Goldogrin

« Le Sud était tenu par Felagund fils de Finrod et ses frères. Ils avaient une tour sur la rivière Sirion, gardant la vallée entre les montagnes aux frontières d’Hithlum qui s’incurvaient vers le Nord et les pentes sur lesquelles croissaient la grande forêt de pins, que Morgoth remplit plus tard d’une telle terreur et malfaisance que même les Orques ne voulaient pas la traverser, sauf par une seule route et par grande nécessité et urgence, et les Gnomes vinrent à l’appeler Taur-na-Fuin, qui est Mortelle Ombre-nocturne. Mais en ce temps là elle était saine, bien qu’épaisse et sombre, et elle était nommée Taur Damn et les gens d’Orodreth, d’Angrod et d’Egnor la parcouraient et observaient depuis sa lisière la plaine en-dessous, qui s’étendait jusqu’aux Montagnes de Fer. Ainsi gardaient-ils la plaine du Sirion, la plus belle des rivières des chansons elfines, très aimée d’Ulmo, ainsi que toute la vaste région de hêtres, d’ormes, de chênes et de prairies qui était nommée Beleriand en langue gnomique, et qu’on appelait Noldórien, Geleidhian, le royaume des Gnomes et Ingolondë la belle et triste. »1)
La Formation de la Terre du Milieu — Partie III « Qenta noldorinwa »

Gondolin (© John Howe)

Le goldogrin ou gnomique est la plus ancienne version de la langue qui devint plus tard le sindarin. Son nom provient du fait que les Noldor étaient également appelés Gnomes dans les premières versions du Légendaire. Bien que certains mots goldogrins ne soient pas sans évoquer le sindarin, le goldogrin est grammaticalement très différent des version ultérieures de cette langue.

Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Les pronoms goldogrins

Lire l'article « Les pronoms goldogrins »  Article de synthèse  Article de synthèse Patrick H. Wynne — Décembre 2003
Cet article présente l’ensemble des pronoms goldogrins attestés dans les écrits de Tolkien (et en particulier dans le « Gnomish Lexicon », publié dans Parma Eldalamberon, et détaille leur signification et leurs possibles utilisations.
Lire la suite

Le passé du goldogrin

Lire l'article « Le passé du goldogrin »  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique  Article théorique Patrick H. Wynne — Avril 2004
Le « Gnomish Lexicon » contient plus de 230 formes au passé, dont beaucoup sont libellées « prét. », i.e. prétérit, un terme qui est synonyme de « passé simple ». Le terme « passé » apparaît une seule fois dans le GL, dans l’entrée pour gî(laith) « jadis, dans le passé », qui remarque que la particule est « utilisée de façon imprécise comme simple “aide” pour un passé. » Le goldogrin, comme ses successeurs noldorin et sindarin, possède des prétérits forts et faibles.
Lire la suite

Le goldogrin et le qenya sont-ils « primitifs » ?

Lire l'article « Le goldogrin et le qenya sont-ils “primitifs” ? »  Article théorique  Article théorique  Article théorique Patrick H. Wynne — Avril 2004
Cet article provient du webzine Tengwestië. L’auteur s’interroge sur le bien-fondé du regard dépréciatif posé sur ses premières langues elfiques par un Tolkien, à la lumière des textes (grammaires, lexiques, …) publiés dans le fanzine Parma Eldalamberon les concernant.
Lire la suite

Blason

1) Version originale : « The South was held by Felagund son of Finrod and his brethren. A tower they had on an island in the river Sirion, which guarded the valley between the northward bending mountains on the borders of Hithlum and the slopes where the great pine-forest grew, which Morgoth after filled with such dread and evil that not even the Orcs would go through it, save by a single road and in great need and haste, and the Gnomes came to call it Taur-na-Fuin, which is Deadly Nightshade. But in those days it was wholesome, if thick and dark, and it was called Taur Damn, and the people of Orodreth, of Angrod and Egnor, ranged therein and watched from its eaves the plain below, that stretched to the Mountains of Iron. Thus they guarded the plain of Sirion, most fair of rivers in elfin song, most loved of Ulmo, and all that wide land of beech and elm and oak and flowering mead that was named Beleriand in Gnomish tongue; and Noldórien has it been called, Geleidhian, the kingdom of the Gnomes, and Ingolondë the fair and sorrowful. »
 
langues/langues_elfiques/goldogrin.txt · Dernière modification: 02/02/2013 10:30 par Elendil
Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-2014
Partager