Bëorien

« Mais il était dit dans la légende de Beren et Lúthien que celle-ci apprit la langue natale de Beren au cours de leurs longs voyages communs et l’employa dès lors pour parler entre eux. Peu de temps avant qu’ils ne finissent par revenir aux frontières de Doriath, il lui demanda pourquoi elle faisait cela, puisque sa propre langue était plus riche et plus belle. Elle resta alors silencieuse et ses yeux semblèrent regarder au loin avant qu’elle ne réponde : “Pourquoi ? Parce que je dois renoncer à toi ou renoncer à mon propre peuple et devenir l’une des enfants des Hommes. Comme je ne renoncerai jamais à toi, je dois apprendre le parler de ta parentèle, et de la mienne. »1)
The Peoples of Middle-earth — Partie II — Chapitre 12 « Le Problème de Ros »

Beren et le Silmaril (© Anke Katrin Eissmann)

L’origine du bëorien n’est pas aussi bien connue que celle des langues elfiques, mais on sait que les Edain furent longtemps en contact avec les Nandor et les Avari à l’est des Ered Luin, à qui ils devaient « une grande part de leur parler »2). Les Peuples de Hador et de Bëor partageaient une origine commune. Selon les Lambeñgolmor elfiques, le bëorien avait divergé du hadorien un millier d’années ou moins avant que le Peuple de Bëor n’atteigne le Beleriand, sans doute avec l’afflux de gens d’une autre tribu, car « la langue de Bëor contenait de nombreux éléments de caractère étranger »3). Le texte « The Problem of Rôs » précise que les ancêtres des Peuples de Bëor et de Hador avaient un temps habité de part et d’autre de la mer de Rhûn :

« Les Atani n’avaient jamais vu la Grande Mer avant d’arriver enfin en Beleriand, mais d’après ses propres légendes et histoires, au cours de sa migration vers l’Ouest, le Peuple de Hador avait longtemps habité les côtes d’une mer trop large pour que l’autre bord soit visible ; elle n’avait pas de marées, mais était visitée par de grandes tempêtes. Ce n’est qu’après avoir développé l’art de la construction navale que les gens plus tard connus sous le nom de Peuple de Hador découvrirent qu’une partie de leur troupe dont ils avaient été séparés avait rejoint la même mer avant eux et demeurait au pied des hautes collines au sud-ouest, tandis qu’eux vivaient au nord-est, dans les bois qui s’approchaient là des côtes. […] Leurs langues avaient déjà divergé avec la rapidité des parlers des Hommes aux « Jours sans écrits », et continuaient à se différencier, bien qu’ils demeurassent amis de parenté reconnue, unis par leur haine et leur peur du Seigneur Sombre (Morgoth), contre qui ils s’étaient rebellés. »4)

Le hadorien et le bëorien possédaient un grand nombre de mots en commun et on notait aisément que ces deux langues étaient apparentées5). L’intercompréhension était toutefois difficile, à cause des changements phonétiques du bëorien6). Après leur installation en Beleriand, le Peuple de Bëor continua au moins un temps à parler sa langue ancestrale, bien qu’ils empruntassent ou adaptassent de nombreux mots sindarins7). Ce qui advint ultérieurement est sujet à débat, le texte le plus tardif que Tolkien ait écrit sur ce sujet donnant l’impression de se contredire en l’espace de quelques pages. La plupart des textes affirment qu’au cours de leur séjour en Beleriand, les gens de Bëor abandonnèrent leur propre langue au profit du sindarin. Ils n’auraient conservés que certains noms propres hérités de leurs ancêtres et « quelques mots ou phrases préservées dans les légendes ». Le bëorien serait en fait tombé dans un oubli presque complet, sauf pour les Elfes qui l’avaient jadis étudié8). Une note attachée au texte d’« Aldarion & Erendis » précise même que l’emploi généralisé du sindarin au nord-ouest de Númenor était dû au fait que cette région de l’île avait été colonisée principalement par des gens descendant du Peuple de Bëor9). Toutefois, une note tirée d’« Of Dwarves and Men » affirme que les campagnards de cette région parlaient « un dialecte bëorien » et que chez les Edain, le sindarin était toujours resté une langue apprise au cours de la jeunesse10).

