Drughu

« Il était large et trapu, doté de jambes courtes et de bras épais, et seulement revêtu d’herbe autour de la taille. Merry senti qu’il l’avait déjà vu quelque part auparavant, et il se souvint soudain des Púkel-men de Dunharrow. C’était là une de ces vieilles images ramenée à la vie, ou peut-être une créature descendant en droite ligne au long d’années interminables des modèles jadis utilisés par les artisans oubliés.

Il y eut un silence alors que Merry rampait plus près, et alors l’Homme Sauvage prit la parole, en réponse à une question, semblait-il. Sa voix était profonde et gutturale, et pourtant, à la surprise de Merry, il s’exprimait en parler commun, quoique d’une façon hésitante, et en y mêlant des mots frustes. »1)
Le Seigneur des Anneaux — Livre V — Chapitre 5 « La chevauchée des Rohirrim »

Ghân-buri-Ghân (© Ted Nasmith)

La langue des Drúedain de Beleriand semble avoir été un simple dialecte du halethien, bien qu’ils conservassent « certains mots qui leur étaient propres »2), comme Drughu, le mot qu’ils utilisaient pour se désigner, dont dérivent le sind. Dru, pl. Drúin, Drúath, le q. 3) et le hal. drug4). On ne sait dans quelle mesure cette langue différait de celle de leurs cousins des Montagnes Blanches, mais au Troisième Âge, le parler de ces derniers était « entièrement étranger » aux langues des peuples voisins, Rohirrim ou Gondoriens5). (Il convient de noter que c’était aussi le cas du dunlendais, lui-même apparenté au halethien du Premier Âge6).) La langue des Drúedain d’Anórien paraissait rauque et étrange aux autres peuples, comme l’indique la rencontre de Merry avec Ghân-buri-Ghân7). Les rares Drugs qui connaissaient le westron le parlaient de manière hésitante8)9). Ghân-buri-Ghân lui-même le prononçait avec un accent guttural, et y mêlait « des mots frustes », comme gorgûn10), un terme qui signifiait « Orques » chez les Drúedain de Gondor et dérivait peut-être d’une langue elfique11).

Le drughu oriental perdura au moins jusqu’à la fin du Troisième Âge, puisqu’il était encore parlé par les Hommes Sauvages de la Forêt de Drúadan12) et par les tribus apparentées qui vivaient près des estuaires du Gwathló et de l’Isen13) Il est également fort probable que les Drugs du Drúwaith Iaur, ayant vécu dans l’isolation la plus totale jusqu’à la Guerre de l’Anneau14), parlaient toujours leur langue ancestrale. Toutefois, il semblerait que toute connaissance du drughu ait ultérieurement été oubliée15), bien que cela puisse simplement être dû à un arrêt des contacts entre les Hommes Sauvages et les autres races. À part Ghân-buri-Ghân, le seul autre Drúadan qui soit nommé dans le Légendaire est Aghan, le héros du conte de « La Pierre fidèle »16).

Selon Elfhelm, les Drúedain d’Anórien étaient capables de converser à distance au moyen d’un code utilisant des roulements de tambour17). En revanche, les Drugs « n’employaient aucune forme d’écriture avant d’avoir rencontré les Eldar », mais, à la différence des autres Atani, ils « n’apprirent jamais les runes et graphies des Eldar. Ils ne s’approchèrent jamais plus d’une maîtrise de l’écriture qui leur soit propre que par l’usage de certains signes, simples pour la plupart, servant à marquer les pistes ou à donner des informations et des avertissements. »18)

Une théorie de Roman Rausch, présentée ci-dessous, voudrait que les noms propres apparaissant dans l’histoire inachevée « Tal-Elmar » soient tirés du drughu. Toutefois, il paraît difficile de faire coïncider la phonologie de ces deux langues, et de nombreux points sont en contradiction avec ce que l’on connaît des Drúedain. Il semblerait donc qu’il faille rejeter cette hypothèse.

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Tal-Elmar et la langue drughu

Lire l'article « Tal-Elmar et la langue drughu »  Article de synthèse  Article de synthèse  Article de synthèse Roman Rausch
L’histoire inachevée de Tal-Elmar, écrite vers 1955, nous offre de brefs aperçus de la langue d’une tribu humaine du Deuxième Âge. D’après les descriptions de leur mode de vie et de leur apparence, il doit s’agir de Drúedain, et leur possible demeure autour des bouches de l’Isen correspondrait à une partie du Drúwaith Iaur.
Lire la suite

Diverses langues humaines

Lire l'article « Diverses langues humaines »  Article de synthèse  Article de synthèse Helge Kåre Fauskanger
Les Hommes Sauvages de la Forêt de Drúadan utilisaient une langue complètement étrangère au parler commun. Dans les temps anciens, leur race était appelée Drûg par le Peuple de Haleth, « ce qui était un mot de leur propre langue »). En drúedainique, la forme qu’il prend en fait, citée dans UT (p. 385), est Drughu.
Lire la suite

Blason

1) Version originale : « He was short-legged and fat-armed, thick and stumpy, and clad only with grass about his waist. Merry felt that he had seen him before somewhere, and suddenly he remembered the Púkel-men of Dunharrow. Here was one of those old images brought to life, or maybe a creature descended in true line through endless years from the models used by the forgotten craftsmen long ago.
There was a silence as Merry crept nearer, and then the Wild Man began to speak, in answer to some question, it seemed. His voice was deep and guttural, yet to Merry’s surprise he spoke the Common Speech, though in a halting fashion, and uncouth words were mingled with it. »
2) CLI, Partie IV, chap. 1, note 3
3) CLI, Partie IV, chap. 1, note 6
4) , 16) CLI, Partie IV, chap. 1
5) , 8) , 12) SdA, App. F
6) PM, p. 314, 330
7) , 10) , 17) SdA, livre V, chap. 5
9) PM, p. 316
11) , 15) WJ, p. 391
13) CLI, Partie III, chap. 5, app. 2
14) CLI, Partie IV, chap. 1, note 13
18) Version originale : « The Drúedain, as also the other Atani, had no form of writing until they met the Eldar; but the runes and scripts of the Eldar were never learned by them. They came no nearer to writing by their own invention than the use of a number of signs, for the most part simple, for the marking of trails or the giving of information and warning. » CLI, Partie IV, chap. 1
 
langues/langues_humaines/drughu.txt · Dernière modification: 28/08/2013 14:55 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014