Telerin commun

« Les dérivés de *KWEN étaient plus rarement attestés dans les dialectes telerins, d’Aman ou de Beleriand. Cela était dû en partie au changement telerin commun kw > p, qui fit se heurter *pen < *kwen avec le radical q. pr. *PEN “manquer, être sans”, et aussi avec certains des dérivés de *PED “pencher, s’incliner” (*penda “incliné”). Les telerins considéraient aussi être un peuple séparé, comparé avec les Vanyar et les Noldor, qu’ensembles ils surpassaient en nombre. Ce sentiment naquit avant la Séparation et s’accrut durant la Marche et en Beleriand. »1)
The War of the Jewels — Partie IV « Quendi & Eldar »

Bateau pour Valinor (© Ted Nasmith)

Le telerin commun (également appelé lindarin commun par certains lambendili, encore que cette désignation ne semble pas être attestée chez Tolkien lui-même) naquit de la scission linguistique entre les deux premiers clans et celui des Teleri. L’eldarin commun se partagea ainsi en telerin commun, parlé par les Eldar du Troisième Clan et en ancien quenya, langue pratiquée par les Vanyar et les Ñoldor. Le telerin commun semble avoir émergé lors de la Grande Marche, alors que les Teleri, étant le peuple elfique le plus nombreux et le moins empressé au voyage, traînaient en arrière des Elfes des deux autres Clans2). Le terme telerin lui-même est un sobriquet attribué aux Nelyar pour leur réticence à aller de l’avant. Il semble néanmoins que les particularités du telerin commun commencèrent à émerger avant même le départ pour Valinor, alors que les Quendi résidaient tous près des eaux et de la cascade de Cuivienén, dont les Nelyar ne s’éloignaient jamais3). On notera ainsi la présence d’un radical lindarin distinct pour désigner le métal argent, TÉLEP, qui donna par la suite le sindarin celeb et le telerin telpë, à côté du radical KYÉLEP, à l’origine du quenya tyelpë4).

Le telerin commun perdura au moins jusqu’à la première division des Teleri à l’approche des Hithaeglir, lorsque Lenwë, refusant de franchir les cimes enneigées, emmena une large part de son peuple vers le Sud, créant la tribu des Nandor5). Les Teleri restant poursuivirent leur voyage et finirent par arriver en Beleriand. La séparation subséquente entre Falmari, les Teleri d’Aman et Heceldi, les futurs Sindar sonna le glas du telerin commun, dont la variété occidentale donna naissance au telerin d’Aman, tandis que sur la Terre du Milieu, celui-ci se transformait d’abord en vieux sindarin, qui fut à l’origine des dialectes sindarins des âges futurs. Malgré tout, plusieurs siècles après la séparation des trois tribus, l’ancienne unité des langues lindarines était toujours perceptible :

« Les noms Findaráto et Angaráto étaient de forme telerine (car Finarfin parlait la langue du peuple de sa femme) et leur forme et leur signification s’avérèrent aisés à transcrire en sindarin, du fait du lien étroit entre le telerin d’Aman et la langue de leurs parents, les Sindar de Beleriand, en dépit des grands changements que cette dernière avait subie en Terre du Milieu. »6)
« [Les Nandor] se désignaient toujours par l’ancien nom clanique *Lindai, qui à cette époque avait pris la forme Lindi dans leur langue. […] Les Sindar reconnurent rapidement les Lindi comme leur parentèle d’origine lindarine (sind. Glinnil), usant d’une langue qui, malgré de grandes différences était toujours perçue comme apparentée à la leur ; et ils adoptèrent les noms Lindi et Lindon, leur donnant les formes Lindil (sing. Lindel) ou Lindedhil, et Lindon ou Dor Lindon. »7)
Dès la rédaction de la « Qenyaqetsa », le dialecte du Troisième Clan, dont les membres étaient alors appelés Solosimpi, était perçu comme le premier à avoir divergé du parler usité par les autres Elfes : « Le dialecte des Solosimpi fut le premier formé et le plus profondément séparé (excepté que celui des Noldoli subit plus tard des choses étranges) à cause du séjour prolongé de ces Elfes-côtiers sur l’île séparés des autres par la malice d’Osse. »8)

Dans le « Lhammas B », le terme Lindar désignait encore le Premier Clan des Elfes, tandis que le nom de Teleri était déjà appliqué au Troisième. Par conséquent, l’histoire du « lindarin » à cette époque n’avait que peu de points communs avec sa place dans la conception définitive de Tolkien : « Ainsi en Valinor, avant la fin des jours de Félicité, il y avait le latin elfique, le qenya écrit et parlé, que les Lindar inventèrent, bien que celui-ci soit différent de leur parlé de tous les jours ; et il y avait aussi le lindarin, la langue des Lindar, le noldorin, la langue écrite et parlée des Noldor […] et la langue des Teleri. »9)

Cependant, dès le « Lhammas A », l’unité ancienne des langues du Troisième Clan était présente : « La langue des Ilkorindi du Beleriand accusait encore, dans les âges qui suivirent, une parenté avec le telerien, et le quendien fut par conséqnent divisé en trois : l’eldarin, l’ilkorin et le lemberin »10).

Blason

1) Version originale : « The derivatives of *KWEN were more sparingly represented in the Telerin dialects, of Aman or Beleriand. This was in part due to the Common Telerin change of kw > p, which caused *pen < *kwen to clash with the PQ stem *PEN “lack, be without”, and also with some of the derivatives of *PED “slope, slant down” (e.g. *penda “sloping”). Also the Teleri felt themselves to be a separate people, as compared with the Vanyar and Noldor, whom taken together they outnumbered. This sentiment began before the Separation, and increased on the March and in Beleriand. »
2) , 5) Silm., « Quenta Silmarillion », chap. 3
3) WJ, p. 382, 410
4) RP, p. 416
6) Version originale : « The names Findaráto and Angaráto were Telerin in form (for Finarfin spoke the language of his wife’s people); and they proved easy to render into Sindarin in form and sense, because of the close relationship of the Telerin of Aman to the language of their kin, the Sindar of Beleriand, in spite of the great changes that it had undergone in Middle-earth. » PM, p. 346
7) Version originale : « [The Nandor] still called themselves by the old clan-name *Lindai, which had at that time taken the form Lindi in their tongue. […] The Sindar quickly recognized the Lindi as kinsfolk of Lindarin origin (S Glinnil), using a tongue that in spite of great differences was still perceived to be akin to their own; and they adopted the names Lindi and Lindon, giving them the forms Lindil (sg. Lindel) or Lindedhil, and Lindon or Dor Lindon. » WJ, p. 385
8) Version originale : « The dialect of the Solosimpi was the earliest formed and the deepest cloven (save that that of of the Noldoli afterwards underwent strange things) by reason of the dwelling of those Shoreland-elves long time upon the island divided from the others by the malice of Osse. » PE 12, p. 1
9) Version originale : « Thus in Valinor, ere the end of the days of Bliss, there was the Elf-latin, the written and spoken Qenya, which the Lindar first made, though it is not the same as their own daily speech; and there was Lindarin the language of the Lindar; and Noldorin the language, both written and spoken, of the Noldor. » LRW, p. 174
10) Version originale : « The tongue of the Ilkorindi of Beleriand showed still in after ages its kinship with Telerian, and thus Quendian was divided into three: Eldarin, and Ilkorin, and Lemberin ». LRW, p. 181
 
langues/langues_elfiques/telerin_commun.txt · Dernière modification: 28/08/2013 15:12 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
// Copyright Tolkiendil echo "Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-".date("Y")."
";