Il est difficile de réconcilier ces deux points de vue, à moins de supposer que les survivants du Peuple de Bëor, sans doute assez peu nombreux, aient progressivement adopté le hadorien après s’être mélangé aux autres Edain fuyant la ruine de Beleriand. Ce serait ce mélange qui aurait donné naissance à l’adûnaïque classique. Ils auraient toutefois conservé suffisamment de mots d’origine bëorienne pour que la conversation avec les gens de Hador soit difficile. Aussi, après s’être installés en Andustar, la plupart d’entre eux se seraient mis à employer le sindarin pour leur commerce avec les autres habitants de l’île. Seuls les gens les moins cultivés auraient été incapables de parler autre chose que le « dialecte bëorien » susmentionné. Cela permettrait d’ailleurs de comprendre pourquoi les descendants du Peuple de Bëor auraient souhaité se rassembler dans une région particulière. On pourrait même y voir l’une des raisons pour lesquelles la majorité des Fidèles fut plus tard originaire de la même région. Le ban imposé aux langues elfiques aurait eu pour conséquence de les marginaliser au sein de la société númenórienne.

Lúthien (© Anke Katrin Eissmann)

On sait en revanche avec certitude que plusieurs Eldar apprirent le bëorien. Puisque « la langue de Bëor et de son peuple ressemblait à la langue elfique par nombre de ses mots et de ses constructions »11), Finrod Felagund n’eut aucun mal à apprendre celle-ci lors de sa première rencontre avec les Edain. Sa pratique de l’ósanwë l’aida d’ailleurs considérablement à comprendre les messages que ses interlocuteurs voulaient exprimer12). Lúthien appris à parler bëorien au cours de ses longs voyages avec Beren. Elle l’utilisa ensuite systématiquement pour parler avec lui, en dépit du fait que Beren trouvait le doriathrin « plus riche et plus beau » que sa propre langue. En effet, elle avait conscience que son amour pour Beren la forcerait à choisir le destin des Hommes13). Cette connaissance passa ensuite à leur fils Dior, qui utilisa le terme bëorien rêda « héritier » pour nommer l’un de ses fils, Elúred14).

La structure de la langue bëorienne nous est à peu près inconnue, mais plusieurs noms sont attestés, à commencer par les surnoms qui furent attribués à Felagund, Nóm « Sagesse », et aux Ñoldor, Nómin « Les Sages »15). À la différence du halethien, qui dispose manifestement d’un suffixe pluriel en –in, cet exemple tend à indiquer que ce n’était pas le cas en bëorien, à moins de supposer que nóm pouvait aussi bien signifier « sage » que « sagesse ». Le surnom Bëor, qui fut attribué à Balan après qu’il se fut mis au service de Felagund, voulait dire « Serviteur, Vassal ». Il devint un titre des chefs de la Maison de Bëor jusqu’à la quasi-disparition de celle-ci après Dagor Bragollach16). Dans une note associée à l’histoire de Túrin, le terme hal(a) « observer, garder » était dit être commun au bëorien et au halethien17). Dans la conception finale qu’avait Tolkien des langues des Edain, il faut donc supposer que ce terme faisait partie des noms « de caractère étranger » qu’on pouvait observer chez le Peuple de Bëor. En revanche, on ne sait si les dérivés halethiens de ce terme se retrouvaient en bëorien. Alors que Tolkien avait très longtemps considéré le nom atan comme un terme quenya, il semble avoir fini par en faire un terme bëorien signifiant « homme, être humain par distinction d’avec les créatures », ultérieurement adapté en quenya et en sindarin et dont l’usage fut finalement restreint aux Peuples de Bëor, de Haleth et de Hador après l’arrivée des Orientaux18).

Certains termes bëoriens eurent une histoire externe complexe. Dans l’essai intitulé « The Problem of Rós », Tolkien voulut faire des suffixes –ros et –wing, tirés des noms Elros et Elwing, des éléments bëoriens plutôt qu’elfiques. Le premier serait venu du bëorien rôs, anciennement roth (róþ), signifiant « écume, crête blanche des vagues », un terme qui aurait perduré en adûnaïque19). Il fut toutefois contraint de reconnaître que le suffixe –ros était signalé être sindarin dans l’Appendice E du SdA20). L’élément roth se retrouvait néanmoins dans le nom adûnaïque du navire d’Eärendil, Rôthinzil « Fleur d’écume »21), « employé dans les chansons et légendes adûnaïques concernant la venue des Atani à Númenor »22). Ce mot devait donc être attesté dans l’une des langues des Edain, bien qu’il puisse s’agir d’un emprunt au sindarin contemporain des guerres de Beleriand. Le bëorien wing(a), qui lui n’apparaissait pas en adûnaïque, signifiait « fine pluie, écume des fontaines et des cascades portée par le vent »23). Néanmoins, Tolkien semble avoir renoncé à en faire un élément du nom Elwing, sans qu’on puisse dire s’il choisit de rejeter entièrement ce mot24). On connaît encore plusieurs noms propres d’origine bëorienne dont on ignore la signification. Il s’agit essentiellement de l’ancien nom de Bëor, Balan, et des noms de ses fils, Baran et Belen, nés avant sa rencontre avec Felagund. Le second fils de Baran, Baranor, est probablement aussi d’origine bëorienne, car il serait difficile à expliquer en sindarin. Le premier élément reprenant le nom de son père, il est possible que le suffixe –or ait signifié « fils de » ou « semblable à » en bëorien. Par ricochet, peut-être faudrait-il considérer comme bëoriens les noms de Boron et Beldir, qui appartenaient à la même génération que Baranor, en dépit du fait qu’ils ont une structure compatible avec la phonologie du sindarin25).

