkorins, au premier rang desquels figurait le doriathrin, étaient supposés être très répandus en Beleriand et avoir fortement influencé le noldorin exilique. Tolkien ajoute en outre que « La plupart des noms et des lieux de cette région étaient sous forme doriathrine. »3)

Après le Premier Âge, il était supposé avoir conservé sa popularité du fait de la renommée de Thingol et Melian, mais Tolkien revit ensuite son explication et estima qu’il s’était répandu grâce au fait que les survivants rassemblés à la Bouche du Sirion avaient Elwing, arrière-petite-fille de Thingol pour reine, et que nombre d’entre eux étaient originaires de Doriath4). Tolkien décida ultérieurement que le doriathrin n’était plus parlé couramment à la fin du Premier Âge, mais était seulement « gardé en mémoire » à Tol-eressëa5), tandis que le noldorin parlé aux Bouches du Sirion, dont il fit la lingua franca « de tous ce qui restait des Elfes libres de Beleriand », resta fortement influencé par le doriathrin des fugitifs de Menegroth6).

Lorsque Tolkien révisa complètement l’histoire de sa langue aux consonances galloises et cessa de l’attribuer aux Ñoldor pour en faire la langue natale des Sindar de Beleriand, le doriathrin cessa d’avoir une existence indépendante en tant que sous-catégorie de l’ilkorin pour ne plus être qu’un dialecte sindarin archaïsant : « Doriath, comme on peut s’y attendre de par son histoire, était en général la forme la plus pure et conservatrice du sindarin des Jours Anciens. En particulier pour les traits accidentels7) et le vocabulaire : pour le premier elle conservait (par exemple) dans l’usage commun le duel des noms, pronoms et désinences verbales personnelles, de même qu’une distinction claire entre le pluriel “général” ou “collectif” (comme elenath) et le pluriel “particulier” (comme elin) ; pour le second il résista à l’acquisition de mots d’origine orquienne ou nanesque, et était entièrement préservé, tant que dura le Royaume de Thingol, de l’influence noldorine. Dans de rare mais importants points de la phonologie, il fut néanmoins marqué par des changements qui ne furent pas universaux en sindarin. Le plus notable de ceux-ci fut la spirantisation du m intervocalique, qui donna une nasale , dont la nasalité ne fut néanmoins jamais perdue en doriathrin proprement dit jusqu’à la dissolution du “Royaume Caché” et au mélange ultérieur des langues parmi les survivants déserteurs des Sindar, Noldor et Atani. Les changements de mp, nt, ŋk commencèrent aussi plus tôt et allèrent plus loin que dans les autres dialectes. »8)

Tolkien incorpora directement au sindarin de nombreux mots initialement considérés être ilkorins-doriathrins, parfois en changeant leur étymologie, comme le nom Thingol, qui signifiait initialement « le Gris sage »9), mais fut ensuite dérivé de l’eldarin commun Þindikollo « Gris Manteau »10). C’est le cas de nombreux toponymes du Beleriand : Neldoreth11) ; Nivrost « Val de l’Ouest »12), réinterprété en « Côte citérieure »13) ; Nogrod « Mine naine »14) ou « Cité naine »15), changé en « Demeure creuse »16) ; Belegost « Grande forteresse »17) ou « Grande cité »18) ; et Beleriand19) même. D’autres noms furent simplement supprimés, comme Radhrost, l’ancienne traduction doriathrine de Thargelion20). Certaines formes doriathrines, comme le génitif en –a qui apparaît dans le nom Nauglamîr21) ou dans l’épitaphe Túrin Turambar Dagnir Glaurunga, furent conservées telles quelles, et leur spécificité être liée à la nature archaïque du dialecte sindarin de Doriath : « car effet le parler de Doriath, celui du roi comme celui des autres, était même au temps de Turin plus antique qu’ailleurs. Une chose (que Mîm fit observer) dont Turin ne se débarrassa jamais, en dépit de ses griefs à l’encontre de Doriath, était le parler qu’il avait acquit pendant son éducation. Quoiqu’il soit Homme, il parlait comme un Elfe du Royaume Caché, ce qui ressemblerait de nos jours à un Homme dont le parler et l’instruction jusqu’à l’âge d’homme auraient été ceux d’un pays isolé où l’anglais serait demeuré plus proche de celui de la cour d’Élisabeth Ière que d’Élisabeth II. »22)

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Le doriathrin : la langue maternelle de Lúthien

