L'Arc et le Heaume n°1 - Les Hobbits

Septembre 2005

Édito

« Dans un trou vivait un Hobbit »

L'Arc et le Heaume n°1 Ces quelques mots, écrits sur une feuille rendue blanche par un étudiant, firent naître comme toujours une histoire dans la tête de J.R.R. Tolkien. Longtemps cette feuille resta blanche, car avant de poursuivre le Professeur, en bon philologue qu’il était, voulait mieux comprendre ce qui se cachait sous ce mot de « Hobbit » : des hommes de petite taille aimant les jardins, les arbres, les cultures non mécanisées, fumant la pipe et aimant la bonne nourriture simple comme les champignons pris dans les champs. De façon externe à l’histoire, il les considère comme des Anglais de la campagne rapetissés pour indiquer l’étroitesse habituelle de leur imagination et ce malgré un grand courage. Et puis au cours de l’écriture, Tolkien les attacha à sa mythologie.

Ce n’est qu’au fur et à mesure de l’écriture de Bilbo le Hobbit et du Seigneur des Anneaux que son auteur comprit l’importance qu’allait prendre la race des Hobbits dans ses écrits : les problèmes des grands ne pourront être réglés que par le courage des plus petits. C’est d’autant plus étonnant quand on les compare à des créatures tout droit empruntées aux légendes de l’Edda ou du Kalevala comme les Elfes millénaires, ces Trolls terrifiants ou ces grandes cités naines ; ou encore ces grands guerriers, héros tels que ceux décrits dans Beowulf ou Sire Gauvain et le chevalier vert. N’ayant été que peu influencé pour les créer, à l’exception notable de Babbit le Snerg de Sinclair Lewis, on peut dire que la principale création du Professeur Tolkien était la race des Hobbits.

Pour la première parution de l’Arc et le Heaume, l’équipe de Tolkiendil ne pouvait choisir un meilleur thème que ces Hobbits pour rendre hommage au narrateur de la Terre du milieu. Fidèle à ses objectifs, elle a œuvré pour « promouvoir la connaissance de l’œuvre de J.R.R. Tolkien dans le monde francophone » comme il est écrit dans les statuts de l’association. Ainsi est née l’idée de cette publication sous le format papier, agrémenté d’un disque à la fois musical et documenté. Complémentaire du site de Tolkiendil, l’Arc et le Heaume a été conçu pour vous informer, émouvoir ou même vous amuser sur le thème choisi. Mais je vous laisse à présent le découvrir.

Bon voyage,

Julien Carbon,
Président de l’Association Tolkiendil.

Sommaire

  • Découverte
    • Pratchett et le Disque-Monde
    • La sélection de Yrch!

Participants

Directeur de publication :
Julien Carbon

Rédacteurs en chef :
Julien Carbon, Audrey Morelle

Maquettistes :
Sylvie Allard, David Allard

Illustration de couverture :
Sophie Bazé

Rédacteurs :
S. Veyrié, Sophie Bazé, David Giraudeau, Nicolas Liau, Julien Mansencal, Julien Carbon, Paul-Hicham Farhra, Sylvie Allard, Audrey Morelle, Divitiac, Alan Legroux, Thibaud Mercier, Jerôme Mousset

Illustrateurs :
Sophie Bazé, Éric Faure-Brac, Sylvie Allard, David Allard, Audrey Morelle, Julien Mansencal, Rémi Mougeot, Joël Lintz, Jennifer Heinen

Musiques :
Julien Carbon, Alexandre Philippe

Pour des raisons budgétaires, seule la première édition épuisée de l'Arc et le Heaume n°1 comprend le CD contenant les musiques de Julien Carbon et Alexandre Philippe ainsi que le Dragon Flame et quelques fonds d'écran. La deuxième édition comporte cependant des pages en couleur de meilleure qualité.

Errata

L'épopée d'une plante hobbite (page 50 à 52)

  • Pour « Tolbolt Sonnecor » lire « Tobold Sonnecor »
  • Pour « Bilbon Saquet » lire « Bilbon Sacquet »

Et si on en parlait ! (pages 56 à 66)

Dans l’intégralité de l’article :

  • Pour « rohirrique » lire « rohirique »
  • Pour « va. » lire « v.a. »

Page 56 :

  • Pour « Ouistrain » lire « ouistrain »

Page 58 :

  • (entrée Hobbit) Pour « Hobbit, pl. Hobbits forme anglicisée de Kuduk » lire « Hobbit, pl. Hobbits néologisme angl. correspondant au s. p. Kuduk »
  • (entrée Kuduk) annuler l’entrée pour lire : « Kuduk nom s. p. exclusivement employé par les Hobbits pour désigner ceux de leur race. Ce mot dérive du r. Kûd-dûkan « habitant de trou ». Pour plus d’informations voir l’appendice F et Pme p.69. »
  • (entrée Holbytla) Pour « bitan « mordre » ou beatan « faire des trous ». » lire « bītan « mordre » (étymon de l’angl. bite) ou beatan « battre » (étymon de l’angl. beat). »
  • Pour « modern English » lire « Modern English »
  • Pour « Fondcombe, » lire « Fondcombe (angl. Rivendell), »

Page 59 :

  • (entrée 3) Pour « mona » lire « mōna »
  • (entrée 4) Pour « trēō(w) » lire « treo(w) »
  • (entrée 5) Pour « bas-allemand » lire « bas allemand »

Page 60 :

  • (entrée 6) Pour « mere « mer, lac, mare », angl. mere « étang, petit lac » » lire « mere « mer, océan, lac », étymon de l’angl. mere « étang, petit lac » »
  • (entrée 1 bis) Pour « frēōrig » lire « freorig »
  • (entrée 3) Pour « Hrēð-mōnaþ » lire « hrēð mōnaþ »

Page 61 :

  • Après l’entrée 6, rajouter : « 6bis - Lithe : v.a. Līða. Nom donné au sixième mois de l’année dans le pays de Bree. »
  • (entrée 7) Pour « -after-Līða » lire « after-Līða »
  • (entrée 10) Pour « hiver empli » lire « hiver complet »
  • (tableau des noms des mois) Rajouter « Lithe » dans la colonne « Pays de Bree », à la ligne « juin ».

Page 63 :

  • (entrée banazîr) Pour « banazîr » lire « banazîr »

Page 64 :

  • (entrée mathom) Pour « maðum » lire « māðum »

Pages 65 :

  • (entrée Bralda-hîm) Pour « elfique » lire « sindarin »
  • (entrée Branda-nîn) Pour « délimitation, de la frontière » lire « délimitation de la frontière »
  • Pour « Voici la liste des toponymes » lire « Voici la liste des toponymes et mots associés »

Page 66 :

  • Pour « Il reste un dernier terme » lire « Il reste un dernier terme s. p. »

 
asso/mag/mag1.txt · Dernière modification: 13/09/2014 13:02 par Druss
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
// Copyright Tolkiendil echo "Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-".date("Y")."
";