Quand Tolkien différencia les dialectes des Edain, il commença par décider que le Peuple de Bëor et les Haladin parlaient la même langue, tandis que les suivants de Marach parlaient une langue étrangère26). Ce n’est que dans « Of Dwarves and Men », un texte postérieur à 1969, que les relations linguistiques des trois Peuples des Edain devinrent celles que l’on connaît27).

Le surnom humain de Felagund, traduit par « Sagesse », semble précéder de beaucoup la conception d’une langue bëorienne indépendante. Il devait expliquer l’origine du terme « Gnomes », que Tolkien avait donné aux Ñoldor28). Le premier manuscrit du « Quenta Silmarillion » contient la première version attestée de ce nom dans la langue de Bëor, qui était alors considérée être le taliska : « On rapporte que dans l’ancien parler de ces gens, qu’ils abandonnèrent plus tard en Beleriand au profit de la langue des Gnomes, de sorte qu’elle est désormais presque oubliée, ce mot était Widris. »29) Après l’invention de l’adûnaïque, Tolkien attribua à Felagund le surnom Sômar « Sagesse » et aux Ñoldor celui de Samuri « les Sages »30), ultérieurement changé en Nómil puis en Nómin après que celui de Felagund fut altéré en Nóm31).

Lexique bëorien

  • atan « homme, être humain par distinction d’avec les créatures » (PM, p. 324 n. 38, 326 n. 44)
  • Balan. Nom bëorien, de signification inconnue. (WJ, p. 231)
  • Baran. Nom bëorien, de signification inconnue. (WJ, p. 231)
  • Baranor. Nom probablement bëorien, de signification inconnue. (WJ, p. 231)
  • Beldir. Nom possiblement bëorien, de signification inconnue. (WJ, p. 231)
  • Belen. Nom bëorien de signification inconnue. (WJ, p. 231)
  • Bëor « Serviteur, Vassal ». (WJ, p. 217-218)
  • Boron. Nom possiblement bëorien, de signification inconnue. (WJ, p. 231)
  • [Eluréd] Nom de caractère mixte que Dior donna à l’un de ses fils. Le second élément est d’origine bëorienne ; cf. rêda. (PM, p. 369)
  • [Elros, Elroth] Nom dont le second élément fut temporairement considéré par Tolkien comme étant d’origine bëorienne, mais finalement jugé être entièrement sindarin ; cf. rôs. (PM, p. 371)
  • [Elwing] Nom dont le second élément fut temporairement considéré par Tolkien comme étant bëorien, mais finalement jugé être du sindarin ; cf. wing(a). (PM, p. 376 n. 24)
  • hal(a) « observer, garder » ; terme commun au bëorien et au halethien. (WJ, p. 270)
  • Nóm « Sagesse ». (WJ, p. 217)
  • [Nómil] « Les Sages » ; nom bëorien des Ñoldor, rejeté en faveur de Nómin (q.v.). (WJ, p. 217)
  • Nómin « Les Sages ». (WJ, p. 217)
  • -or. Probable suffixe bëorien ; pourrait signifier « fils de » ou « semblable à » (WJ, p. 271)
  • rêda « héritier » ; mot bëorien qu’on retrouve comme second élément du nom propre Eluréd. (PM, p. 369)
  • rôs, anciennement roth, róþ « écume, crête blanche des vagues » ; mot probablement commun au bëorien et au hadorien, qu’on retrouvait dans l’ad. Rôthinzil. (PM, p. 369 ; cf. 371)
  • [Sômar] « Sagesse » ; nom de Felagund, rejeté en faveur de Nóm (q.v.). (WJ, p. 226)
  • [Samuri] « les Sages » ; nom bëorien des Ñoldor, rejeté en faveur de NómilNómin (q.v.). (WJ, p. 226)
  • wing(a) « fine pluie, écume des fontaines et des cascades portée par le vent » ; mot possiblement abandonné par Tolkien après qu’il renonça à en faire le second élément du nom Elwing (PM, p. 369, cf. p. 376 n. 24)


Accessibilité
L'accessibilité des articles est indiquée par la couleur des anneaux : blanc, rouge ou noir.