Lire l'article « Le doriathrin : la langue maternelle de Lúthien »  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique Helge Kåre Fauskanger
Le doriathrin fut probablement la langue maternelle de Lúthien Tinúviel. Lorsqu’elle apprit plus tard la langue de Beren, d’origine humaine, celui-ci lui demanda pourquoi elle prenait cette peine, « puisque sa propre langue était plus riche et bien plus belle. »
Lire la suite

Phonologies historiques de l’ilkorin, du telerin et du noldorin aux environs de 1923

Lire l'article « Phonologies historiques de l’ilkorin, du telerin et du noldorin aux environs de 1923 »  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique Roman Rausch — Avril 2008
Après l’écriture des « Gnomish Lexicon » et « Qenya Lexicon », l’étape suivante de la création linguistique de Tolkien fut les « Early Qenya Grammar » et « Early Noldorin Grammar », rédigées aux environs de 1923. Une nouvelle caractéristique de cette étape est l’introduction de langues mineures : l’ilkorin de style germanique et le telerin de style roman-latin (en plus du noldorin de style celtique-gallois et du qenya de style finnois).
Lire la suite

Phonologie de l’ilkorin premier

Lire l'article « Phonologie de l’ilkorin premier »  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique Helios de Rosario Martínez — Novembre 2008
Cet article a pour but d’analyser l’ilkorin, l’une des langues « mineures » de J.R.R. Tolkien, dans ses premières phases conceptuelles. L’adjectif ilkorin était utilisé pour désigner « les Elfes qui ne virent jamais la lumière de Kôr », et la langue ainsi appelée est la langue natale des Elfes qui restèrent dans les Grandes Terres.
Lire la suite

Blason

1) Version originale : « Also in Beleriand the tongue and dialects of the Telerian Ilkorins was current, and their king Thingol was very mighty; and Noldorin in Beleriand took much from Beleriandic especially of Doriath. Most of the names and places in that land were given in Doriathrin form. »
2) Version originale : « of other scattered companies of the Ilkorindi that wandered in the land » ; LRW, p. 175
3) Version originale : « Most of the names and places in that land were given in Doriathrin form. » LRW, p. 194
4) LRW, p. 175
5) LRW, p. 180
6) LRW, p. 177-178
7) N.d.T. : la VO donne bien accidence, mais il serait préférable de lire ici « grammaire ».
8) Version originale : « Doriath, as might be expected from its history, was in general the most pure and conservative form of Sindarin in the Elder Days. Especially so in accidence and vocabulary: in the former it (for instance) preserved in common use the dual of nouns, pronouns, and verbal personal inflexions, as well as a clear distinction between ‘general’ or ‘collective’ plurals (as elenath) and ‘particular’ plurals (as elin); in the latter it resisted the acquisition of words of orkish or dwarvish origin, and was entirely free, while the Kingdom of Thingol lasted, from Noldorin influence. It was none-the-less in a few but important points of phonology marked by changes not universal in Sindarin. Most notable among these was the spirantalizing of intervocalic m > a nasal , the nasality of which was, however, never lost in Doriathrin proper until after the dissolution of the ‘Hidden Realm’ and the later mingling of speech among the defected remnants of the Sindar, Noldor, and Atani. The changes of mp, nt, ŋk also proceeded earlier and further than in the other dialects. » PE 17, p. 133
9) LRW, p. 392 ; cf. LRW, p. 215 & MR, p. 164
10) PM, p. 337
11) LRW, p. 376
12) LRW, p. 259
13) WJ, p. 197
14) , 17) LRW, p. 274
15) LRW, p. 375
16) Silm. App. ; WJ, p. 206, 209
18) LRW, p. 352
19) SM, p. 209 ; LRW, p. 252-253
20) WJ, p. 194, 197
21) LRW, p. 373
22) Version originale : « for indeed the speech of Doriath, whether of the king or others, was even in the days of Turin more antique than that used elsewhere. One thing (as Mîm observed) of which Turin never rid himself, despite his grievance against Doriath, was the speech he had acquired during his fostering. Though a Man, he spoke like an Elf of the Hidden Kingdom, which is as though a Man should now appear, whose speech and schooling until manhood had been that of some secluded country where the English had remained nearer that of the court of Elizabeth I than of Elizabeth II. » WJ, p. 312
 
langues/langues_elfiques/doriathrin.txt · Dernière modification: 28/08/2013 14:20 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
// Copyright Tolkiendil echo "Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-".date("Y")."
";