Taliska

« Mais rien n’est préservé des plus anciens parlers des Hommes, sauf la langue des peuples de Bëor […] et Hador. Maintenant, la langue de ces peuples fut grandement influencée par les Elfes-verts, elle était jadis appelé taliska et était encore connue de Tuor, fils de Huor »1).
La Route perdue — Partie II — Chapitre 5 « Le Lhammas »

Túrin tue Glaurung (© John Howe)

Le taliska ou hadorien était la langue du Peuple de Hador, qui donna plus tard naissance à l’adûnaïque2). Le Peuple de Bëor parlait un dialecte étroitement apparenté, permettant une certaine compréhension mutuelle, le bëorien, bien que celui-ci ait compris « de nombreux éléments de caractère étranger »3). Une langue cousine du taliska aurait aussi été l’ancêtre de la langue du Nord qui donna naissance au dalien et aux langues du Val d’Anduin. Tolkien sous-entend même que ce parler serait à l’origine de la famille des langues germaniques : « de [cette langue], étroitement apparentée au taliska, sont issues après maints âges de changement des langues qui vivent encore au Nord de la terre. »4) Parmi les rares mots de taliska que nous connaissions se trouvent nóm « sagesse », nómin « [les] sages » et bëor « vassal », trois mots utilisés par le Peuple de Bëor pour désigner Finrod, le peuple de celui-ci et leur propre chef (dont le véritable nom était Balan), du fait qu’il ait choisi de suivre Finrod et de s’établir à Nargothrond en laissant le gouvernement de ses gens à son fils Baran5).

Tolkien aurait considérablement développé la grammaire et la structure du taliska6), qui apparaît avoir des liens complexes avec la structure et le vocabulaire des langues elfiques de l’époque de sa composition7) : dans le « Lhammas A », Tolkien indique que le « taliska semble avoir été largement dérivé du danien »8) (la langue des Nandor, également appelée nandorin). Mais dans le « Lhammas B », la situation est plus compliquée : si l’influence des Elfes verts demeure, il est dit que les Avari aussi « se lièrent d’amitié avec les Hommes errant en différents endroits et époques des jours les plus anciens, et leur apprirent ce qu’ils savaient »9), ce qui suppose une étroite proximité entre le taliska et certaines langues avarines.

Il semble également qu’avant d’adopter les tengwar de Fëanor, les hommes aient eu connaissance de l’Angerthas par l’intermédiaire d’une branche orientale des Nandor. Leur adaptation des cirth, connue sous le nom de « skirditaila ou “série runique” taliskane »10) semble avoir été à l’origine des séries runiques utilisées par les Hommes au Nord du Rhovanion.

Dans la version du « Lhammas », la langue des Elfes dérivait du valarin que leur avait enseigné Oromë, et n’était pas une invention qui leur soit propre. Par conséquent, il n’est pas surprenant d’y lire le commentaire suivant : « Les langues des Hommes, dès le début, étaient diverses et variées ; pourtant elles étaient pour la plupart de lointaines descendantes de la langue des Valar. »11)

De même, Tolkien imaginait à cette époque que tous les Edain abandonnèrent le taliska pour adopter les langues elfiques : « et cette langue était encore connue de Tuor, fils de Huor, fils de Gumlin, fils de Hádor, et fut préservée en partie par les sages de Gondolin, où Tuor vécut pendant un temps. Mais Tuor lui-même n’employait plus cette langue, car déjà à l’époque de Gumlin les Hommes du Beleriand avaient abandonné l’usage quotidien de leur propre langue et parlaient et donnaient même des noms à leurs propres enfants dans la langue des Gnomes. »12) Dans sa reconception de la situation linguistique des Dúnedain, seul le Peuple de Bëor est dit avoir abandonné sa langue au profit du sindarin13).


Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Diverses langues humaines

Lire l'article « Diverses langues humaines »  Article de synthèse  Article de synthèse Helge Kåre Fauskanger
Une ancienne langue humaine appelée taliska est mentionnée dans RP (p. 207) ; c’était la langue du peuple de Bëor14), l’ancêtre de l’adûnaïque. Elle fut influencée par le vert-elfique (nandorin). « Il existe une grammaire historique du taliska » nous informe Christopher Tolkien).
Lire la suite

Blason

1) Version originale : « But nought is preserved of the most ancient speeches of Men, save of the tongue of the folk of Bëor and Haleth and Hádor. Now the language of these folk was greatly influenced by the Green-elves, and it was of old named Taliska, and this tongue was known still to Tuor, son of Huor ».
2) , 5) Silm., « Quenta Silmarillion », chap. 17
3) PM, p. 308
4) Version originale : « from this [tongue], closely akin to Taliska, are come after many ages of change languages that live still in the North of the earth. » LRW, p. 179
6) RP, p. 220
7) Message nº 1000 sur la liste de diffusion Lambengolmor – Commentaire de Carl Hostetter
8) Version originale : « Taliska seems to have been derived largely from Danian » LRW, p. 191
9) Version originale : « befriended wandering Men in sundry times and places in the most ancient days, and taught them such things as they knew ». LRW, p. 179
10) TI, p. 455
11) Version originale : « The languages of Men were from their beginning diverse and various; yet they were for the most part derived remotely from the language of the Valar. » LRW, p. 179
12) Version originale : « and this tongue was known still to Tuor, son of Huor, son of Gumlin, son of Hador, and it was in part recorded by the wise men of Gondolin, where Tuor for a while abode. Yet Tuor himself used this tongue no longer, for already even in Gumlin’s day Men in Beleriand forsook the daily use of their own tongue and spoke and gave even names unto their children in the language of the Gnomes. » LRW, p. 179
13) CLI, Partie II, chap. 2, notes
14) N.d.T. : En réalité, le taliska est dit être « la langue des gens de Bëor, Haleth et Hador » en RP, p. 207. Il fut dès l'origine spécifiquement associé à la Maison de Hador, puisqu'il était dit que « cette langue était encore connue de Tuor, fils de Huor, fils de Gumlin, fils de Hador » (ibid.).
 
langues/langues_humaines/taliska.txt · Dernière modification: 07/12/2013 09:21 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014