Notes de lecture Notes de lecture : En tant que présentations ou compilations, ces articles sont les plus accessibles à tous les lecteurs. Aucune connaissance sur J.R.R. Tolkien n’est requise.

Articles de synthèse Articles de synthèse : Ces articles permettent d’avoir une vue d’ensemble du thème traité mais ils nécessitent une bonne connaissance des principales œuvres de J.R.R Tolkien.

Articles théoriques Articles théoriques : La maîtrise globale des écrits de J.R.R. Tolkien est nécessaire pour bien saisir la portée des articles de cette catégorie, les sujets étant analysés de façon poussée par leurs auteurs.

Difficulté
La difficulté est représentée par le nombre d'anneaux colorés. 1 (très facile) à 5 (très difficile).

Diverses langues humaines

Lire l'article « Diverses langues humaines »  Article de synthèse  Article de synthèse Helge Kåre Fauskanger
Une ancienne langue humaine appelée taliska est mentionnée dans RP (p. 207) ; c’était la langue du peuple de Bëor32), l’ancêtre de l’adûnaïque. Elle fut influencée par le vert-elfique (nandorin). « Il existe une grammaire historique du taliska » nous informe Christopher Tolkien).
Lire la suite

Blason

1) Version originale : But it was told in the legend of Beren and Lúthien that Lúthien learned Beren’s native tongue during their long journeys together and ever after used it in their speech together. Not long before they came at last back to the borders of Doriath he asked her why she did so, since her own tongue was richer and more beautiful. Then she became silent and her eyes seemed to look far away before she answered: ‘Why? Because I must forsake thee, or else forsake my own people and become one of the children of Men. Since I will never forsake thee, I must learn the speech of thy kin, and mine.’ »
2) , 11) Silm., chap. 17 ; WJ, p. 217
3) , 5) PM, p. 308
4) Version originale : « The Atani had never seen the Great Sea before they came at last to Beleriand; but according to their own legends and histories the Folk of Hador had long dwelt during their westward migration by the shores of a sea too wide to see across; it had no tides, but was visited by great storms. It was not until they had developed a craft of boat-building that the people afterwards known as the Folk of Hador discovered that a part of their host from whom they had become separated had reached the same sea before them, and dwelt at the feet of the high hills to the south-west, whereas they lived in the north-east, in the woods that there came near to the shores. […] Their tongues had already diverged, with the swiftness of the speeches of Men in the ‘Unwritten Days', and continued to do so; though they remained friends of acknowledged kinship, bound by their hatred and fear of the Dark Lord (Morgoth), against whom they had rebelled. » PM, p. 373 n. 13
6) PM, p. 368, cf. p. 308
7) PM, p. 368
8) PM, p. 326 n. 44 ; cf. WJ, p. 217
9) CLI, « Aldarion & Erendis » n. 19
10) PM, p. 329-330
12) WJ, p. 406
13) PM, p. 368-369
14) PM, p. 369 ; cf. p. 371
15) , 31) WJ, p. 217
16) , 26) WJ, p. 217-218
17) WJ, p. 270
18) PM, p. 324 n. 38
19) , 23) PM, p. 369
20) PM, p. 294, 371
21) Silm., Akallabêth
22) Version originale : « used in Adunaic songs and legends concerning the coming of the Atani to Númenor » ; PM, p. 369
24) PM, p. 376 n. 24
25) WJ, p. 231, cf. p. 218
27) PM, p. 295
28) SM, p. 126
29) Version originale : « It is recorded that the word in the ancient speech of these Men, which they afterwards forsook in Beleriand for the tongue of the Gnomes, so that it is now mostly forgotten, was Widris. » LRW, p. 275
30) WJ, p. 226
32) N.d.T. : En réalité, le taliska est dit être « la langue des gens de Bëor, Haleth et Hador » en RP, p. 207. Il fut dès l'origine spécifiquement associé à la Maison de Hador, puisqu'il était dit que « cette langue était encore connue de Tuor, fils de Huor, fils de Gumlin, fils de Hador » (ibid.).
 
langues/langues_humaines/beorien.txt · Dernière modification: 28/08/2013 15:26 par Elendil
Partager sur
Nous suivre sur
https://www.facebook.com/Tolkiendil https://www.twitter.com/TolkiendilFR https://plus.google.com/+Tolkiendil http://www.youtube.com/user/AssoTolkiendil
// Copyright Tolkiendil echo "Tolkiendil - http://www.tolkiendil.com - Tous droits réservés © 1996-".date("Y")."
";